">
user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

Une exposition poétique ou tragique : "L'Ombre du fou rire"

Jusqu'au 17 mars 2013, à Paris, la Fondation Cartier pour l'art contemporain présente la première exposition majeure consacrée à Yue Minjun en Europe.

À travers près de quarante tableaux issus de collections du monde entier, ainsi qu’une centaine de dessins encore jamais montrés au grand public, l’exposition dévoile l’esthétique singulière et complexe d’une œuvre qui se dérobe à toute interprétation.

Le visiteur a une occasion unique de découvrir le travail de Yue Minjun, qui est aujourd’hui reconnu et dont la célébrité contraste avec la grande discrétion.

Revisitant les codes du grotesque par une iconographie haute en couleur et hantée de personnages au rire énigmatique, l’artiste chinois porte un regard ironique et désabusé sur le contexte social de la Chine contemporaine et sur la condition humaine dans le monde moderne.

Les visages peints ou sculptés qui parcourent l’œuvre de Yue Minjun, la bouche béante et les yeux fermés conservent la fixité de masques impénétrables

Ces portraits, d’abord inspirés des amis de l’artiste, se fondent peu à peu dans un seul et même visage, celui de Yue Minjun, apparaissant dès lors comme autant de miroirs reflétant ce que chacun veut y voir : une caricature de l’uniformisation de la société chinoise, un moyen de survivre dans un monde devenu absurde, ou une simple forme d’autodérision de la part de l’artiste.

La reproduction de ce rire se révèle dans le même temps source inépuisable de possibles graphiques, les mêmes personnages aux traits immuables et stylisés occupant seuls la toile ou se démultipliant à l’infini.

C’est dans une communauté d’artistes, près de Pékin, au début des années 1990, que Yue Minjun définit son style et les contours de son principal sujet : le rire.

Né en 1962 à Daqing, dans la province du Hei Long Jiang en Chine, l’artiste peint d’abord en amateur, avant de partir étudier l’art en 1985 à l’école normale de la province du Hebei.

Au même moment se développe en Chine un nouveau courant artistique dont Yue Minjun a souvent été considéré comme un des principaux représentants, le "réalisme cynique".

Marqués par un climat social tout à fait différent de celui des années 1980 et par l’ouverture de l’économie chinoise au marché mondial, les jeunes artistes rompent à la fois avec le "réalisme socialiste" et avec les avant-gardes. Ils portent un regard plus acerbe et moins idéaliste sur leur environnement.

Parcours dans l’œuvre de Yue Minjun

L’exposition présente un choix d’œuvres réalisées au début des années 1990. Ces toiles, parmi les premières, ont été rarement exposées et sont pourtant très importantes dans son œuvre, tant elles témoignent d’une recherche et d’une définition progressive de son style.

Pendant ces années, l’artiste s’installe dans la communauté d’artistes du village du Yuanmingyuan, près de Pékin, où il choisit ses amis pour sujets.

La représentation est encore réaliste et les physionomies des visages très diversifiées, mais peu à peu, de nombreux éléments stylistiques propres à son travail prennent place dans ses toiles : le portrait, la répétition, l’absurdité des situations ou encore la représentation d’éléments réels, comme certains monuments historiques par exemple.

L’ombre du fou rire

Montrés pour la première fois au grand public, une centaine de dessins dévoilent la pratique quotidienne de l’artiste, comme un carnet de notes et d’inspiration.

Ébauches préparatoires, ou notations d’idées fugaces, cet ensemble rappelle que l’œuvre de Yue Minjun est bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord : il faut se perdre dans la répétition d’un même motif pour ressentir l’ombre de ce fou rire.

C’est aussi ce qui transparaît dans une série de photographies prises par le frère de l’artiste et projetées à la façon d’un diaporama qui montre l’artiste dans des positions, attitudes et postures proches de celles des personnages qu’il peint.

Renseignements pratiques

  • Fondation Cartier pour l’art contemporain
  • 261, boulevard Raspail - 75014 Paris
  • Tél. 01 42 18 56 50
  • www.fondation.cartier.com

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 837

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!