Une exposition inédite au musée Marmottan Monet, à Paris

Intitulée "Henri Edmond Cross et le néo-impressionnisme. De Seurat à Matisse", la présentation de la collection est proposée jusqu'au 19 février 2012

L’exposition est située dans la rotonde des Nymphéas, au sous-sol du musée. Son parcours suit l’évolution chronologique et permet la confrontation des œuvres de chacun des peintres présentés.

C’est au total une centaine de toiles et d’aquarelles en provenance de collections particulières et de musées internationaux (Allemagne, Belgique, Japon, États-Unis….) qui a pu être réunie, permettant ainsi de découvrir des œuvres inédites de la plus haute importance pour l’histoire du néo-impressionnisme.

Organisée en partenariat avec le musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis, une partie de l’exposition du musée Marmottan Monet sera présentée au Cateau-Cambrésis du 12 mars au 10 juin 2012

Présentation de l’exposition

La première partie de l’exposition présente des toiles des artistes du premier groupe néo-impressionniste (Cross, Signac, Dubois-Pillet, Pissarro, Luce, Van Rysselberghe), qui ont mis en pratique la technique rigoureuse du courant, à travers le mélange optique, la division de la touche, le contraste de tons et l’emploi des complémentaires.

L’exposition se poursuit par le parcours parallèle de Cross, Signac et Van Rysselberghe dont les toiles témoignent d’une véritable révélation de la couleur, point de départ d’un « second néo-impressionnisme » qui voit la touche s’élargir et la couleur devenir plus sonore.

La dernière partie met en évidence les liens entre Cross et les peintres de la jeune génération, tels que Camoin, Manguin ou encore Matisse, faisant du peintre un jalon essentiel et unique entre le divisionnisme de Seurat et le fauvisme de Matisse et Derain.

Enfin, l’exposition laisse une place privilégiée aux aquarelles de Cross, qui jalonnent sa carrière.

Seurat et les origines du néo-impressionnisme (1885-1891)

Autour de Seurat, un premier groupe d’artistes – Cross, Signac, Angrand, Dubois-Pillet, Pissarro, Luce et Van Rysselberghe – mettent en application la technique rigoureuse du néo-impressionnisme : mélange optique, division de la touche, contraste de tons, emploi des complémentaires.

C’est l’époque pour Seurat de La Seine à la Grande Jatte , 1885, Port-en-Bessin , 1888 ; pour Signac de Portrieux , 1888 ; pour Cross de Vendanges , 1891-1892.

La révélation de la couleur (1892-1903)

En 1891, année de la mort de Seurat, Cross quitte Paris et s’établit à Saint-Clair, près du Lavandou, suivi par Signac qui débarque à Saint-Tropez à bord de son voilier. Ils développent un second néo-impressionnisme nettement différent du premier.

La touche s’élargit, la lumière éblouit. Bientôt rejoints par Van Rysselberghe, les trois amis entrent dans une phase de création personnelle. Cross atteint la plénitude de son art avec Bords méditerranéens, 1895, o u la Mer clapotante, 1903.

La tentation du fauvisme (1904-1910)

Matisse arrive à Saint-Tropez en 1904, suivi de Camoin, Manguin et Valtat ; ils se retrouvent chez Signac ou chez Cross. Les rapports artistiques les plus féconds interviennent entre eux. Matisse, déjà initié au néo-impressionnisme, découvre auprès de Cross l’exaltation de la couleur qu’il mettra en application l’année suivante dans Collioure, Rue du Soleil, 1905.

Dans les dernières années, Cross, qui peint en compagnie des futurs « fauves », laisse libre cours à sa fantaisie personnelle, la couleur acquérant, comme chez ses compagnons, de plus en plus de liberté : Le Bois, 1906-1907.

Les œuvres graphiques

Les œuvres graphiques d’Henri Edmond Cross sont présentées en marge des peintures. Il a pratiqué toute sa vie le dessin et l’aquarelle, trouvant dans cette technique une spontanéité trop souvent refoulée.

Utilisées soit dans un but documentaire, soit comme œuvre à part entière, elles jalonnent sa carrière, des premières études de 1892-1893 comme Bords de mer et voiliers, étude pour L’Air du soir, à celles saisies hâtivement lors de son voyage à Venise en 1903.

Renseignements pratiques

  • Musée Marmottan Monet
  • 2, rue Louis-Boilly
  • 75016 Paris

Sources d’information

Lire aussi

  • Henri-Edmond Cross au Musée Marmottan-Monet en octobre 2011
  • http://liliane-collignon.suite101.fr/

Sur le même sujet