Exposition Monet au musée Marmottan Monet à Paris

Pour la première fois, est présentée dans le musée qui porte son nom, l'intégralité de la collection Monet, la plus riche au monde.

Parallèlement à la rétrospective que les Galeries nationales du Grand Palais consacrent à l’œuvre de Claude Monet, une exposition inédite et exceptionnelle est présentée jusqu’au 20 février 2011: "Claude Monet, son musée", au musée Marmottan Monet , situé à Paris 16e, quartier Passy.

La complémentarité de ces manifestations est une opportunité exceptionnelle tant pour la connaissance de l’œuvre de Monet que pour le plaisir des visiteurs français et étrangers qui les découvrent.

Pour cette occasion, les rotondes et la grande galerie du rez-de-chaussée, ainsi que la rotonde des Nymphéas au sous-sol du musée et la salle Bernheim, mettront à l’honneur 136 œuvres de Monet ainsi que quelques toiles de ses contemporains.

Claude Monet et les impressionnistes au musée Marmottan

Depuis 1932, date à laquelle Paul Marmottan lègue à l’Académie des Beaux-arts la totalité de ses collections, l’hôtel particulier (devenu musée en 1934) n’a cessé de s’enrichir grâce à des donations exceptionnelles (Morisot, Pissarro, Renoir, Sisley, Daumier…). Michel Monet, second fils du peintre, lègue en 1966 sa collection de tableaux héritée de son père.

L’exposition regroupe ainsi la plus importante collection au monde d’œuvres de Claude Monet: une centaine de toiles et 29 dessins (parmi lesquels 21 caricatures et 8 carnets de dessins), mais aussi des carnets de comptes et des correspondances. Pas à pas, au fil des œuvres de jeunesse et jusqu’aux derniers Nymphéas , jamais le peintre n’aura été autant dévoilé à travers une exposition.

Les caricatures

En 1845, cinq années après la naissance d’Oscar-Claude Monet, sa famille part s’installer au Havre. Le jeune Oscar-Claude s’essaie à la caricature, dont il orne bientôt les marges de ses cahiers. Ce seront ses premières œuvres.

Le musée Marmottan Monet possède vingt-et-une caricatures, parmi lesquelles celles d’acteurs, de journalistes, de romanciers, mais également d’anonymes.

Les portraits

Claude Monet a peint relativement peu de portraits. Ceux que le musée Marmottan Monet conserve sont principalement des portraits de sa famille. Son épouse Camille est d’ailleurs son premier modèle, et il réalise de nombreux portraits de sa femme sur la plage de Trouville.

Monet a également peint des portraits de ses deux fils, et il conserve ceux de son fils cadet durant toute sa vie, et ne les expose jamais..

Impression, Soleil levant (1873) et les premiers paysages

En 1859, Monet s’installe à Paris, entre à l’Académie Suisse et y rencontre Camille Pissarro ; ils se lient d’amitié. Le 17 avril 1874, il expose dans la galerie de Nadar, 35 boulevard des Capucines à Paris, cinq toiles. Elles sont accrochées aux côtés de celles de Renoir, Pissarro, Bazille ou encore Sisley.

Sur les cinq toiles présentées, une va retenir l’attention : Impression, Soleil levant , pour laquelle Monet est prié de donner un titre à indiquer dans le catalogue. Il demande de mettre " Impression " à côté de cette vue du Havre. C’est le terme retenu pour nommer l’événement: "L’Exposition des impressionnistes". La formule connaît par la suite la fortune que l’on sait.

Les voyages

Jusqu’à son installation à Giverny en juin 1883, Monet a voyagé très souvent, sur les bords de la Seine, mais aussi à travers toute l’Europe, de la Norvège à l’Italie, en passant par la Hollande et l’Angleterre

Londres, 1870/1899-1901 : Monet s’intéresse à la Tamise, aux différents reflets dans l’eau, qui la sculptent différemment selon les saisons, mais aussi selon les heures de la journée et de la nuit.

La Hollande, 1871/1886 : toujours en exil à cause de la situation politique en France, Monet est attiré par un paysage haut en couleurs.

Italie, 1883 : en compagnie de Renoir, Monnet se rend sur la Côté d’Azur, puis en Ligurie occidentale.

La Norvège, 1895 : Monet raconte dans sa correspondance l’émerveillement qu’il éprouve devant la beauté des paysages.

Tableaux provenant de séries

La Cathédrale de Rouen : en 1892, Monet décide d’affronter l’architecture majestueuse du monument. Après plusieurs études faites à partir de points de vue divers, son choix s’arrête sur le portail occidental

La Barque : peinte seule, ou avec des personnages, la barque est un autre motif récurrent dans l’œuvre de Claude Monet. Le musée Marmottan Monet possède un exemple des plus fascinants.

La Meule : La série des « meules », imposants gerbiers de blé, débute à la charnière des années 1888-1889.Tout comme les ponts, saules et autres nymphéas, les meules s’observent différemment selon les saisons, selon les heures de la journée.

Le Pont japonais : Claude Monet s’installe à Giverny en 1883 ; il y reste jusqu’à sa mort en 1926. La première représentation du pont est une scène hivernale, en 1895. Le musée Marmottan Monet possède huit versions de ce pont japonais.

Les Nymphéas : de 1897 à sa mort, Monet peint sans relâche cette plante aux larges feuilles. Il consacre au total plus de 250 toiles aux nymphéas.

Les Saules pleureurs : ils sont un motif essentiel dans l’œuvre du peintre. Le saule de Monet semble être plus aquatique que terrestre ; il possède le calme, la sérénité, et l’étendue de l’eau

Les Iris : L’iris est une plante dont Monet affectionne la luminosité, proche du soleil, et la courbe qu’elle trace jusqu’au sol.

Les Agapanthes : Tout comme les iris, les agapanthes peuplent le jardin de Monet et lui valent son admiration la plus profonde.

Informations pratiques

Musée Marmottan Monet

2, rue Louis-Boilly

75016 Paris

Site Internet : www.marmottan.com

Autres articles concernant Claude Monnet :

Les Monet sauvegardés par le musée de l'Ermitage

Claude Monet : les Nymphéas entre ciel et terre

Monet 2010 au Grand palais, un des précurseurs de l'abstraction

Sur le même sujet