Exposition sur les poupées françaises de 1960 à 1979

Le Musée de la Poupée-Paris, propose "Baby-boom, la suite", du 24 mars au 22 septembre 2012, suite de l'exposition sur les poupées de 1946 à 1959.
38

L'exposition "Baby-boom, la suite" présente, d’une part, les principaux fabricants qui ont marqué les années de 1960 à 1979, tels que Bella, Gégé, Raynal, Petitcollin, Nobel, Convert, Clodrey, Laflex, Birgé... d’autre part, les morphologies des poupées de cette époque, à savoir les poupées mannequins, les poupées classiques, les poupons et les silhouettes caricaturales, dans un esprit "flower power" et "pop" acidulé.

Durant cette période, la production de poupées en France est restée importante mais face à la concurrence italienne, espagnole et américaine, les petites entreprises ont souvent dû s'incliner ou devenir de plus en plus agressives, ce qui explique qu'à la fin des années 1970 seuls quelques géants subsistaient sur le marché.

Présentation de l’exposition

Environ 200 pièces provenant de la collection Odin raviront la "génération X" qui a grandi avec ces poupées ainsi que les collectionneurs de ces jouets encore relativement jeunes et pourtant plébiscités par un nombre croissant de passionnés.

La première partie de l'exposition est consacrée aux fabricants de poupées, aux catalogues de fabricants et de grands magasins, cartes postales, publicités et autres documents permettent de resituer ces jouets dans le contexte de leur temps.

La deuxième partie de l'exposition présente les différents types morphologiques des poupées de cette génération : poupées classiques, poupons, poupées mannequins, silhouettes caricaturales.

Les poupées classiques

Elles continuent de présenter des traits rassurants et lisses mais les fabricants portent moins l’accent sur les expressions du visage. En revanche, les évolutions se portent sur les fonctions des poupées qui se mettent à parler, chanter, marcher, avoir les cheveux qui poussent, faire pipi ou caca, pleurer, taper des mains...

Les systèmes sont généralement à piles. La concurrence se base désormais plus sur le potentiel d’action des poupées que sur leur beauté intrinsèque et sur la richesse des matériaux utilisés pour les fabriquer.

Les poupons du baby-boom plus réalistes, sont dotés eux aussi de mécanismes variés.

La marque Clodrey bouscule le marché en sortant en 1965 "petit frère", un poupon explicitement sexué.

Si l'accueil lui est favorable dans les pays du Nord, il est au contraire très négatif dans les pays latins, ce qui pousse le fabricant à proposer ce poupon avec un habillage couvrant et à mentionner son sexe sur l'emballage, sans le montrer.

Les marques Bella et Gégé proposeront également, par la suite, des poupons sexués, plus consensuels.

Les mannequins sont la grande nouveauté en matière de poupées, dans la lignée de Barbie apparue en 1959

Les deux principales entreprises françaises qui ont produit des poupées mannequins sont Bella et Gégé.

Bella proposait 3 tailles de mannequins : Betsy et Leslie en très grande taille. Cathie en taille moyenne, qui avait pour amis Nathie, Marion, Many et Jerry. Tressy, de la même taille que Barbie, reconnaissable à une mèche de cheveux qui pousse, avait une petite sœur Snouky et une amie Nancy.

Gégé proposait Dolly, rivale de la Cathie de Bella, avec pour amis Eric, Gilles et Aloa. Mily, était fiancée à Jacky, qui devint son mari et avait une petite sœur, Baby.

D'autres poupées mannequins en vogue à l'époque n'ont pas autant marqué les mémoires mais sont néanmoins collectionnées aujourd'hui.

Les silhouettes caricaturales

Ce sont de drôles de personnages de vitrine en tissu sur structure en fil de fer, comme les poupées Lima par Ph. des Arcs, ou bien des jouets comme les amusantes « Pitchoun » de Laflex avec leurs bouches en cul de poule, leurs grandes mains aux doigts écartés, leurs taches de rousseur et leurs yeux rieurs, ou l’indétrônable Bécassine, créée par Reine Degrais et produite ensuite par Technigom et Minerve.

Les poupées sont toujours le reflet de leur époque, les poupées de cette génération portent donc inévitablement des vêtements aux couleurs acidulées aux imprimés géométriques, des robes courtes avec des bottes hautes…

Renseignements pratiques

  • Le Musée de la Poupée-Paris
  • Impasse Berthaud (suivre jardin Anne Frank) - 75003 Paris
  • Label national « Tourisme & Handicap » auditif et mental
  • Tel : 01 42 72 73 11 - Fax : 01 44 54 04 48
  • musee.poupee@noos.fr
  • http://www.museedelapoupeeparis.com/

Sur le même sujet