Exposition au Palais de la découverte "Préhistoire(s), l'enquête"

Jusqu'au 17 juin 2012, l'exposition propose un parcours qui plonge le visiteur dans un dispositif d'investigation archéologique avec une énigme à résoudre
18

Conservée au Muséum de Toulouse, la sépulture de Téviec laissait planer le mystère de ses origines et celui du couple inhumé. Une exposition les dévoila en 2010 au public toulousain et de passage.

Aujourd’hui, ce couple est au Palais de la découverte à Paris. Pourquoi un tel voyage ? Pour permettre à d’autres regards de s’interroger sur leur identité, les causes de leur mort et l’ensemble des objets qui leur sont associés.

L’exposition "Préhistoire(s), l’enquête" organisée autour d’une mise en scène originale, est conçue par le Muséum de Toulouse et reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication.

Les Commémorations nationales

Créée en 1974 par Maurice Druon, alors ministre de la Culture, la délégation aux célébrations nationales dépendait à l’origine de l’Association française pour les célébrations nationales. Rattachée à la direction des Archives de France en 1979, elle est alors chargée par le ministre "de veiller à la commémoration des événements importants de l’histoire nationale".

Le programme des manifestations organisées autour des célébrations nationales est complété et mis à jour tout au long de l'année. Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a présenté le Recueil des Commémorations nationales de 2012, le 4 janvier dernier.

L’énigme de la double sépulture de Téviec

Découverte en 1928 au large de Quiberon, elle est au cœur de toutes les interro­gations : qui sont ces deux êtres humains qui ont été enterrés l’un contre l’autre ? Pourquoi sont-ils décorés de bijoux et de coquillages ? S’agit-il d’un couple ? Que leur est-il arrivé ? À quelle époque vivaient-ils ? À quel âge sont-ils morts ?

Une énigme à cinq clés : pour résoudre cette véritable enquête policière, le visiteur dispose d’une palette moderne d’outils archéologiques, répertoriés parmi cinq pôles. Au centre de l’intrigue, la sépulture de Téviec et ses deux squelettes surmontés de bois de cerf.

Les investigations répertoriées pour résoudre l’enquête préhistoriques

L' "Investigation anthropologique", où l’étude des origines de l’Homme s’appuie sur des techniques scientifiques avancées telles que le prélèvement ADN, l’anthropométrie ou la paléopathologie;

L'"investigation chronologique" et les fameux procédés de datation comme le Carbone 14. C’est une méthode communément utilisée par les archéologues, l’analyse au C14 situe la mort des individus sur une fourchette de 400 ans.

Il y a aussi la stratigraphie, la thermoluminescence, l’archéomagnétisme, la dendrochronologie, etc.

L'"investigation environnementale" qui se base sur l’étude de bio-indicateurs qu’ils soient d’origine botanique (pollen, spores, graines, charbons de bois) ou bien zoologique (restes organiques d’animaux) ;

L'"investigation technologique", qui fait parler les outils préhistoriques afin d’en retirer de précieux renseignements tels que le niveau de sophistication de l’élaboration, l’exploitation des matières premières nécessaires à leur fabrica­tion et les usages auxquels ils étaient voués ;

L'"investigation sociale" : dans le cas présent, analyser les rites funéraires dont ces deux sépultures ont fait l’objet permet de comprendre comment vivait la population de cette époque et comment s’organisait leur société.

Enquête au cœur de la faune mésolithique

Aux côtés de l’authentique sépulture de Téviec, des pièces de collection uniques et remarquables permettent de recréer en partie la faune de l’époque, comme ce squelette de rhinocéros laineux : spécimen rare issu des froides étendues de Sibé­rie, il mesure plus de 4 mètres de long !

Aujourd’hui disparu, cet animal est exposé aux côtés d’un cerf mégacéros, un ours des cavernes et un ours des Pyrénées (ou du moins leurs ossatures). Leurs cris et leurs fourrures ont été reconstitués, permettant aux visiteurs d’entendre et de ca­resser ces espèces venues d’un autre temps.

Entre cartels tactiles, bornes audiovisuelles, maquettes reconstituant des scènes de vie du mésolithique, vidéos d’archéologues et fabuleux objets de collection, Préhistoire(s) l’enquête est une épopée fascinante où le visiteur se raconte à lui-même l’histoire de nos ancêtres, il y a plus de 7000 ans...

Renseignements pratiques

  • Palais de la découverte
  • Avenue. Franklin Roosevelt - 75008 Paris
  • Accueil : 01 56 43 20 21 / serveur vocal : 01 56 43 20 20
  • Plan de visite : ici

Sources d’informations

  • Site officiel : http://www.palais-decouverte.fr/
  • Livret enquête de l’exposition "Préhistoire(s)" : Double mort à Téviec .

Sur le même sujet