Général de Gaulle : 40ème anniversaire de sa mort

Cette commémoration est célébrée par une exposition de photos, à l'Assemblée nationale à Paris (7e)
11

Le 9 novembre 1970 décède le général de Gaulle. Le lendemain, à l'annonce de sa disparition, en signe de deuil, l’Assemblée Nationale sous la présidence de M. Achille Peretti, décide de ne pas siéger et de suspendre ses travaux jusqu’au jeudi 12.

Pour célébrer ce 40ème anniversaire, l’Assemblée nationale, en collaboration avec l’AFP, expose sur les grilles du Palais Bourbon, en face du pont de la Concorde, entre le 2 et le 19 novembre 2010, onze photographies marquant les grands moments de la vie du général.

Charles de Gaulle en saint-cyrien

1909 : 7 octobre, Charles de Gaulle, reçu au concours d'entrée à Saint-Cyr, contracte un engagement volontaire de quatre ans (promotion de Fez). Dès la fin de la première année, de Gaulle choisit son arme: l'infanterie.

Grande école d'enseignement supérieure, l'école de Saint-Cyr (ESM Saint-Cyr) forme des officiers destinés à encadrer les unités opérationnelles de l'armée de Terre et de la gendarmerie. Les officiers qui en sont diplômés appartiennent au corps des officiers des armes

Appels historiques à la résistance

1940 : Le premier Appel du 18 juin 1940 est lancé à la BBC : "Ici Londres, le général de Gaulle vous parle". Ce discours est diffusé à trois reprises dans la soirée.

L'affiche "A tous les français" ayant suivi l’appel du 18 juin et placardée sur les murs de Londres à partir de juillet 1940 n'est pas l'affiche de l'appel du 18 juin. Elle est distribuée par tracts dans la France occupée et dans la zone du gouvernement de Vichy.

Le Général inspecte la flottille de vedettes lance-torpilles des FFL

1943 : l'Allemagne, dirigée par Adolf Hitler, envahit la Pologne en 1939. Les armées françaises, britanniques et belges sont submergées, balayées. La France se choisit un nouveau chef, le maréchal Pétain qui demande l'armistice et installe son gouvernement à Vichy.

Le 28 juin 1940 le gouvernement britannique reconnaît officiellement de Gaulle comme "chef de tous les Français libres". L'armée des Français Libres s'appelle les "Forces Françaises Libres" ou FFL.

Winston Churchill, aux côtés du Général, passe en revue les troupes françaises sur le front d'Alsace

1944 : Dans les années 30, Churchill (1874-1965) multiplie en vain les avertissements face à la menace de l'Allemagne hitlérienne. Toute sa politique est orientée vers un seul objectif : résister au nazisme et battre Hitler, ce qui en fait sans conteste un des principaux artisans de la victoire alliée.

À la fin de la guerre, Winston Churchill tente d'amener Roosevelt à une attitude plus ferme envers l'URSS, mais il ne peut empêcher, à la conférence de Yalta (Ukraine), le partage de l'Europe entre Soviétiques et Américains.

De Gaulle à l'Assemblée Nationale

1958 : Le 13 mai, après quatre semaines de crise ministérielle, Pierre Pflimlin remplace Félix Gaillard à la présidence du Conseil. Un comité de salut public en Algérie est créé, il lance un appel à de Gaulle pour constituer un gouvernement de salut public.

De Gaulle fait une déclaration à l'Assemblée nationale le 1er juin, demandant les pleins pouvoirs pour une durée de six mois, la révision de la Constitution et annonce la mise en congé du Parlement jusqu'au 1er octobre.

De Gaulle et Nikita Khrouchtchev à son arrivée à Orly pour une visite officielle en France

1960 : Du 23 mars au 3 avril, le président de Gaulle reçoit Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste de l'Union soviétique, en visite officielle et manifeste de la sorte sa volonté de conserver la politique d'indépendance et de puissance de la France vis-à-vis de l'allié américain.

De Gaulle et Konrad Adenauer à Bonn

1962 : le 4 septembre, le chancelier de la République fédérale d'Allemagne (RFA) Konrad Adenauer (1876-1967) accueille à Bonn le général de Gaulle, en visite officielle de cinq jours dans le pays, sous les applaudissements de la foule qui en appelle à plus d'intégration européenne.

Cette relation intime permet, malgré les pressions américaines, la signature, le 23 janvier 1963, du traité de l’Elysée, cadre d'une coopération renforcée entre les deux anciennes nations ennemies.

Le Président tient à l'Élysée la première conférence de presse de son second mandat

1966 : Le 21 février, le général de Gaulle tient une conférence de presse au cours de laquelle il évoque la portée du "compromis de Luxembourg" et rappelle les objectifs politiques de la France. Il expose les raisons qui motivent le choix de la France de se retirer de l'OTAN.

En quelques mois, et sans problèmes majeurs, les 26 000 soldats américains présents sur le sol français plient bagage, en direction de la Belgique, des Pays-Bas et de l'Italie.

Les cloches de Colombey-les-deux-Eglises sonnent le glas

1970 : le 9 novembre, Charles de Gaulle décède dans sa propriété de « La Boisserie » à Colombey-les-deux-Eglises. Le 12, ce sont plus de 80 000 personnes qui se sont massées le long de la route qui conduit de la propriété du général, à l’église.

A 15 heures, le half-track (autochenille blindée) débouche devant l’église, suivi des voitures officielles. En présence d’une haie d’honneur, c’est dans l’impressionnant silence d’une foule toute à son recueillement que le cercueil, chargé sur les épaules de douze jeunes de Colombey pénètre, dans la petite église.

Informations pratiques

Assemblée nationale - 126 rue de l'Université

75355 Paris 07 SP -Tél. : 01 40 63 60 00

Lire l’article suivant :

Novembre 2010 : 40e anniversaire de la mort du Général de Gaulle

Sur le même sujet