"Le Thé" - Histoires d'une boisson millénaire

Le Musée des arts asiatiques Guimet présente jusqu'au 7 janvier 2013, une exposition exceptionnelle évoquant le breuvage le plus populaire au monde.

Né en Chine, le thé est devenu au cours des siècles une boisson universelle et la plus populaire au monde. Cette grande exposition d’automne au musée Guimet se propose de raconter les moments forts de l’histoire du thé, son expansion sur tout le continent asiatique, ses cultures et usages ainsi que les enjeux commerciaux qu’il suscita.

Ce dérivé du camélia prospérait à l’état sauvage en Chine du Sud-Ouest et fut cultivé sous forme d’arbuste aux alentours de notre ère. La boisson extraite de ses feuilles entra progressivement dans les mœurs pour gagner toute l’Asie orientale.

Une dégustation du Thé Guimet, création unique du Palais des Thés, est offerte à tous les visiteurs au début de l’exposition.

Le Musée des arts asiatiques Guimet

C’est un musée d’exception pour une collection unique et originale, rassemblée par un industriel Lyonnais avant-gardiste passionné d’Asie et de religions : Emile Guimet (1836-1918).

La plus grande collection d’arts asiatiques en Europe : des Bouddhas de l’Afghanistan aux moines Zen du Japon, des estampes japonaises aux armures de samouraïs, des trésors d’Angkor aux arts raffinés de la Chine, des tissus indiens au mobilier coréen, le musée Guimet offre autant d’occasions de parcours méditatifs, esthétiques, ou exploratoires au cœur de l’Asie.

Le musée Guimet c’est en réalité trois sites : le musée, place d’Iéna, l’hôtel Heidelbach, où l’on peut admirer un panthéon bouddhique japonais unique au monde et le musée d’Ennery, fenêtre ouverte sur le Japonisme de la fin du XIXe siècle.

L’âge du thé bouilli sous les Tang (618-907)

Avec la parution au VIIIe siècle du premier ouvrage spécialisé sur le thé, les feuilles de cet arbuste cessent d’être considérées comme des simples aux vertus médicinales et deviennent les ingrédients de ce breuvage quasi divin.

L’âge du thé bouilli » correspond aujourd’hui à un mode de préparation en voie d’extinction, excepté en Mongolie et au Tibet où ce bouillon est consommé mêlé à du lait ou du beurre et relevé avec des épices.

L’âge du thé battu sous les Song (960- 1279)

L’adoption du thé dans toute la Chine a pour conséquence directe la naissance d’une véritable industrie porcelainière. Cette production va connaître une croissance exponentielle.

Son organisation rationnelle sur une grande échelle demeure unique à l’époque. Pour l’illustrer, a été regroupé un lot cohérent de verseuses, de coupes, de soucoupes, de gobelets des XIe, XIIe, et XIIIe siècles, façonnés précisément dans cette belle matière translucide.

La tradition du thé battu va parvenir jusqu’au Japon, notamment par l’intermédiaire des monastères bouddhiques, engendrant la cérémonie du thé.

L’âge du thé infusé sous les Ming (1368-1644).

L’âge du thé infusé est né à la suite du décret de 1391 promulgué par l’empereur Hongwu (1368-1388) au début des Ming, qui imposa un retour à la simplicité.

Les feuilles des théiers étaient cueillies, séchées et torréfiées. Une fois plongées dans l’eau bouillante, elles révélaient pleinement leurs saveurs. Ce mode de préparation naturelle était apprécié par les lettrés.

Afin de purifier leur esprit, ils aimeront se rendre dans la nature, avec leur petit fourneau, puisant l’eau aux sources des montagnes pour élaborer leur thé.

Bientôt l’Asie, l’Europe et l’Amérique sont emportés à cette aventure commerciale des temps modernes, où les intérêts nationaux vont se jouer sur les océans : les routes du thé

Le rayonnement des Qing permet au thé et à la porcelaine de devenir deux enjeux commerciaux majeurs précurseurs de la mondialisation. Qu’ils s’agissent des samovars de la cour de Russie, des théières des cours mogholes, persanes ou européennes, les créateurs vont faire preuve d’une inventivité sans limite.

La guerre d’Indépendance des Etats-Unis (1775-1783) est attisée à la suite de l’incident de la Boston Tea Party le 16 décembre 1773. Considérant les taxes sur le thé comme injustes, les colons américains prennent la décision de jeter la cargaison de 342 caisses à la mer.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour concurrencer le monopole du thé chinois, l’Angleterre parvient à percer le secret de fabrication du thé en 1848, en Inde, sur les contreforts de l’Himalaya, à Darjeeling.

Le Palais des Thés s’associe au musée Guimet pour initier le visiteur à l’art de vivre le thé à travers une expérience sensorielle, riche et unique.

Les animations du Palais des Thés seront le pendant pédagogique et ludique de l’exposition : elles seront l’occasion pour le visiteur de découvrir par la vue, l’odorat, le toucher et le goût l’aspect botanique de la culture du thé, la manufacture des feuilles et la richesse de cette boisson.

Ainsi, des espaces pédagogiques et interactifs animés par le Palais des Thés emmèneront le visiteur dans un voyage en images et en senteurs pour lui faire découvrir le cheminement de la feuille depuis le théier jusqu’à la tasse.

Un espace sera spécialement dédié aux enfants afin que les plus jeunes puissent eux aussi partager le plaisir de la découverte du thé et être sensibilisés à son univers.

Renseignement pratiques :

  • Musée national des arts asiatiques Guimet
  • 6, place d’Iéna 75116 Paris
  • Tél : 01 56 52 53 00
  • Expositions, tarifs, informations pratiques, et horaires : www.guimet.fr

Sur le même sujet