Exposition "Arles, les fouilles du Rhône Un fleuve pour mémoire"

Jusqu'au 25 juin 2012, le musée du Louvre présente les pièces les plus spectaculaires découvertes dans le Rhône, lors des prospections et des fouilles.
38

Depuis près de vingt-cinq ans, l’équipe du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), dirigée par Luc Long, conduit des prospections et des fouilles dans le Rhône et s’est attachée notamment à explorer la partie urbaine du fleuve traversant Arles.

Une dizaine d’épaves ont été repérées dont deux navires fluviaux à fond plat (dénommés Arles-Rhône 3 et 5) qui ont livré un matériel d’une exceptionnelle richesse présenté ici. Des objets rarissimes, en bronze notamment, sont présentés après des années d’études et de restauration : chapiteaux et colonnes, fragments de statues et de reliefs, pièces d’orfèvrerie romaines, amphores, lampes, armes….

Cet ensemble exceptionnel est exposé avec des œuvres du musée Calvet d’Avignon, du Louvre, de Vienne et du musée de Turin qui apportent un éclairage différent et donnent des éléments de contexte.

Arles, une cité fluviale et maritime

Située dans la basse vallée du Rhône à une trentaine de kilomètres de la mer Méditerranée, Arles présentait toutes les conditions pour devenir un centre politique et commercial important. Cette situation favorable devint un atout majeur à la suite des guerres contre Carthage, qui conduisirent Rome à contrôler les territoires reliant l’Italie à l’Espagne et à l’Afrique du Nord.

La fondation en 46 avant J.-C. de la colonie romaine d’Arelate par Jules César avec les vétérans de la vie légion conduits par Tiberius Claudius Nero ne fit que renforcer cette vocation commerciale dont l’aménagement des installations portuaires est le signe le plus manifeste.

Vingt ans de fouilles du Rhône : un passé fascinant refait surface

Les fouilles archéologiques menées dans le Rhône à Arles ont permis de mettre au jour des objets inestimables pour comprendre et reconstituer le riche passé de l’Arles romaine (Arelate).

Fragments architecturaux, objets et outils du quotidien, fragments de statues, pièces d’orfèvrerie romaine, amphores, lampes et armes offrent un passionnant voyage au temps de la splendeur antique de la cité fluviale. Ils témoignent des moments de découvertes et d’études des objets mis au jour.

Les milliers de récipients collectés attestent l’importance du commerce rhodanien aux Ier et IIe siècles après J.-C. depuis et vers l’Italie, l’Espagne ou l’Afrique.

Un débat passionnant autour de Jules César

A la cinquantaine d’œuvres prêtées par le musée départemental Arles antique, s’ajoutent celles du musée du Louvre, du musée Calvet d’Avignon et du musée de Turin, qui prête en exclusivité l’unique buste de Jules César (101-44 avant J.-C.), identifié comme tel jusqu’à la découverte en 2007 du buste d’Arles.

Malgré les descriptions littéraires, aucune sculpture ne porte une inscription antique permettant une identification certaine. Seules des monnaies frappées de son vivant montrent un homme au long cou ridé, au menton petit mais prononcé, aux joues creuses.

Depuis la fin du XIXe siècle, les savants ont donc cherché à identifier son portrait en marbre à partir de ces indices. Des têtes sont présentées autour du portrait de Turin découvert à Tusculum et présenté pour la première fois ici aux côtés du César d’Arles.

Renseignements pratiques

  • Musée du Louvre, 75008 Paris
  • Aile Richelieu, entresol
  • Informations diverses : site officiel

Sources d’informations

  • Catalogue de l’exposition : César, le Rhône pour mémoire, musée départemental Arles antique. Sous la direction de Luc Long et de Pascale Picard.
  • Visite de l’exposition
  • Musée départemental Arles antique : site officiel

Sur le même sujet