"Michèle Morgan, les années d'élégance : 75 ans de cinéma"

La ville de Puteaux rend hommage à une légende du 7e Art, à travers un événement exceptionnel du 1er au 20 mars 2012 à l'occasion des 75 ans de sa carrière.

Pour la première fois, Michèle Morgan fait l'objet d'une exposition qui retrace sa carrière d'actrice, son parcours et son rôle incontournable dans le cinéma français.

A travers des documents d'archives, des affiches, des photos, des objets personnels, des costumes de films, des couvertures de magazines, des peintures et des dessins, les visiteurs sont projetés dans l'univers glamour d'une icône.

Parcours de l’exposition

La présentation de l’exposition se divise en six espaces :

  1. Reconstitution d’une loge avec des photos de Michèle Morgan en coulisses
  2. Simulation de tournage avec la caméra utilisée dans Le Quai de brumes de Marcel Carné avec des photos du tournage
  3. Salle de projection, où sont proposés des films documentaires
  4. Le cinéma de Michèle Morgan : exposition d’affiches de films, photographies, dessins et portraits de Michèle Morgan, mais aussi des objets personnels et des costumes de films
  5. Le théâtre de Michèle Morgan : exposition de photos et de documents d’archives
  6. Michèle Morgan et la peinture : exposition des œuvres de l’artiste.

Une vie de cinéma

Celle qui n’est pas encore Michèle Morgan, mais Simone Roussel, n’a que 15 ans lorsqu’elle donne la réplique à Danielle Darrieux en 1935 dans le film Mademoiselle Mozart . Après des cours de comédie, la jeune actrice obtient son premier rôle important en 1937 dans le film Gribouille de Marc Allégret, dans lequel elle joue avec Raimu.

Elle enchaîne ensuite les longs-métrages avec des comédiens et des réalisateurs prestigieux. Mais c’est avec le film de Marcel Carné, le Quai des Brumes , tourné en 1938 que le mythe de

Michèle Morgan prend toute son ampleur. La réplique de son partenaire, Jean Gabin, " t’as d’beaux yeux, tu sais", fait le tour du monde.

Elle obtient le premier rôle dans le drame La Symphonie Pastorale de Jean Delannoy en 1946, et devient une référence et la favorite du cinéma. L’actrice travaille sur de nombreux films mais à partir de 1967, elle décide de se consacrer à ses autres passions : la mode, la poésie et l’art.

Michèle Morgan et le théâtre

Avec le théâtre, Michèle Morgan découvre une autre facette de son métier : un terrain d’expérience des émotions. Elle jongle avec les sentiments de ses personnages. L’actrice comprend aussi que, si le cinéma c’est tout et tout de suite, le théâtre est une longue évolution, un mûrissement de l’acteur et de son rôle.

Au fils des pièces, elle se sent de plus en plus libre, bien plus que sur un plateau de cinéma. Chaque soir, sur scène, elle séduit son public.

Michèle Morgan et la peinture

Au cours d’un dîner aux Etats-Unis en 1941, Michèle Morgan rencontre le peintre Kisling, qui souhaite réaliser son portrait. Souvent elle se rendra chez lui pour le regarder peindre. A l’issue de cette rencontre, elle se découvre un goût prononcé pour l’art pictural.

On décèle déjà son sens inné de la composition et de la couleur. Elle attendra 1968 pour faire sa première exposition. Ses inspirations sont nombreuses : Mondrian, Matisse, Miró ou même Pollock. Elle a réalisé plus de 600 œuvres.

Renseignements pratiques

  • Salons d’honneur de l’Hôtel de Ville
  • 131 rue de la République – 9280 Puteaux
  • Entrée libre
  • Renseignements au 01 46 92 96 40

Source d’information

Mairie de Puteaux : site officiel

Sur le même sujet