Magnifique exposition consacrée au film "Les Enfants du Paradis"

Parmi les plus mythiques de l'histoire du cinéma français, ce film de Marcel Carné entrepris en 1943 est réalisé d'après un scénario de Jacques Prévert.

La Cinémathèque française produit, du 24 octobre 2012 au 27 janvier 2013, l’exposition "Les Enfants du Paradis". Jalonné d'extraits du film, le parcours présente de nombreux documents rares : affiches, dessins, photographies, costumes, appareils, scénarios, correspondances...

Une importante collection d’archives donne lieu, en parallèle à l’événement, à une rétrospective complète de l’œuvre de Marcel Carné.

Autour de l’exposition et de cette double programmation Carné-Prévert, La Cinémathèque inaugure un nouvel espace, la Galerie des donateurs , où seront exposées pour la première fois les plus belles pièces du Fonds Marcel Carné, les archives du cinéaste acquises en 2009.

  • Le film, qui a fait l’objet d’une restauration en 2011 par Pathé, ressort en salles et est édité en DVD et pour la première fois en Blu-ray .
  • Arte partenaire de La Cinémathèque française , diffuse la version intégrale restaurée du chef-d’œuvre de Marcel Carné : lundi 5 novembre à 20h50.

L’histoire des Enfants du Paradis : deux êtres qui s’aiment, se perdent, se retrouvent et se perdent à nouveau

Ce chef-d’œuvre romantique est d’abord une création personnelle : celle d’un poète, Jacques Prévert, amoureux du vieux Paris, du théâtre et du boulevard du Crime.

Puis Les Enfants du Paradis est devenu une œuvre collective, réalisée par une équipe technique et artistique hors pair : Marcel Carné aux commandes, Roger Hubert à la caméra, Alexandre Trauner et Léon Barsacq aux décors, Joseph Kosma et Maurice Thiriet à la musique, le peintre Mayo aux costumes…

D’inoubliables interprètes incarnent des personnages à la puissante personnalité : Arletty, Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur et Maria Casarès qui fait ses débuts. Tous les autres comédiens brillent, de Gaston Modot à Louis Salou, en passant par Pierre Renoir, Fabien Loris et Jane Marken.

Le film "Les Enfants du Paradis" a engendré deux ans de travail et englouti un budget colossal.

La réalisation de cette œuvre s’est faite en pleine Occupation et dans les plus grandes difficultés. Le tournage, long, ruineux et complexe, mené en plusieurs endroits différents, s’interrompt brutalement en septembre 1943. En octobre, la société Pathé reprend la production.

Mais Carné fait durer le tournage, espérant sortir son film à la Libération. De toute façon, le travail est ralenti par les circonstances : alertes aériennes, pénurie d’électricité et de matière première… La pellicule, denrée rare, provient parfois du marché noir. Certains intervenants juifs et anti-vichystes (Trauner, Kosma) travaillent dans la clandestinité.

Le film est présenté en deux époques le 9 mars 1945 dans une France libérée. Le film est un triomphe et son succès ne s’est jamais démenti depuis.

Le rideau s’ouvre sur le boulevard du Crime à Paris, vers les années 1830…

La Cinémathèque française a la chance de posséder dans ses collections un ensemble remarquable de documents sur ce chef-d’œuvre. Il a été enrichi en 2009 par l’acquisition de la collection personnelle de Marcel Carné et par le don en 2010, par Eugénie Bachelot-Prévert, du scénario original manuscrit de Jacques Prévert.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé conserve de son côté un vaste fonds d’archives et de documents précieux. Il est donc possible, aujourd’hui, de retracer pour la première fois dans une exposition la genèse et l’aventure de ce film universel.

La façade du théâtre des Funambules, où trône la silhouette de Deburau, est reconstruite.

Programmation autour de l’exposition

Pour en savoir plus, cliquez : ICI

Renseignements pratiques

  • La Cinémathèque française
  • Musée du cinéma
  • 51 rue de Bercy - 75012 Paris
  • Téléchargez le document "La Cinémathèque accessible à tous"
  • Site officiel

Sur le même sujet