Exposition à Jouy-en-Josas : Parties de Campagne

Le musée de la Toile de Jouy, présente les "Jardins et champs dans la toile imprimée aux XVIIIe- XIXe siècles"
15

Le musée de la Toile de Jouy , situé au château de l’Eglantine à Jouy-en-Josas (à 18 km de Paris), propose l’exposition Parties de campagne du 29 avril au 20 novembre 2011. Les collections textiles qui proviennent du musée, représentent les jardins, fêtes champêtres, saisons et travaux des champs.

En suivant un parcours-promenade évocateur des jardins à la Française ou à l’Anglaise, alternant topiaires (figures taillées dans la verdure), labyrinthe et gloriette(refuge ombragé dans un jardin), les visiteurs se retrouvent dans une atmosphère raffinée et bucolique, parfumée à la rose, au son du chant des oiseaux.

L’univers des jardins et de la campagne est évoqué à travers 250 pièces de collections, organisées en six grands chapitres.

Le musée de la Toile de Jouy

La manufacture des toiles de Jouy est fondée en 1760 par Christophe Philippe Oberkampf, elle connaît un essor fabuleux et se fait connaître dans le monde entier.

Ouvert en 1977, le musée de la Toile de Jouy commémore cette remarquable aventure industrielle. Au fil des années, est créée une collection de près de 7000 pièces témoignant du vif goût pour la toile de Jouy dans le costume et l’ameublement du XVIIIe siècle au XXIe siècle.

Le public découvre avec les toiles composées d’après les dessins de Jean-Baptiste Huet (1745-1811), peintre de Louis XVI, l’univers qui caractérise la Toile de Jouy : les scènes pittoresques de bergères, fermières et animaux de la ferme dans une vision idéalisée de la campagne.

Premier thème de l’exposition : le paradis floral

Les fleurs représentées dans les toiles sont inspirées dès la fin des années 1770 de la flore de l’Inde et de la Perse, d’où étaient importées les premières toiles imprimées. Ces fleurs orientales n’excluent pas la présence de motifs floraux naturalistes européens.

Oiseaux, rubans et guirlandes, semis, rayures et bouquets, constituent ainsi un merveilleux herbier sur coton. De somptueux ouvrages de la bibliothèque municipale de Versailles, complètent cette présentation fleurie.

Deuxième thème de l’exposition : conter fleurette

Jardiniers, jardinières ou bergers et bergères sont les protagonistes de charmantes scènes galantes où cultiver son jardin et faire sa cour sont souvent synonymes comme dans la toile normande Les premiers amours d’Henri IV ou l’origine de conter fleurette.

Les scènes des toiles imprimées s’inspirent des peintres à la mode comme Watteau, Lancret, Fragonard, Boucher et leurs représentations idéalisées.

Troisième thème de l’exposition : s’amuser

En ville, les divertissements dans les jardins parisiens foisonnent. Sont représentés sur les toiles : pique-niques, colin-maillard, parties de volants, de boules, escarpolettes et balançoires.

Au Jardin des Tuileries ou dans le Parc de Versailles, les jeux s’accompagnent de spectacles plus extraordinaires comme l’envol des premiers ballons et montgolfières (Toile de Jouy Le ballon de Gonesse ).

Quatrième thème de l’exposition : les quatre saisons

Les toiles imprimées représentent aussi les saisons et les travaux des champs comme la danse autour de l’arbre de mai, survivance d’une fête païenne en l’honneur de la déesse du printemps, qu’on peut voir dans la Toile de Jouy de la fin du XVIIIe siècle Les délices des quatre saisons.

Les saisons et les mois sont souvent prétexte à montrer les différents travaux des champs : la moisson, les vendanges, La cueillette des pommes, des cerises, Le retour des champs.

Cinquième thème de l’exposition : chasse et pêche

Les toiles imprimées françaises abondent en représentations de chasse. Des saynètes relatives à la pêche leur sont souvent associées. On peut ainsi retrouver dans les toiles une véritable anthologie de la chasse, de la vénerie à la fauconnerie.

Puis, tandis que le romantisme naissant fait appel aux légendes médiévales et aux vocations littéraires (toile de Jouy retraçant Les aventures de Don Quichotte), la chasse à courre, qui connaît un renouveau considérable au XIXe siècle, est abondamment illustrée dans les toiles.

Sixième thème de l’exposition : architectures et mobilier de jardins (fabriques, serres)

Les parcs de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle sont agrémentés de pittoresques édifices appelés fabriques qui vont de la simple stèle à la salle de bal. Comme la maison chinoise du désert de Retz, le hameau de la reine à Versailles ou la laiterie de Rambouillet.

Le hameau et la ferme évoquées dans de très nombreuses toiles de Jouy, représentent la vie simple des paysans alors que la cabane et l’ermitage procurent au philosophe une paisible retraite.

Informations pratiques

  • Exposition « Parties de Campagne » du 29 avril au 20 novembre 2011
  • Musée de la Toile de Jouy - Château de l’Églantine
  • 54, rue Charles de Gaulle - 78350 Jouy-en-Josas
  • Tél. 01 39 56 48 64
  • www.museedelatoiledejouy.fr

Sur le même sujet