Le management a-t-il un rôle dans les risques psychosociaux ?

La définition centrée sur les problèmes de perception des salariés empêche de définir et de clarifier le rôle des managers dans la gestion du stress.

Le rôle des managers et de l'encadrement est d'organiser le travail des travailleurs et de le diriger pour réaliser sa stratégie.

Des salariés stressés et un management inexistant

Selon la définition du stress au travail selon l'accord interprofessionel contre le stress de juillet 2008 : "un état de stress survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face. L'individu est capable de gérer la pression à court terme mais il éprouve de grandes difficultés face à une exposition prolongée ou répétée à des pressions intenses".

Selon cette définition, les éléments du stress sont :

  • la différence entre la perception et la réalité,
  • la perception du salarié,
  • les ressources du salariés,
  • les contraintes de l'environnement,
  • la pression à court terme,
  • la pression intense répétée ou prolongée.

Dans son rôle d'organisateur du travail, le dirigeant d'entreprise dispose de leviers d'action pour diriger l'entreprise. La définition négociée du stress au travail ne lui en donne pas en tant qu'organisateur et gestionnaire de l'entreprise. Le stress qui semble perturber "certains salariés" n'est pas perçue par les signataires comme le signe d'une direction et d'un management en difficulté, et pourtant...

La perception est irréductible à la réalité

Il y a toujours une différence entre la perception et la réalité. La perception est irréductible à la réalité. Les filtres cognitifs individuels, collectifs, sociaux, professionnels, etc.. sont à l'oeuvre pendant la perception au travail. Les mécanismes de la perception fonctionnent pour tous les salariés. On a donc nécessairement quatre types de salariés :

  • ceux qui perçoivent le stress là où il n'y en a pas,
  • ceux qui perçoivent le stress là où il y en a,
  • ceux qui ne perçoivent pas le stress là où il y en a,
  • ceux qui ne perçoivent pas le stress là où il y en a pas.

Non perception du stress ou déni de la réalité ?

La non-perception qui est sous-entendue comme la situation idéale dans cet accord, peut être due à l'absence d'éléments à percevoir ou à une incapacité à percevoir. Elle peut être due à une appréhension fine de la réalité ou à un déni de la réalité. Les conséquences de cette absence de perception aboutissant aux différents troubles psychosociaux : suicides, burn-out, dépression, crises cardiaques, addictions, discrimination, etc

Tous les acteurs de l'entreprise sont soumis à ces phénomènes de perception. Ainsi, la direction de l'entreprise ne perçoit pas nécessairement le stress induit par ses actions ou son propre stress, pas plus que les représentants du personnel qui ont signé cet accord. Cet accord a trouvé un consensus. Malheureusement la réalité n'est pas un consensus. Elle est la réalité. C'est ce que chaque jour, les troubles psychosociaux nous rappellent.

Ce n'est pas parce que la définition braque le projecteur sur le salarié que c'est effectivement là que se trouve tout le problème. Si le salarié est effectivement responsable et la cause des phénomènes de stress, à quoi sert le management ? Le droit du travail est clair la direction de l'entreprise est responsable en matière de santé et de sécurité au travail et le dirigeant peut être poursuivi s'il a manqué à ses obligations. La direction, le management a selon la loi, une responsabilité directe dans l'apparition du stress et de ces conséquences chez les salariés.

Sur le même sujet