"La brosserie : un savoir-faire tabletier à découvrir"

Cette exposition présentée jusqu'au 16 avril 2012 par le Musée de la Nacre et de la Tabletterie, met à l'honneur un savoir-faire Picard.
18

L’exposition met en lumière un patrimoine local atypique et méconnu qui a fait de la Picardie une véritable plaque tournante de la production et de l’exportation de la brosse. En effet, jusqu’à la Première Guerre mondiale, le cœur de l’Oise a battu au rythme de ses brosseries.

Le Musée de la Nacre et de la tabletterie situé à Méru, capitale du sud-ouest de l'Oise, s’associe à l’Association pour le Musée des Brosseries de l’Oise (AMBO) dans l’optique de valoriser et de transmettre cette mémoire ouvrière régionale à un public nouveau.

Les principales matières premières utilisées sont les soies d’animaux, les bois exotiques, les os ou les matières synthétiques.

Parcours de l’exposition

Le parcours de l’exposition "La brosserie : un savoir-faire tabletier à découvrir" présente des objets du Musée de la Nacre et de la Tabletterie ainsi qu’une partie de la collection de l’Association pour le Musée des Brosseries de l’Oise.

La brosserie comprend cinq catégories de brosses : brosserie de ménage, de toilette, industrielle, la pinceauterie fine et la pinceauterie en bâtiments. La technique de fabrication la plus ancienne et la plus utilisée entre 1850 et 1930 est la fabrication manuelle

L’exposition est scindée en deux thématiques majeures, correspondant aux deux salles d’exposition : le métier de brossier ; les brossiers et brossières.

Première salle : le métier de brossier

Dès l’entrée dans l’exposition, les visiteurs peuvent découvrir plusieurs panneaux explicatifs sur les matières premières utilisées dans la fabrication des brosses (soies d’animaux, bois exotiques, os, synthétique, etc.) et sur les techniques de fabrication (manuelle, semi-automatique, automatique).

Le savoir-faire brossier a en effet évolué depuis sa naissance au XIXe siècle. S’il fallait 20 minutes en 1906 pour fabriquer une brosse, il faudra seulement 3 secondes dans les années 1990 …Et alors qu’il fallait plus de 20 opérations différentes de fabrication à la main, on peut aujourd’hui garnir plus de 1000 brosses par heure.

Un établi de monteuse, authentique et datant de 1900 sera présent dans cette première salle ainsi que deux machines (une machine à percer double et une contreperceuse).

Seconde salle : les brossiers et brossières

Le visiteur découvre l’univers du patronat du XIXe et du début du XXe siècle mais aussi l’épopée de deux usines qui ont marqué l’Oise.

Des métiers ont fait surface en annexe à la brosserie : cartonnerie, construction de machines pour la brosserie…C’est ce dernier métier qu’a exercé la famille Watteeuw durant trois générations, près de Beauvais.

Des panneaux expliquent la thématique des grèves, du syndicalisme, des conditions de travail difficiles des brossiers, en particulier des femmes et des enfants.

L’exposition est aussi l’occasion de faire un état des lieux du monde de la brosserie aujourd’hui : combien d’hommes et de femmes travaillent encore dans cette industrie ? Combien dénombre t-on de brosseries en Picardie et en France ? Quels sont les moyens, les techniques utilisées ? Doit-on parler du déclin de la brosserie ?

Renseignements pratiques

  • Le Musée de la Nacre et de la tabletterie
  • 51, rue Roger Salengro - 60110 Méru
  • Tél. : 03 44 22 61 74
  • Fax : 03 44 22 07 52
  • email : contact@musee-nacre.com
  • Horaires et Accès : ici

Source d'information

http://www.musee-nacre.com/

Sur le même sujet