">
user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

"L'Orient méditerranéen dans l'Empire romain" au musée du Louvre

Le Louvre inaugure en septembre de nouvelles salles où sont présentées les collections consacrées à l'Antiquité tardive du bassin oriental de la Méditerrané

L’histoire des collections du Louvre consacrées au Proche-Orient et à l’Égypte aux époques romaine et byzantine a entraîné une dispersion des objets dans les trois départements antiques :

  • Le département des Antiquités orientales,
  • Le département des Antiquités égyptiennes,
  • Le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines.
Le 22 septembre 2012 sont inaugurées de nouvelles salles : pour la première fois sont regroupées dans un même espace, des collections de ces trois départements.

Celles-ci proviennent d’aires géographiques correspondant aux provinces orientales de l’Empire – les actuels Israël, Turquie, Syrie, Liban, Jordanie et Égypte – et retracent l’évolution, sous la domination romaine, des sociétés et de l’art de populations lettrées et hellénisées bien avant la conquête impériale.

Parcours muséographique du Ier siècle avant J.-C. au IVe siècle après J.-C. : cinq siècles du pouvoir de Rome

Le parcours proposé est à la fois géographique, thématique et chronologique. Le visiteur accède à la galerie consacrée à l’art funéraire dans l’Égypte romaine, qui donne un éclairage sur les croyances religieuses et les adaptations artistiques à une population mixte rassemblant des Égyptiens, des Grecs et des Romains hellénisés.

La juxtaposition des deux aires géographiques - Égypte et Proche-Orient - permet de visualiser et de comprendre les différences de conceptions et de mentalités dans ce domaine. La vie religieuse est abordée d’emblée avec la présentation des cultes locaux au Proche-Orient : cultes d’Heliopolis (Baalbek, Liban), religion judaïque, Mithra et les cultes orientaux.

La visite se poursuit au niveau inférieur, où sont présentées la suite des collections sur la vie religieuse au Proche-Orient ainsi que la vie religieuse en Égypte : pratiques et matériels de culte, images des divinités locales, grecques et hellénisées.

La religion hébraïque, prônant le monothéisme, est représentée entre autres par la jarre de Qumrân (site de la mer Morte), qui contenait des manuscrits sacrés.

Parcours muséographique du Ve au début du XIXe siècle : l'Égypte copte

La galerie donne une vision à la fois chronologique et thématique de la civilisation et de l’art qui se développent dans la vallée du Nil durant cette période, où se mêlent les influences romaines, byzantines et islamiques.

Le mot "copte" dérive du grec Aegyptios, désignant les habitants de la vallée du Nil. D’un sens premier ethnique, le mot prend un sens religieux s’assimilant à "chrétiens" face aux musulmans. Le pays aurait été évangélisé vers 43 - 48 apr. J.C. par saint Marc, martyrisé à Alexandrie, dont il est le premier patriarche. Des papyrus attestent de la diffusion de l’Évangile dès le IIe siècle apr. J.-C.

En 395, l’Égypte est rattachée à l’Empire romain d’Orient qui formera l’Empire byzantin. Elle devient entièrement chrétienne vers 450. Durant les premiers siècles de l’islam, les coptes restent majoritaires.

La salle de "l’église de Baouit", attenante, tire son nom de la reconstitution d’une église du site monastique, parée de sculptures en pierre et en bois.

Histoire de la collection

En 1860, l’écrivain, philosophe et philologue spécialiste des langues sémitiques Ernest Renan (1823-1892), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, se voit confier par Napoléon III une mission d’exploration de l’ancienne Phénicie (octobre 1860-octobre 1861).

Comme souvent au XIXe siècle, cette mission scientifique est associée à une expédition militaire : pour protéger les chrétiens maronites massacrés par les druses musulmans dans les montagnes libanaises, un corps expéditionnaire est envoyé dans l’ancienne province turque de Syrie. Avec l’aide des soldats et de la population locale, Ernest Renan explore plusieurs sites dont Amrit, Saïda (Sidon), Sour (Tyr), dans le but d’écrire l’histoire des anciens peuples mentionnés dans la Bible.

Le musée du Louvre conserve des vestiges très importants d’Antinoé, en nombre et en qualité : il s’agit du matériel trouvé par Albert Gayet durant ses vingt années de fouilles (1895-1914).

Autour des collections

Programmation à l’auditorium du Louvre : cliquez ICI

Colloque : Le tombeau des Rois, un "itinéraire de Jérusalem à Paris" (1963-2013) : Samedi 23 mars 2013 de 10h à 18h (Programme sur le site du musée).

Renseignements pratiques

  • Musée du Louvre, 75058 Paris - France
  • + 33 (0)1 40 20 53 17
  • Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
  • Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi.
  • Fermetures : Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
  • http://www.louvre.fr/

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 843

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!