Les violences psychologiques indirectes dans le harcèlement moral

Voici les agressions psychologiques indirectes que l'on retrouve dans les cas de harcèlement moral au travail.
329

Pour avoir un comportement irréprochable au travail nous avons décrit précédemment les agressions psychologiques directes . Voici le deuxième type de violences psychologiques à éviter : les agressions psychologiques indirectes. Elles sont dites indirectes car elles se réalisent sans qu'il y ait de communication directe entre la victime et son agresseur. Elles sont de trois types sans s’exclure les unes les autres. Nous avons les agressions par omission, les agressions détournées et les agressions matérielles.

Les agressions par omission

Elles sont très fréquentes et souvent sous-estimées. Elles sont les plus efficaces pour susciter le sentiment d’abandon archaïque. Elle consiste par exemple à ne pas dire bonjour, à faire comme si la personne était absente, à parler d’elle à la troisième personne, à l’interrompre, à engager en sa présence une conversation, sans l'inclure. C'est une agression très fréquente par exemple des collègues hommes/blancs/cadres/valides parlent entre eux ignorant la collègue femme/basané/ouvrier/handicapés, etc.

Elles se déclinent aussi en rétention d’information et des données nécessaires au travail : heure des réunions, description du travail à exécuter non transmis par exemple. Le modèle extrême est la mise au placard de la personne et la prise de décision collective sans la consulter. Ces agressions par omission excluent le harcelé du groupe. Il est impuissant, anonyme, il n’est plus une personne. Elles sont dramatiques car le travail a une dimension collective structurante pour l'individu.

Les agressions détournées

Elles ont souvent lieu à l’insu du harcelé et par des communications indirectes. Elles consistent à instaurer des rumeurs sur le dos du harcelé de façon à nuire à sa réputation : accusation de crimes, délits, de folie, dévoilement de la vie privée, etc. Selon le statut du harcelé cela peut se faire seulement dans le cadre du travail mais aussi à l’extérieur, auprès d’un futur employeur, des relations sociales, etc. La communication indirecte consiste à utiliser un tiers pour faire passer des messages plus ou moins menaçants, pour désinformer la personne, l’acculer à la faute, la mettre en danger sur les plans professionnel, physique ou psychique.

Les agressions matérielles

La personne n’est pas visée directement, mais ses outils de travail ou ses biens matériels. Il s’agit par exemple de ne pas laisser à sa disposition ou de rendre difficile d’accès le matériel pour travailler, les clés pour entrer, les moyens de communication, les dossiers, etc. Ces violences exercées par le biais du matériel ont pour conséquence d'ôter toute autonomie dans la réalisation du travail. Elle complique la capacité à bien faire son travail et met en danger la victime sur le plan professionnel et psychique et parfois même physiquement.

Bien entendu, ce sont des exemples à apprécier avec discernement. Il est donc inutile de crier au harcèlement si la clé de la caisse doit systématiquement être demandée à la comptable, si les dossiers confidentiels sont inaccessibles à tous, etc. De toutes les formes d'agressions c'est la seule pour laquelle le management doit jouer son rôle d'organisateur du travail. Il lui appartient de vérifier si la gestion matérielle en place est justifiée par le travail demandé. Et si besoin de rétablir l'équilibre.

Toutes les autres formes d'agressions ne sont pas justifiées par le travail et sont condamnées par la loi. L'employeur exerce sa fonction disciplinaire et obéit à ses obligations légales lorsqu'il intervient pour les faire cesser. Le fait d'essayer de régler le problème de harcèlement ne suffit pas, l'employeur a obligation de réussir. Le plus simple est encore de refuser clairement ces types de comportement au sein de l'entreprise et des équipes de travail. Les causes de ces violences : conflits, vengeance, etc.. qu'elles soient justifiées ou non, sont indifférentes. L'intention ne compte pas dans la loi contre le harcèlement , seulement les faits.

Sur le même sujet