user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Religions & Ésotérisme de Colette Weinstein

Le 21 décembre 2012 et la mesure du temps chez les Mayas

Fin du monde ou Apocalypse : il n'est nulle part pas question d'une catastrophe sur le calendrier de cette civilisation, mais juste d'une fin de cycle.

Une interprétation du calendrier maya, fait du pic de Bugarach situé dans l'Aude, un endroit où se réfugier pour échapper à la fin du monde prévue le 21 décembre prochain, selon certains.

"Ce site et ses galeries souterraines seront interdits d'accès le 21 décembre pour dissuader un éventuel afflux d'illuminés qui seraient tentés d'y trouver refuge contre la fin du monde annoncée à cette date par des tenants de l'apocalypse", a indiqué vendredi 16 novembre 2012, le préfet Eric Freysselinard à Carcassonne.

Les accès seront également interdits trois jours avant et un ou deux jours après.

Que prévoit le calendrier maya ?

D’abord, il convient de rappeler que les calendriers n’ont pas été créés pour prédire l’avenir, mais pour connaître le passage du temps.

Le calendrier maya se compose d'un calendrier sacré appelé Tzolk'in (ou Bucxok), cyclique de 260 jours, d'un calendrier solaire dénommé Haab, cyclique de 365 jours, et du compte long qui servait de lien entre les deux précédents calendriers.

Or, aucune inscription maya n'évoque la moindre prédiction de fin du monde ou de quelque bouleversement majeur pour la date du 21 décembre 2012.

Que dit le livre de l’Apocalypse ?

L’Apocalypse est le dernier livre du Nouveau Testament. Cet ouvrage écrit par l’apôtre Jean est riche en visions symboliques, prophétiques et eschatologiques. Il s’agit de visions relatives à l’étude des fins dernières de l'homme et du monde.

Sur le site Internet de l'Eglise catholique en France, il est écrit que le mot "Apocalypse", provient du grec apokalypsiset qui veut dire : révélation.

Dans ce livre, il est prophétisé une rencontre entre les forces du bien et du mal, ce qui est devenu synonyme de la fin des temps. Cette grande bataille aura lieu dans un site précis, comme l’indique le verset 16 du chapitre 16 : "Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon".

La bataille d’Armageddon

Ce mot vient du mot hébreu "Har-Magedone", qui signifie "Montagne de Megiddo" et désigne la "colline des batailles" à cause des nombreuses batailles qui se déroulèrent dans cette région et qui sont relatées dans l’Ancien Testament.

Il est écrit qu’une multitude de gens seront engagés dans la bataille d’Harmageddon, puisque s’y rassembleront les nations qui sont aux quatre coins de la terre. (Verset 8 du chapitre 20 du livre de l’Apocalypse).

Megiddo est un tel qui se trouve au sud-ouest d’Israël

Le lieu précis de la vallée d’Harmageddon n’est pas clair, car il n’existe pas de montagne qui porte le nom de Megiddo. Il s’agirait donc le plus vraisemblablement de la région de collines qui se situe autour de la plaine de Megiddo, à quelques 60 miles au nord de Jérusalem.

Le monticule biblique ancien de Megiddo – Parc national de Meggido – est en fait un site du patrimoine mondial, est un important carrefour antique et moderne.

Au troisième millénaire avant notre ère, Megiddo était une ville puissamment fortifiée, 1000 ans plus tard, il est devenu un centre de la domination égyptienne, et est fréquemment mentionné dans la Bible.

La vallée d’Armageddon s’était déjà rendue célèbre au cours de l’histoire d’Israël à l’occasion de deux grandes victoires : la victoire de Barak sur les Cananéens (Juges 4 : 15) et la victoire de Gédéon sur les Madianites (Juges 7).

Du sommet de la colline de Megiddo ancienne, les restes de 25 civilisations de chaque colline et chaque vallée, racontent une histoire biblique

Megiddo est au centre même de l'histoire. C’est maintenant un parc national (Megiddo parc national) et il est classé site du patrimoine mondial

C'était une étape centrale de l'itinéraire du plus grand commerce du monde antique, qui a traversé le pont de terre de Canaan pour relier les confins du Croissant Fertile - Egypte dans le sud de la Mésopotamie et dans le nord.

L'UNESCO a établi que le tel biblique de Megiddo ainsi que ceux de Hazor et Beer-Sheva, sont aussi le témoignage d'échanges culturels le long des principales routes anciennes. Ces sites, avec leurs palais, remparts et entrepôts, sont aussi des vestiges grandioses de grandes civilisations anciennes, et montre la puissance du récit biblique.

La prophétie de la fin du monde.

Aujourd’hui Meguiddo est un monticule partiellement creusé par des fouilles qui se trouvent à 55 kilomètres au sud-est de la ville d’Haïfa et qui surplombe la vallée de Jezreel.

Conformément aux Ecritures, des millions de croyants considèrent que la bataille finale de l’humanité, rencontre entre les forces du bien et du mal qui est devenu le synonyme de la fin des temps, se déroulera sur le site archéologique israélien de Megiddo.

Source des informations

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 837

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!