">
user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

Peintures et calligraphies du musée de Shanghai

Le musée Cernuschi propose de découvrir jusqu'au 30 juin 2013, une période clé de l'histoire de l'art chinois : "L'école de Shanghai (1840-1920)".

Poursuivant son exploration de la peinture chinoise, le musée Cernuschi à Paris, propose, grâce aux prêts exceptionnels du musée de Shanghai, de découvrir une période clé de l’histoire de l’art chinois au cours de laquelle peintres et calligraphes réunis à Shanghai ébauchent une nouvelle modernité.

A la suite de la signature du traité de Nanjing (Nankin), qui met fin à la première guerre de l’opium, la Chine est contrainte, en 1842, d’ouvrir au commerce international cinq ports dont celui de Shanghai.

Ces bouleversements historiques sont à l’origine d’un profond bouleversement culturel mais aussi d’un véritable renouveau des arts caractérisé par la libération du trait et l’irruption de la couleur.

Shanghai, port ouvert

Au XIXe siècle, la dynastie Qing est profondément ébranlée par l’insurrection des rebelles Taiping et la menace militaire des puissances occidentales.

De nombreux peintres et calligraphes fuyant les conflits convergent vers la région de Shanghai où se développe une nouvelle culture influencée par les échanges avec l’Occident. Située à l’embouchure du Yangzi, la ville offre des conditions idéales pour les échanges commerciaux nationaux et internationaux.

La nouvelle métropole compte également de riches marchands qui suscitent des formes inédites de mécénat artistique, et participent à l’émergence d’un nouveau marché de l’art qui modifie profondément le statut de l’artiste.

Le métier de peintre à Shanghai

En Chine, les rapports traditionnels entre les peintres et leurs mécènes se caractérisaient souvent par une relation directe, qui supposait l’accueil de l’artiste dans la demeure de son protecteur, où il pouvait consulter ses collections et créer à loisir.

En accueillant les artistes en résidence en échange de leur production, les patrons de ces boutiques qui leur procurent une clientèle et travaillent à établir leur réputation, jouent un rôle qui préfigure celui des galeries d’art actuelles.

Par ailleurs, la création d’association par les peintres représente un élément majeur des nouvelles formes de sociabilité apparues à Shanghai. Elles sont à l’origine des premières expositions de peinture et de calligraphie qui instaurent un nouveau type de relation entre l’artiste et le public.

Présentation de l’exposition

L’exposition présente dans un premier temps l’héritage du Jiangnan en montrant comment, genre par genre, les peintres sont habités par les réminiscences des styles créés dans cette région.

Elle accordera ensuite une place importante aux personnalités les plus marquantes : celles qui ont provoqué une rupture dans la représentation humaine en créant des images réalistes ou caricaturales, comme Ren Xiong ou Ren Bonian; celles, comme Xu Gu, qui ont sorti le paysage des formules stylistiques héritées du début de la dynastie Qing, et qui l’ont orienté vers une simplification essentielle.

La transposition des modèles calligraphiques dans le domaine de la peinture consacre la puissance expressive du trait. Ce style, initié par Zhao Zhiqian, trouve son aboutissement dans l’œuvre de Wu Changshuo.

C’est dans la catégorie des "peintures de fleurs et d’oiseaux", que l’évolution du style est la plus manifeste

La nouveauté de l’école de Shanghai se manifeste tant dans l’usage que les peintres font de la couleur que dans le profond renouvellement dans la représentation de la figure humaine. Il ne faudrait pas oublier que la modernité de ce courant pictural tient également à la mobilité des artistes et au renouvellement du cadre social dans lequel s’inscrivent leurs créations.

La tige d’une plante, la queue d’un poisson sont animés d’un puissant dynamisme dont l’effet est renforcé par des tons vifs, parfois empruntés à la palette occidentale.

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, Shanghai devient la nouvelle métropole des arts, une ville moderne qui reçoit de multiples influences extérieures et attire les peintres d’une large région environnante : le bassin du fleuve Changjiang ou Jiangnan.

Pour en savoir plus

Renseignements pratiques

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 836

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!