Les violences psychologiques directes dans le harcèlement moral

Connaître les violences psychologiques à l'oeuvre dans le harcèlement moral est la première étape pour limiter les situations de harcèlement au travail;
84

Le harcèlement moral se manifeste par des agressions psychologiques répétées. La meilleure façon de les prévenir est de connaître les comportements violents et agressifs et d'éviter de s'y livrer ou de les accepter dans le cadre du travail et en équipe. Cet article s'intéresse aux violences psychologiques faciles à détecter : les agressions psychologiques directes. Elles sont directes car elles consistent à attaquer la personne en communiquant directement avec elle. Les témoins et l'individu harcelé peuvent aisément les identifier.

Les attaques de l'identité ou du narcissisme

Ce sont tous les discours qui infantilisent, humilient, infériorisent ou provoquent la personne en attaquant son identité ou son narcissisme. Les attaques de l’identité de la victime concerne tout ce qui la caractérise en propre et fait d'elle une personne unique : âge, sexe, couleur de peau, qualifications, traits de caractère, etc. Le narcissisme de la victime représente ce qui permet à la personne de se faire une bonne idée d’elle-même, ce dont elle est fière. Ces attaques détruisent le sentiment de sécurité intérieure de la personne agressée.

La manipulation de la réalité et des affects

Une autre forme de violence consiste à manipuler les sentiments des personnes. On joue sur la culpabilité et le chantage affectif. Le harceleur se fait passer pour une victime auprès des membres de l'équipe y compris la personne harcelée, pour provoquer la sympathie et se faire plaindre. Ce qui rend difficile la perception de la réalité, du harcèlement et des violences réalisées.

Provoquer la peur

Une autre forme d'agression qui se fait parfois passer pour un trait de caractère ou même une méthode de management est celle qui induit la peur, par les brimades, les menaces, les hurlements, l’espionnage, la filature, etc. Ces agressions ont pour effet d'enlever toute marge d’action. Elles peuvent entraîner une peur paralysante chez les personnes et les témoins.

L'intrusion dans la vie privée

L'agression est dans le fait de faire des intrusions dans la vie privée des collègues, de ne pas respecter la limite entre la vie privée et la vie professionnelle, par exemple en téléphonant au domicile privé en dehors des heures de travail. Il s'agit parfois de révéler des faits personnels et intimes concernant le harcelé, de nier les agressions ou la souffrance observées, de rechercher des aveux, d'humilier ou de dénigrer les codes culturels de la personne.

Ces attaques créent un sentiment d'abandon archaïque très déstabilisant chez les personnes agressées. Sentiment qui peut être renforcé par l’absence de compassion du groupe témoin du harcèlement . Ce sentiment d’abandon peut conduire aux pires extrémités chez les victimes.

Pour résumé : respecter l'identité, le narcissisme des personnes, les codes culturels, la réalité, la vie privée et la souffrance des autres même si on ne les partage pas permet de limiter les comportements qui peuvent prêter à confusion.

Ces comportements sont en fait des règles de savoir vivre en groupe et en société qui s'appliquent au travail comme en famille. L'existence de tels comportements dans une organisation sont des alertes pour chaque travailleur quelle que soit sa position : harcelé, témoins, dirigeant, etc. Ils font aussi partie des critères à rechercher en cas d'accusation ou de soupçon de harcèlement.

Plus difficile à discerner parfois, mais pas forcément plus rares sont les attaques psychologiques indirectes.

Bibliographie :

Ariane Bilheran - Le harcèlement moral - Armand Colin - 2006

Sur le même sujet