"Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde"

Le musée d'Orsay présente jusqu'au 15 janvier 2012 une exposition qui explore "l'aesthetic movement", nouvelle idéalisation de l'art et de la beauté

Un extraordinaire mouvement, dans l'Angleterre de la seconde moitié du XIXe siècle, se donne pour vocation d'échapper à la laideur et au matérialisme de l'époque, par une nouvelle idéalisation de l'art et de la beauté

En voulant supprimer "l’art pour l’art", les peintres et les poètes ont créé une nouvelle forme d’art qui n’existait que pour être beau ; un art libéré des principes de l’ordre établi et des notions victoriennes de moralité et qui osait simplement procurer du plaisir et faire allusion au charme de la sensualité.

L’exposition dresse le portrait des personnalités les plus brillantes du mouvement, dont des artistes, des poètes et leurs muses, des décorateurs et des créateurs de beaux objets, des esthètes et des collectionneurs ayant voué leur vie à la recherche de la beauté, à travers les portraits, les photographies et les vêtements en vogue à l’époque.

Le mouvement esthétique

" Beauté, morale et volupté " étudie l’esthétisme d'après les travaux et les idées de ses figures les plus représentatives, en décrivant l’évolution de cette audacieuse expérience concernant l’art et l’art de vivre bohème et romantique des années 1860, jusqu’à sa phase finale et fascinante, la décadence de la dernière décennie du règne de la reine Victoria.

Parallèlement à l'essor de l’esthétisme en peinture, il y eut, dans le domaine des arts décoratifs, une impérieuse nécessité de réformer le design, ainsi qu’un intérêt inédit et croissant pour la décoration intérieure.

Présentation de l’exposition

La collection rassemble un groupe incomparable de peintures emblématiques de ce mouvement, ainsi que du mobilier et des œuvres de premier plan dans le domaine des arts décoratifs, très raffinés. La littérature est représentée par quelques-uns des plus importants et des plus somptueux ouvrages de l’époque.

En plus de rassembler de nombreuses œuvres montrées individuellement, la présentation d'un certain nombre d'entre elles regroupées sous forme d'ensembles permet de représenter l’univers visuel des esthètes et le type de pièces et de beaux objets à travers lesquels ils exprimaient leurs goûts et leurs idéaux.

Coïncidant avec une période d’expansion sans précédent des marchés intérieurs, les styles privilégiés par les décorateurs esthètes furent parmi les tous premiers à être exploités commercialement en Grande- Bretagne.

L’Angleterre d’Oscar Wilde (1854 – 1900)

La plupart des architectes et des décorateurs majeurs de l’avant-garde des "fabriques d’art", ne cherchaient pas seulement à travailler pour de riches clients, mais repensaient également la décoration des foyers de la classe moyenne ; ainsi, la notion de "Maison merveilleuse" devint le symbole d’un mode de vie sophistiqué.

À cette époque, les "Palais d’Art", maisons créées par des artistes ainsi que les styles de vie extravagants de ces artistes, suscitent la fascination du public. Parmi les principaux collectionneurs et mécènes qui achetaient les peintures des esthètes et meublaient leurs maisons selon ce nouveau style, on peut distinguer deux groupes : un cercle d’aristocrates et d’intellectuels d'un certain âge, opposé à une nouvelle classe de marchands et d’industriels ambitieux, sûrs d’eux et pour la plupart autodidactes.

Informations pratiques

  • Musée d'Orsay - 62, rue de Lille – 75017
  • Autour de l'exposition : Poètes et musiciens dans l'Angleterre d'Oscar Wilde
  • Site du Musée d'Orsay
  • 01 40 49 48 14

Sur le même sujet