Histoire(s) de l'électricité à l'Espace Fondation EDF

"Mondes électriques" est une exposition qui du 14 novembre 2012 au 17 mars 2013, s'efforce d'illustrer la fascination engendrée par la lumière artificielle.

Déconstruire l’évidence, exposer la complexité de l’électricité : c’est l’objet de "Mondes Electriques", la nouvelle exposition proposée par la Fondation EDF dans son espace culturel.

Riche d’objets, affiches, films, photographies, anecdotes inattendues, elle cherche avant tout à véhiculer l’émerveillement et l’enchantement associés à la découverte d’une denrée précieuse, l’électricité.

Le visiteur découvre la mise en évidence d'une électrification étonnante à plusieurs vitesses faite de génie inventif, d’émerveillement, mais aussi de substituts et d’astuces.

En Europe, et de manière plus générale dans les pays développés, l’électricité est une évidence

Quand on parle d’électricité à l’échelle planétaire, force est de constater que rien n’est vraiment simple. Alors, y a t-il un ou plusieurs mondes électriques ?

Elle fait partie de notre quotidien depuis plus d’un siècle. Elle est une donnée de notre environnement urbain.

Si, à New York, il suffit d’appuyer sur un bouton pour jouir de ses bienfaits, à d’autres points de la planète, les populations sont amenées à déployer des trésors d’imagination pour s’éclairer. De l’Inde à l’Alaska, de l’Australie à la Chine, les usages, les valeurs et les moyens d’accès à cette ressource sont multiples et parfois déroutants.

L’électricité est, en France, une fée

Dans les pays développés, les fantasmes et espoirs liés à l’électricité naissent au XIXe siècle. C’est le temps des découvertes et des premières expositions universelles. Elle ouvre la voie de tous les possibles, même des projets les plus fous.

En 1919, en pleine première guerre mondiale, le jeune ingénieur Fernand Jocopozzi a l’idée de faire aménager une capitale factice sur les berges de la Seine pour détourner les avions ennemis de Paris, alors étouffée par les bombardements. Un Paris totalement artificiel fait d’ampoules électriques !

Mais l’armistice arrivera avant le que projet ait réellement fait ses preuves. L’électricité aurait-elle sauvé la plus belle ville du monde ?

Le parcours de l’exposition permet au visiteur de découvrir de nombreuses anecdotes

Georgia Knap invente en 1907 la maison électrique : tapis électrique de propreté, salle à manger électrique avec présentation des plats automatiques… constituent ce lieu étrange et inattendu.

En 1922, le film de Buster Keaton, La Maison électrique, met en scène l’utopie de l’inventeur français, à ceci près que la maison devient le terrain de jeu des pires facéties du célèbre comique.

Dans l’entre-deux guerres, des recherches dans le domaine de l’agriculture montrent des résultats étonnants : poireaux et légumes géants sont le résultat de ce qu’on appelle alors le miracle de l’agriculture "électrifiée".

Disparités des mondes actuels

À la nuit tombée, dans certains pays africains, les étudiants se retrouvent sous les réverbères publics pour étudier. Dans les pays développés, où l’abondance et la fluidité des services sont devenues la norme, une telle situation semble impensable.

Pourtant, du branchement sauvage aux substituts inattendus, nombreuses sont encore les régions où l’électrification n’est pas forcément le fruit d’un réseau structuré.

Panique, joie, soulagement, bien souvent, ce sont les situations les plus extrêmes qui mettent le mieux en évidence les fantasmes, les rêves et les appréhensions liées à l’électricité.

Renseignements pratiques

  • Espace Fondation EDF
  • 6, rue Récamier - 75007 Paris
  • Entrée libre
  • Tous les jours sauf les lundis De 12h à 19h

Sur le même sujet