"Metropolis" : exposition événement à la Cinémathèque française

Une collection unique au monde, présentée jusqu'au 29 janvier 2012, permet de découvrir le film à travers six grandes séquences qui servent de parcours.
18

Fritz Lang (5 décembre 1890-2 août 1976) est un réalisateur allemand d'origine autrichienne, naturalisé américain en 1935. Ce fut l’un des grands noms de ce que l’on a appelé le cinéma expressionniste allemand. Ses films muets ( Docteur Mabuse, Les Espions, Metropolis ) le désignèrent comme un maître aux yeux des plus grands cinéastes.

Ce qui caractérise Metropolis , c’est la grandeur technique de son exécution. Le film a été tourné entre 1925 et 1926 dans trois des plus grands studios de Neubabelsberg, dans la banlieue de Berlin. 311 jours et 60 nuits de tournage furent nécessaires pour terminer cette œuvre spectaculaire.

La Cinémathèque française possède une collection unique au monde : plus de 800 photographies de plateau, des dessins originaux, le robot reconstitué par Walter Schulze-Mittendorff

Lang visionnaire

Metropolis est le dernier film expressionniste, le premier de la Nouvelle objectivité , et le triomphe des "concepteurs de production" allemands. C’est une œuvre moderne, effrayante, prémonitoire à certains égards du futur cauchemar nazi.

Outre les huit acteurs principaux, il fallut engager 750 acteurs pour les petits rôles et, dit-on, 25 000 figurants. 6 millions de marks furent dépensés durant le tournage, soit un dépassement de 5 millions sur le budget prévu.

L’église souterraine de la nouvelle religion sociale, avec son enchevêtrement de croix et de jeux lumineux, le rythme des scènes de l’inondation, la fantasmagorie éblouissante de la naissance de l’androïde, restent de grands moments d’anthologie.

Un chef-d’œuvre à redécouvrir dans sa version d’origine

Le film est présenté le 10 janvier 1927 à l’UFA Théâtre de Berlin dans sa version originelle (153 min). Une version courte est montrée en France par l’Alliance cinématographique européenne. Le film est soigneusement restauré à plusieurs reprises durant les années 1980 et 1990 par Enno Patalas, grand spécialiste du cinéma allemand.

Mais il manquait toujours des scènes importantes, disparues lors des remontages opérés à l’époque pour raccourcir le film. En 2008, un miracle se produit : une version du film dans son métrage d’origine est découverte au Museo del Cine de Buenos Aires.

Quasiment tous les plans manquants de Metropolis subsistent désormais, et le film de Lang restauré par Martin Koerber a retrouvé presque tout son sens originel.

Au fil de l’exposition

Le cœur de l’exposition Metropolis s’articule autour des principales scènes du film, présentées sous la forme d’extraits. Chaque séquence est accompagnée de la musique de Gottfried Huppertz et commentée par les souvenirs et les déclarations du réalisateur Fritz Lang. Les scènes principales de Métroplis servant de supports à l’exposition, sont :

  • La Cité des Fils

  • La Ville Ouvrière

  • La Ville Haute

  • Le Laboratoire de Rotwang

La maison abrite également une pièce consacrée à Hel, que Rotwang et Fredersen ont tous deux aimée et qui est décédée. Derrière un rideau se dresse un trône en pierre pour le robot .

  • Les Catacombes

Un lieu d’horreur émerge alors de ce cadre présenté sous un angle chrétien. Pour ce film, Fritz Lang a en effet emprunté de nombreux symboles aux registres chrétien, mythologique et traditionnel.

  • La Cathédrale

Freder va à l’église pour rencontrer Maria mais, à la place de son nouvel amour, il rencontre les personnages de la mort et des sept péchés capitaux dans une niche latérale.

Outre ces sections dédiées aux grandes scènes du film, une section intitulée "Prologue" permet au visiteur de s’immerger, dès son arrivée, dans l’univers du film.

Informations pratiques

  • La Cinémathèque française
  • 51 rue de Bercy – 75012 Paris
  • 01 71 19 33 33
  • Sources et grille de programmation consultable et téléchargeable sur http://www.cinematheque.fr

Sur le même sujet