Exposition à Moulins : "La Vérité est au musée !"

Jusqu'au 29 avril 2012, le musée Anne-de-Beaujeu propose une exposition-dossier sur l'une des pièces maîtresses de sa collection de peinture.

Chef-d’œuvre de la collection du musée de Moulins, La Vérité sortant du puits a fait sensation lors de l’exposition internationale "Jean-Léon Gérôme" qui s’est tenue en 2010 et 2011 à Los Angeles, Paris et Madrid.

Gérôme a consacré au moins deux années à ce sujet et en a proposé quatre versions différentes. L’exposition rassemble l’ensemble des recherches (dessins, études, variantes) conservé dans les collections publiques françaises.

La Vérité est souvent associée au temps. Nicolas Poussin peint ainsi en 1641 un plafond pour le cardinal-ministre Richelieu, destiné au Grand Cabinet du Palais Cardinal : la Vérité est soustraite aux atteintes de l’ Envie et de la Discorde et emportée dans les bras du Temps . Cette formule connut un grand succès.

Présentation de l’exposition : La Vérité est au musée !

Pour la première fois, l’ensemble des dessins, esquisses et variantes conservés en France a été rassemblé et confronté afin de saisir le processus créatif de l’artiste et dévoiler les toutes dernières recherches des historiens de l’art.

Cette exposition-dossier examine également l’utilisation de ce sujet allégorique chez les contemporains de Gérôme.

Le plafond magistral de la Comédie-Française, le somptueux décor d’un hôtel particulier parisien, le J’accuse de Zola version peinture, l’étrangeté hypnotique du travail de Jean-Jacques Henner permettront de comprendre comment ce sujet classique, connu depuis la Renaissance, a pu être traité et renouvelé à la fin du 19e siècle.

Comment est représentée la "Vérité" de la Renaissance au 18e siècle ?

Une allégorie est une forme de représentation qui emploie un ou plusieurs éléments figurés (une personne, un objet, une action) pour signifier une idée abstraite ou une notion morale.

De la Renaissance au 18e siècle, "La Vérité" est toujours représentée par une femme nue qui regarde le ciel ou qui tient un objet éblouissant (un flambeau, un soleil, un miroir). Au 17e et au 18e siècle siècles, la Vérité est souvent associée au Temps (un vieil homme ailé) qui la dévoile ou qui la sauve.

Les plus anciennes représentations de l’allégorie de la Vérité se rencontrent à la Renaissance. Botticelli peint en 1495 : La Calomnie d’Apelle où la Vérité adopte les traits d’une jeune femme nue, pointant le doigt vers le ciel.

Le parcours de l’exposition

De grands musées ont joué le jeu de cette enquête en acceptant de se séparer pour quelques mois de certains de leurs chefs-d’œuvre comme le musée d’Orsay, les musées des Beaux-Arts de Lyon, Nancy et Vesoul, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme ainsi que des collectionneurs particuliers.

Un catalogue richement illustré, des conférences d’historiens de l’art réputés et des animations accessibles au jeune public complètent cette manifestation.

L’exposition s’organise selon un parcours en sept points :

  • La Vérité, sujet de grands décors :

  • La Vérité rend hommage aux grands hommes :

  • La Vérité et les Salons parisiens :

  • La Vérité de Jean-Léon Gérôme, le processus créatif :

  • La Vérité et l’affaire Dreyfus

  • La Vérité comme manifeste artistique

  • De nouvelles Vérités

Renseignements pratiques

  • Musée Anne-de-Beaujeu & Maison Mantin
  • Place du Colonel Laussedat - 03000 Moulins
  • T (33) 04 70 20 48 47
  • F (33) 04 70 20 89 31
  • http://www.mab.allier.fr/

Sur le même sujet