La dentelle au point d'Alençon au patrimoine mondial de l'Unesco

Le savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.
23

Le point d’Alençon est une technique rare de production de dentelle à l’aiguille, pratiquée à Alençon (Orne, Normandie). La sauvegarde sur le long terme de ce savoir-faire rare et prestigieux passe par une reconnaissance de dimension mondiale. C’est chose faite aujourd’hui: le 16 novembre 2010, il est inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Chaque pièce de dentelle est constituée de l’assemblage invisible d’éléments de petite taille, dont l’exécution nécessite la succession de dix étapes incontournables. Un matériel dérisoire, un fil de lin et une aiguille, contraste avec la production de pièces prestigieuses et uniques.

Spécificités de la dentelle d’Alençon

Créé au XVIIIe ou en gestation depuis le XVIIe siècle, le point d’Alençon est une technique de dentelle à l’aiguille qui permet de constituer des pièces de textile ajouré, destinées à l’ornementation civile ou religieuse. Il existe au monde deux familles de dentelle à la main: la dentelle au fuseau et la dentelle à l’aiguille.

La première, qui est la plus répandue, se développe dans des centres de production situés principalement en Europe, notamment dans plusieurs régions françaises (Auvergne, Normandie, Lorraine, Flandres).

La seconde, rare, est la dentelle à l’aiguille, dont le point perfectionné dans la région d’Alençon correspond à la quintessence de cette technique.

Le label Unesco

L’Unesco (abréviation anglaise, qui représente en langue française l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture) est une institution internationale créée le 16 novembre 1945 après la fin de la Seconde Guerre mondiale de manière à penser, avec la paix, la reconstruction du système éducatif. Elle regroupe aujourd’hui 200 Etats. Son siège est à Paris.

Le terme "patrimoine culturel" consacre l'ensemble des biens, matériels ou immatériels, ayant une importance artistique historique reconnue et qui est non seulement préservé, restauré, sauvegardé, mais aussi et surtout transmis et mis à disposition du plus grand nombre.

Le terme "patrimoine immatériel" est une définition récente qui s’applique à toute production intellectuelle transmise non pas par un objet façonné par l’homme mais par le savoir-faire transmissible uniquement par une succession de gestes dictés et montrés en atelier.

L’Unesco n’apporte aucun financement direct à la préservation ou à la valorisation du bien concerné. Le classement sur les listes de l’Unesco au patrimoine mondial génère cependant naturellement un intérêt du grand public, cette distinction étant un gage de qualité.

La dentelle au point d’Alençon : un savoir-faire unique au monde

Le point d’Alençon est une dentelle faite uniquement à la main avec une aiguille et un seul fil exclusivement de lin qui n’a pu être en aucun cas reproduite, ni au fuseau ni mécaniquement, en raison de contraintes purement techniques à savoir :

- Une ornementation en très haut relief que seule la main peut réaliser

- L’infiniment petit dont résultent les points très serrés impossibles à réaliser autrement

- La tension du fil est telle que seule la main tout en souplesse peut s’en accommoder à l’inverse d’une machine dont l’automatisme est contraire à toute adaptation spontanée.

En 1851, lors de la 1ère exposition universelle, elle est sacrée "reine des dentelles"

La dentelle d’Alençon en 10 étapes

Le point d’Alençon est un assemblage quasi invisible d’éléments de très petite taille dont la réalisation demande la succession de dix étapes:

- Le dessin artistique : représentation sur un calque

- Le piquage : perforation régulière du parchemin en suivant le tracé du dessin technique

- La trace : dessin du fil (armature de la dentelle) réalisé sur le parchemin piqué

- Les réseaux : mailles réalisées en arrière-plan des points représentatifs

- Les remplis : points spécifiques au décor réalisé

- Les modes : ornementations variées faites sur la base de dessins de fils

- Le brode : points spécifiques au relief réalisés sur la trace

- Le levage : la dentelle est détachée du parchemin

- L’éboutage : les brisures de fils sont minutieusement retirées

- L’affiquage : repassage

Chaque dentellière connaît toutes les étapes de réalisation de la dentelle et ce savoir ne peut être transmis que par l’apprentissage pratique.

Alençon : lieu de transmission et de conservation

L’Atelier National , crée en 1976 est un lieu de création et de transmission. Installé Cour Carrée de la Dentelle à Alençon, l’Atelier voit le jour pour préserver des procédés de dentelles traditionnelles alors sur le point de disparaître et pour sauvegarder un savoir-faire séculaire et inégalé. Cet Atelier National se veut être l’héritier lointain des fabriques de Dentelle initié par Jean-Baptiste Colbert en 1665.

Le Musée des Beaux-arts et de la Dentelle , créé en 1889, conserve la plus grande collection au monde de dentelle au Point d’Alençon, ce qui représente 220 pièces ou échantillons qui s’étalent entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui.

En savoir plus :

Dentelles au jardin : un parcours féérique à Alençon

Musée des Beaux-arts et de la Dentelle

Cour carrée de la dentelle à Alençon

Tél. : 02 33 32 40 07

E-mail : musee@ville-alencon.fr

Ouvert tous les jours sauf le lundi (sauf en juillet et août)

10h - 12h et 14h - 18h

Gratuit le 1er dimanche de chaque mois.

Sur le même sujet