"Ce que l'œil ne voit pas", une exposition à L'Isle-Adam

Une collection des gravures et dessins de Christine Bouvier, est présentée du 20 novembre au 26 février 2012 au musée d'Art et d'Histoire Louis Senlecq.

Christine Bouvier est née en 1958 à Aix-en-Provence. Ancienne élève du peintre et graveur Pierre Courtin à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, elle développe un travail autour des notions de temps, de mémoire et d’image, alternant principalement l’usage du dessin et de la gravure.

Depuis 2005, l'artiste est inspirée par des paysages familiers (forêt de l’Hautil dans les Yvelines, carrières, effondrements inondés...) et des éléments plus modestes tels que reflets, flaques, ruisseaux, qui sont pour elle, originels et fondateurs de l’imaginaire.

Pour Christine Bouvier, le dessin est le moyen d’exprimer l’émergence et l’effacement des corps, des visages, des gestes. La gravure, par essence tactile, permet de donner forme à des sensations, des souvenirs, à la méditation ou au rêve.

L’œuvre gravé

Ancienne élève du peintre et graveur Pierre Courtin à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Christine Bouvier réalise dans son atelier, situé dans le Val-d’Oise, des gravures, reflets du regard de l’artiste sur des ruisseaux, des dolines, des flaques ou des mares, au hasard de déambulations dans des lieux du quotidien.

Elle transforme des paysages anonymes en un monde aqueux, boisé, dense tout en reflets clair-obscur. L’artiste révèle, au travers de 80 gravures récentes, un essentiel invisible pour les yeux. Par la relecture de ce quotidien et par sa maîtrise savante, contemporaine et intuitive des techniques de la gravure, Christine Bouvier donne naissance à un ensemble d’œuvres bruissantes de sensibilité mystérieuse.

Les dessins

Avec une trentaine de dessins composant deux séries -" Présences " et " Au fil du temps "- Christine Bouvier aborde les questions de mémoire et de temps, à travers l’émergence et l’effacement des corps, des visages et des gestes.

À la recherche d’une limite entre l’apparition ou la dissolution dans la lumière du papier, Christine Bouvier utilise des outils très simples : quelques crayons, une gomme. L’artiste marque, trace, puis efface, reprend sur les signes indélébiles, enfin, élague jusqu’à ce que le corps du dessin ne puisse plus disparaître, inscrit sans recours possible dans les fibres du papier.

À propos des gravures et dessins présentés dans l’exposition

Les gravures : captées par la photographie numérique, réinterprétées sur l’écran et transférées sur le cuivre via des impressions laser et un solvant, les images sont inscrites dans la matière du métal par l’attaque de l’acide. L’impression des épreuves restitue la mémoire de tous ces instants gravés dans la matière.

Les dessins : c’est une autre façon d’aborder les questions de mémoire et de temps. Utiliser le dessin comme moyen pour exprimer à la fois l’émergence et l’effacement de corps, de visages, de gestes ; Christine Bouvier est à la recherche d’un moment suspendu entre l’apparition et la dissolution dans la lumière du papier, utilisant des outils très simples : quelques crayons, une gomme.

Film documentaire accompagnant l’exposition

Un film documentaire réalisé par Clovis Prévost, cinéaste et photographe, a été spécialement réalisé pour l’exposition. Il offre au visiteur la possibilité de suivre les pas de l’artiste dans chacune des étapes de son travail. (Durée : 20 minutes environ).

Ce documentaire inédit, réalisé entre novembre 2010 et août 2011, montre Christine Bouvier à l’œuvre dans son atelier, situé à Jouy-le-Moutier dans le Val-d'Oise, et au centre d’art graphique de la Métairie Bruyère, à Parly, dans l’Yonne.

Ce film permet d’approcher les méthodes de travail et les savoir-faire de l’artiste. Il donne à voir d’une manière non didactique, la lente transmutation des images, des reflets photographiques en gravures.

Le musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq

Les origines du musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq remontent à 1939, date à laquelle à l’initiative du docteur Louis Senlecq l’association « les Amis de L’Isle-Adam » est créée, dans l’objectif de rechercher, préserver et faire connaître le patrimoine de la ville et d’en perpétuer le souvenir.

Le musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq compte parmi les plus petits musées de France. Afin de pallier des collections moins nombreuses que dans d’autres musées plus anciens, des expositions temporaires ambitieuses portant sur des sujets originaux lui offrent une renommée qui dépasse largement les frontières de l’Hexagone.

Informations pratiques

  • Musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq
  • 31 Grande Rue – 95290 L’Isle-Adam
  • Tél. : 01.34.69.45.44
  • Email : musee@ville-isle-adam.fr
  • Sources : http://musee.ville-isle-adam.fr

Sur le même sujet