Ouverture du musée Lalique en Alsace

Le 2 juillet 2011, s'ouvre à Wingen-sur-Moder, un musée dédié à Lalique, au génie du verre et à la magie du cristal

Joaillier exceptionnel et grand maître du verre, René Lalique (1860-1945) compte parmi les grands créateurs de l’Art nouveau et de l’Art Déco. Artiste révolutionnaire, bijoutier renommé de la Belle Époque, il a su créer un art intemporel et gracieux au succès retentissant.

Unique en Europe, le nouveau musée qui ouvre le 2 juillet 2011 à Wingen-sur-Moder, dans le département du Bas-Rhin, est labellisé Musée de France. Il propose plus de 650 pièces exposées sur 900m² dans une scénographie résolument moderne. Dessins, bijoux, flacons, arts de la table, luminaires, vases, cristal sont autant de facettes de la création de René Lalique.

Des pièces exceptionnelles sont présentées pour la première fois au public.

Présentation du nouveau musée Lalique à Wingen-sur-Moder

Le musée Lalique s’inscrit dans un cadre paysager tout à fait exceptionnel. Il est en effet aménagé sur les lieux mêmes d’une ancienne verrerie, celle du Hochberg, en activité aux XVIIIe et XIXe siècles. Le visiteur est amené à découvrir les éléments qui entrent dans la composition du verre et du cristal (sable, potasse) et pourquoi les verriers se sont installés plus particulièrement dans la région.

Au cœur du site se cache un jardin floral dont l’aménagement renforce l’aspect convivial et permet, par le choix des essences, de relier les créations à la nature tant observée par René Lalique.

Outre les salles d’expositions permanentes et temporaires et les réserves, il est doté d’un auditorium de 85 places, d’une boutique, d’un espace de restauration, d’ateliers pédagogiques…

Le lustre monumental créé en 1951, à l’occasion de l’exposition l’Art du Verre à Paris, mesure près de 3 m de haut et pèse environ 1,7 tonne. Il illumine depuis la nef du musée des Arts décoratifs de la capitale. Cette œuvre exceptionnelle a été transférée au musée Lalique, pour être installée dans le hall d’entrée.

René Lalique, l’inventeur du bijou moderne

Puisant son inspiration dans la nature et ayant l’audace d’utiliser le corps féminin comme élément d’ornementation, Lalique apporte à la joaillerie des renouveaux imprévus. Il n’hésite pas à associer à l’or et aux pierres précieuses des matières jusque là peu utilisées et peu considérées, telles que la corne, l’ivoire, les pierres semi-précieuses, l’émail et bien entendu le verre.

Révélé au grand public à l’occasion du Salon de 1895, présenté trois ans plus tard par Emile Gallé comme l’inventeur du bijou moderne, René Lalique connaît un triomphe sans égal à l’Exposition universelle de 1900.

Un peu plus tard, il expérimente la technique du soufflage dans un moule. Sa rencontre avec François Coty, l’amenant non seulement à créer mais aussi à produire des flacons de parfum, lui ouvre de nouveaux horizons.

Aux sources de l’inspiration de René Lalique

La Femme, la Flore, la Faune, ce sont les 3 F qui ont inspiré Lalique. Observateur attentif des Êtres et des Choses, René Lalique a trouvé dans la nature une inspiratrice féconde. Mais il n’a pas seulement interrogé le sol et le ciel, les plantes et les arbres, la créature humaine, le visage et le corps féminin ont également instillé en lui un souffle créateur.

Son génie provient de sa capacité à adapter et à composer. Il ne copie pas la nature, il ne stylise pas les différents éléments, il crée en transformant. Des créations que font vivre la magie de la matière. Si René Lalique met toute sa sensibilité dans son interprétation, celle-ci se nourrit également des grands mouvements artistiques.

Le développement de l’activité verrière dans les Vosges du nord

La tradition verrière à La Petite Pierre , dans les Vosges du Nord est ancienne. Elle remonte en effet à la fin du XVe siècle. Peu prospère, la région offre toutefois aux maîtres-verriers les matières premières nécessaires à l’exercice de leur art.

L’épais manteau de grès couvrant la contrée fournit en effet la silice, élément de base pour la fabrication du verre, et les forêts abondantes le combustible. Après la fermeture de la verrerie du Hochberg, l’industrie verrière va renaître à Wingen-sur-Moder avec la fondation par René Lalique de la Verrerie d’Alsace.

.

Informations pratiques

  • Musée Lalique - Rue de Hochberg - 67 290 Wingen-sur Moder
  • Tel. +33 (0)3 88 89 08 14
  • info@musee-lalique.com
  • www.musee-lalique.com

Sur le même sujet