Exposition "Bertrand Lavier, depuis 1969" au Centre Pompidou

Le Musée national d'art moderne consacre jusqu'au 7 janvier 2013 une rétrospective sans précédent à l'œuvre de l'artiste.
Advertisement

Bertrand Lavier est né le 14 juin 1949 à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or). Il s’est affirmé depuis plusieurs décennies comme l’une des figures incontournables de la scène européenne de l’après-modernisme.

L’exposition se construit autour d’une cinquantaine de pièces majeures, dont plusieurs créations récentes, retraçant l’ensemble de l’œuvre de l’artiste, depuis 1969. Tous ses "chantiers", comme il désigne ses séries de travaux qu’une grande variété de matériaux et de techniques caractérise, émettent sur la même "longueur d’onde" : esprit, humour, goût du paradoxe, virtuosité.

Situé au cœur de Paris, le Centre Pompidou abrite à la fois le Musée national d'art moderne, des galeries d'expositions, une bibliothèque encyclopédique, des salles de cinéma, de spectacles, de concerts, ainsi qu'un Centre de recherche musicale.

De ses études d’horticulture, Bertrand Lavier a gardé le souvenir d’une technique qui constitue le cœur de sa méthode : la greffe

Si les éléments greffés l’un sur l’autre vont changer au fil des années et selon les "chantiers" ouverts par l’artiste, la logique créatrice reste la même.

Dès 1980, Lavier s’adonne à une curieuse greffe : la représentation picturale d’un objet, par exemple un miroir, un piano de concert ou le tableau d’un autre artiste, est greffée sur cet objet lui-même. Une peinture figurative d’un nouveau genre est ainsi née.

Peu après, c’est un réfrigérateur qui est transplanté sur un coffre-fort pour une étonnante combinaison sculpturale. Des superpositions d’objets de toutes sortes verront par la suite le jour. Parfois encore, Lavier joue avec des greffes existantes, comme celle de la signature Picasso sur l’objet peint qu’est la carrosserie d’une automobile Citroën.

Présentation de l’exposition

Jouant avec les catégories, les codes, les genres et les matériaux, l’art de Lavier manifeste une inclination profonde pour l’addition, le croisement, l’hybridation, la transposition.

La rétrospective du Centre Pompidou, organisée thématiquement et non chronologiquement, propose un parcours qui met en évidence cette entreprise de court-circuit des identités.

Un piano recouvert de son image picturale, un réfrigérateur sur un coffre-fort, un ours en peluche soclé à la façon d’un objet d’art primitif dont le regard hésite entre une voiture accidentée et un canapé en forme de lèvres posé sur un congélateur, des néons, un film, une tapisserie et une mosaïque rejouant des peintures célèbres ou encore des moulages en bronze nickelé de statuettes africaines, voilà quelques-uns des moments d’une exposition qui sollicite à parts égales l’œil et l’esprit.

Toute l’œuvre de Lavier donne des exemples multiples et variés de la pratique de la transposition, du passage d’un état à un autre.

Pour l’artiste, une œuvre reste vivante tant qu’elle peut être l’objet d’une transposition. Dès 1978, il réalise une sculpture avec un bloc de peinture, puis en fait tirer un moulage en bronze de cette peinture en trois dimensions.

En 1986, il imagine un diptyque consistant en la photographie d’une surface recouverte de peinture rouge, dont une moitié a été elle-même recouverte d’une peinture identique.

Un véritable chassé-croisé entre photographie et peinture qui brouille l’identité des deux. À la fin des années 1990, Lavier entreprend de convertir en grandes toiles abstraites les badigeons blancs des vitrines de commerces en chantier.

En 2012, un Christ anonyme en bois de la fin du XXe siècle, sans bras ni tête, ressuscite dans un bronze d’orfèvrerie.

Renseignements pratiques

  • Centre national d’Art et de Culture Georges Pompidou
  • Place Georges Pompidou - 75004 Paris
  • Standard 33(0)1 44 78 12 33
  • Réservation visite commentée du musée 33(0)1 44 78 40 54
  • Réservation visite libre ou avec conférencier extérieur 33(0)1 44 78 42 11
  • Publics handicapés 01 44 78 49 54
  • Site Web : http://www.centrepompidou.fr/

Advertisement
1

Culture