Exposition de mobilier à Paris : l'heure, le feu, la lumière

Le Mobilier national propose la découverte de la collection exceptionnelle des bronzes de 1800 à 1870, du Garde-meuble impérial et royal.

Le Mobilier national a hérité du Garde-meuble impérial et royal une collection d’objets exceptionnels par leur histoire, leur symbolique et leur qualité. L’exposition "L’heure, le feu, la lumière" présente jusqu’au 27 février 2011 à la Galerie des Gobelins à Paris (13e) un ensemble de bronzes d’ameublement: lustres, candélabres, bras de lumières, flambeaux, feux, vases, toilette, pendules, des années 1800 à 1870.

Les bronzes d'ameublement du XIXe siècle retenus pour l’exposition, jusqu’alors jamais présentés dans la capitale, forment un ensemble d’une rare diversité et font partie des objets mobiliers les plus représentatifs de leur époque. Ils sont à la fois des symboles de pouvoir, l’expression d’un épanouissement artistique et le reflet d’une société.

Dès le début du parcours, les magnifiques pendules de la collection du Mobilier national, au centre de l’exposition, permettent de découvrir la progression de la visite par une symbolique du temps. Ainsi le rythme des pendules va scander les périodes historiques et stylistiques successives… Premier Empire, Restauration, Second Empire…

Histoire du Mobilier national

Depuis plus de trois siècles, le Garde-meuble royal, devenu Mobilier impérial puis Mobilier national, conserve, répare, entretient environ 100 000 objets mobiliers destinés à l’ameublement du palais de l’Elysée et des autres résidences présidentielles, de l’hôtel Matignon, des ministères, des ambassades et des grands corps de l’Etat (plus de 600 lieux de dépôt).

Les sept ateliers (ébénisterie, menuiserie en sièges, restauration de tapis, tapisseries, lustrerie et bronze, tapisserie décor, tapisserie d’ameublement.) du service des travaux assurent la restauration des éléments les plus prestigieux des collections et contrôlent les opérations confiées à l’extérieur à des artisans spécialisés.

Le Mobilier national est installé depuis 1937 dans un bâtiment construit par Auguste Perret sur les anciens jardins de la manufacture des Gobelins.

La collection des pendules du Mobilier national

Le Mobilier national dispose d'un fonds d’environ neuf cents pendules, cartels ou régulateurs. Ce fonds, remarquable de qualité, s'est constitué notamment sous l'Empire, la Restauration, la monarchie de Juillet et le Second Empire.

Pendant le XIXème siècle, le Garde-meuble mène une politique d’achats soutenue faisant appel aux horlogers et aux bronziers les plus illustres pour remeubler les châteaux et palais, impériaux, royaux et nationaux.

La deuxième moitié du XVIIIe siècle voit naître les éléments d’une révolution dans la conception du temps. Les tout premiers agendas sont édités. Au XIXe siècle, il n’est donc pas étonnant que dans la société bourgeoise, la pendule dite “de cheminée” s’impose dans tous les salons. Elle y devient un élément du décor autant qu’un instrument horaire.

L’exposition : L’heure, le feu, la lumière de 1800 à 1870

L’exposition s’organise autour de quatre sections, réparties sur les deux étages de la galerie. Pendules, torchères, candélabres sont présentés entourés de tapis, de tapisseries, de meubles qui donnent au visiteur une idée de la richesse et de la somptuosité des ameublements, notamment impériaux et royaux dans la France des années 1800-1870.

  • Le renouveau célébré : avec l’avènement de Napoléon 1er, on assiste à une véritable renaissance des arts décoratifs, renaissance qui puise ses sources dans le meilleur du siècle de Louis XV et Louis XVI. Une présentation de pendules (plus de 20), essentiellement dans le centre de la Galerie, constitue le temps fort de la section ; plusieurs relèvent du thème des arts et des lettres.
  • Architecture et monuments : le vocabulaire emprunté à l’architecture tel que pilastres, frontons, colonnes indique l’intérêt porté aux projets et aux réalisations des architectes dont l’influence est réelle au XIXe siècle. Certaines pendules sont d’ailleurs qualifiées dans les inventaires « d’architecture ». Leurs profils et leurs décors, souvent d’une grande sobriété, constituent leur originalité et leur diversité.
  • Symbolique du pouvoir : cinq tapisseries sur les thèmes de Saint Louis, François 1er, Louis XIV, et Napoléon ornent l’escalier. Là encore, plus de vingt pendules, disposées au centre de la galerie ou sur les côtés constituent l’épine dorsale de la section.
  • Entre art et histoire : au XIXe siècle, unir l’art, l’Histoire et le temps s’impose avec évidence. Les pendules, qui constituent une fois de plus l’axe central, jouent un grand rôle dans l’ameublement et de par leurs thèmes évocateurs, ont un pouvoir éducatif certain. Les thèmes abordés n’appartiennent pas seulement à l’antiquité, mais également à l’Histoire plus ou moins récente.

Informations pratiques

Visite de la Galerie des Gobelins - 42 avenue des Gobelins 75013 Paris

Exposition : L’heure, le feu, la lumière 1800 – 1870. Bronzes du Garde-meuble impérial et royal -

Du 21 septembre 2010 au 27 février 2011

www.mobiliernational.fr - T.01 44 08 53 49

Tous les jours, de 11 h à 18h, sauf le lundi,

Sur le même sujet