Une exposition inédite : "Sold"

Pour la première fois à Paris, la galerie A2Z Art présente jusqu'au 20 janvier 2012, une exposition personnelle de Luke Newton

Jeune artiste britannique âgé de 24 ans, Luke Newton est diplômé de l’Université des Arts de Londres, Le Central Saint Martins College of Art and Design (CSM), anciennement " London Institute".

A2Z Art Gallery, spécialisée en art contemporain, est nichée derrière la Porte d'Ivry. Zi Wei et Anthony Phuong y ont imaginé un laboratoire artistique de 180 m2. Loin de l’émotion, "Sold" est une exposition qui donne à se divertir plutôt qu’à s’extasier.

Les nombreuses références à l’histoire de l’art sont détournées, moquées dans une joyeuse accumulation d’objets banals, futiles et inquiétants.

Luke Newton

Impliqué dans de nombreuses collaborations artistiques, en Grande-Bretagne puis aujourd’hui à Paris, Luke Newton est un plasticien formé avec les meilleurs espoirs de l’art contemporain européen. Il révèle dans "Sold" sa vision de la société à travers des objets et des images du quotidien.

Ses œuvres prennent aussi bien la forme de sculptures, de peintures, d’images numériques ou d’affiches retravaillées au crayon. Comme des flashs, ses propositions sont présentées sans corrélation apparente, avec la volonté de faire zapper le regard et l’esprit du public d’une image, d’une idée à l’autre.

Les disciplines artistiques sont désacralisées pour être perçues comme des outils de communication au service du propos de l’artiste. Les œuvres réunies présentent un reflet de notre société, où chacun cherche à renouveler, à se créer de nouveaux besoins pour tromper la routine.

Une interprétation subversive du quotidien

L’interprétation de Luke Newton est acerbe et toujours teintée d’un humour "british". Elle vise à stimuler l’imagination, en transportant le public dans une dimension de dérision et de gravité.

Luke Newton transforme des ipods en armes de défense, et ses " QR codes" (codes-barres en deux dimensions), rappellent ceux que chacun d’entre nous voient au bas des publicités ou sur les produits de grande consommation. Ils cachent en réalité des images iconiques du monde artistique, de Mona Lisa (voir le visuel illustrant cet article) à l’autoportrait de Van Gogh.

En déclinant sur des toiles la symbolique gommette rouge apposée au bas des œuvres vendues dans le cadre d’une exposition, Luke Newton accumule les détails les plus anodins qu’il présente comme une interprétation subversive du quotidien.

Des sculptures qui confrontent l’utile et le futile

L’exposition vise à stimuler l’imagination, en transportant le public dans une dimension de dérision et de gravité. Ainsi, la série iAXE, déclinant des ipods en forme de silex tranchants, est mise en regard avec la série AK-47, représentant des silhouettes d’armes dans une large gamme de couleurs.

Ces objets, tirés de l’imagerie collective, ont une symbolique très forte dans des environnements différents mais tous sont ici présentés comme des marchandises banalisées.

Pour Pen and Pencils , l’artiste a réalisé deux sculptures composées d'une accumulation de crayons, qui occupent finalement un volume disproportionné par rapport à leur forme originale. Ces deux œuvres visent à encourager le questionnement du spectateur sur le quotidien, en utilisant ses propres unités de mesure. "D’autres auraient peut-être utilisé leur cuillère à café ou un autre objet usuel", ironise l’artiste.

Renseignements pratiques

Source d’information

Cet article a été rédigé à l’aide des conseils de Monsieur Anthony Phuong, que je remercie.

Sur le même sujet