Une exposition-événement à Paris : "La France en relief"

Au Grand Palais, sont présentés du 18 janvier au 17 février 2012, seize chefs-d'œuvre de la collection des plans-reliefs, de Louis XIV à Napoléon III.

L’année 2012 s’ouvre au Grand Palais avec une exposition particulièrement spectaculaire, "La France en relief". Elle donne l’occasion de révéler au plus grand nombre une collection trop méconnue, celle des plans-reliefs. Cette exposition est la première réalisée par la Maison de l’histoire de France.

L’exposition est conçue comme une promenade entre des places situées sur les frontières des Alpes, de l’Est et du Nord, ainsi que sur les côtes, disposées autour d’une carte de France du milieu du XIXe siècle privée du Mont-Cenis et des communes de Tende et La Brigue, intégrés au territoire français en 1947.

Des dispositifs interactifs et multimédias alliés à une scénographie originale permettront d’explorer en détail ces maquettes extraordinaires.

Parcours de l’exposition

La collection de Louis XIV est née en 1668, avec la commande que Louvois, ministre de la guerre, passe à Vauban du plan-relief de Dunkerque. L’exposition "La France en relief" propose un regard nouveau sur le territoire français, à la fois géographique et historique, qui illustre la naissance de la frontière et son évolution.

Le parcours est conçu comme une promenade entre des places situées sur les frontières des Alpes, de l’Est et du Nord, ainsi que sur les côtes, disposées autour d’une carte de France du milieu du XIXe siècle privée du Mont-Cenis et des communes de Tende et La Brigue, intégrés au territoire français en 1947.

Elle invite à s’interroger sur cette notion de frontière, élément important dans la construction de toute entité nationale, mais dont l’histoire nous apprend qu’il fut toujours mobile et changeant.

Liste des plans présentés

Seize maquettes parmi les plus impressionnantes vont ainsi quitter les réserves du musée des Plans-reliefs situé dans l’Hôtel des Invalides, pour être présentées dans la Nef du Grand Palais. Il s’agit de celles de :

  1. Fort-Barraux (Isère)
  2. Montmélian (Savoie)
  3. Exilles (Italie)
  4. Fenestrelle (Italie)
  5. Embrun (Hautes-Alpes)
  6. Grenoble (Isère)
  7. Briançon (Hautes-Alpes)
  8. Mont-Dauphin (Hautes-Alpes)
  9. Besançon(Doubs)
  10. Neuf-Brisach (Haut-Rhin)
  11. Strasbourg (Bas-Rhin)
  12. Luxembourg (Luxembourg)
  13. Berg-op-Zoom(Pays-Bas)
  14. Saint-Omer (Pas-de-Calais)
  15. Cherbourg (Manche)
  16. Brest (Finistère).

Ces maquettes illustrent l’évolution des frontières au cours de l’histoire.

Tout au long du Moyen Âge, la frontière est un ensemble de points plutôt qu’une ligne. Même appuyée sur des limites naturelles, c’était une zone imprécise, composée de mosaïques de villes et d’enclaves à statut particulier et souvent instable. Ce n’est que progressivement, au début de l’époque moderne, que les notions de continuité et de cohésion territoriale se sont imposées.

L’apparition au XVIe siècle de systèmes de fortification cohérents et la naissance d’un corps de métier spécialisé dans cette activité, celui des ingénieurs militaires, ont conduit au XVIIe siècle à une prise en compte globale de la frontière, comme ensemble à délimiter et à fortifier : la naissance en 1668 puis l’enrichissement progressif de la collection des plans-reliefs sont à inscrire dans ce mouvement.

Mais l’apparition de lignes frontalières stables n’a pas empêché les changements : sur toutes les frontières de la France, les guerres de l’Ancien Régime et du XIXe siècle ont entraîné des modifications.

Scénographie de l’exposition

Une scénographie originale, tirant pleinement profit du volume de la Nef du Grand Palais, a été conçue. Les plans seront ainsi présentés par ensembles selon les frontières auxquelles ils sont rattachés : les Alpes, l’Est, le Nord et les côtes atlantiques. Ces quatre ensembles seront disposés autour d’une carte de France imprimée au sol, d’une superficie de 650 m², sur laquelle est indiqué l'emplacement des seize plans-reliefs.

L’exposition accordera également une grande place aux dispositifs multimédias, complément ludique des commentaires écrits, en synergie avec la scénographie et avec le site internet dédié à l’exposition. Ils viendront enrichir la contemplation des œuvres et faciliter leur compréhension.

Animés par la scénographie, des documents audiovisuels, multimédias et des tablettes tactiles, les plans-reliefs racontent l’histoire d’une manière extraordinairement moderne.

Un site internet dédié à l’exposition

Un site internet entièrement dédié à l’exposition sera mis en ligne dans le courant du mois de décembre 2011 : www.lafranceenrelief .fr. Il se présentera en deux parties :

Un premier volet dédié à l’exposition en tant que telle présentera les thèmes et la scénographie de l’exposition.

Un second volet, présentera des textes, photographies, documents numérisés, multimédias mais aussi applications interactives autour des plans-reliefs et supports éducatifs pour les enseignants. Grâce à la numérisation de certains plans-reliefs, les internautes pourront les découvrir et y voyager dans un univers en trois dimensions.

Un blog offrira aussi une actualisation régulière du site internet tout au long de l’événement. Il fera connaître l’exposition par des contenus originaux et servira de lieu de partage et d’échange avec les visiteurs qui auront vu l’exposition.

Informations pratiques

Sources d’information

Sur le même sujet