Didier Super, chansonnier politiquement incorrect

Le chanteur-humoriste, qui cultive la dérision et la fausse débilité, ne laisse pas indifférent. Ingérable et infréquentable, il trouve pourtant son public.
20

"Le bonheur pour un alcoolique serait de pouvoir être bourré avec une seule canette. Le bonheur pour un milliardaire serait-il de pouvoir se contenter d'un smic ?" ou "un groupe de rock qui prétend avoir choisi l'underground, c'est comme une femme moche qui prétend avoir choisi le célibat". Voici les pensées qui animent Didier Super. N'épargnant pas plus les artistes que les croyants de toutes obédiences, les politiciens, les minorités, Didier Super passe tout le monde sur le grill du politiquement incorrect...

Un ch'ti au parcours atypique

Né Olivier Haudegond en 1973 à Douai où il réside toujours, Didier Super a suivi pour le moins un chemin sinueux...Après avoir débuté une carrière dans le milieu professionnel du BMX, Didier Super se lance côté musique avec le groupe Zeu Discomobile qui reprend - en version punk - des grands tubes français, tels Et j'entends siffler le train de Richard Anthony ou Lemon Incest de Serge Gainsbourg.

En 2004, sort son premier album solo Vaut mieux en rire que s'en foutre , recueil de mélodies insipides rehaussées par des textes corrosifs. Y figurent entre autres Arrête de t'la péter ou On va tous crever , titres au mauvais goût assumé. Vaut mieux en rire que s'en foutre II , sorti en 2007 est identique au précédent mais cette fois les morceaux sont tous accompagnés d'un orchestre symphonique… et de la mention "version pour les vieux".

Ben quoi? sort en 2008 sous la pression d' Universal qui venait alors de racheter V2 Music, précédente maison de disques de Didier Super. Le contrat, non renouvelé par la major, se clôture par un album de Zeu Discomobile, une occasion de faire jouer les amis. Une expérience douloureuse des maisons de disques, relatée par le chansonnier nordiste dans la bande dessinée "la vraie vie de Didier Super"...qui lui vaut aujourd’hui un procès.

Didier Super, un homme de tournée au ton politiquement incorrect

Ce que préfère Didier Super? Le contact avec le public, qu'il croise régulièrement lors de ses tours de chant mais aussi avec sa troupe de théâtre de rue - les Têtes de Vainqueurs - mêlant sketches et cascades à vélo. Le chansonnier-humoriste déplore d'ailleurs sur le site Rue89 la place des albums dans l'industrie musicale: "C'est le disque qui est au centre de tout. Les spectacles, c'est à côté, pour ramener des sous et faire vendre encore plus de disques.

Moi, c'est d'abord le spectacle qui est important : je mets les moins bonnes chansons dans les disques, et je garde les meilleures pour mes concerts." Le trublion balade aujourd’hui une comédie musicale, sobrement intitulée Et si Didier Super était devenu la réincarnation du Christ ?, avec sa dégaine improbable comme toujours – pantalon sans forme et sous-pull marron moulant trop petit. Ce spectacle, qui tournera en France jusqu'en juillet 2011, est un nouveau prétexte à la provocation et au mauvais goût.

Jeunes de banlieues, catholiques, juifs et musulmans, vieux, artistes, politiciens... Comme à son habitude, Didier Super s'en prend à tout le monde avec son accent chti. Il ose tout, à l'exception du premier degré - qu'il déplorait d'ailleurs chez les lycéens qui assistaient à ses premiers spectacles - et du politiquement correct. "Gentil débile illuminé" selon certains, "prolo déjanté" pour Libération parfois un "poil limite" d'après Ouest-France , Didier Super ne laisse pas indifférents les médias...et fait le buzz sur Internet.

Didier Super et les médias

Popularité sur la toile dont il se méfie comme de " feux de paille ", notamment parce qu'il attire "un public... [qui] vient consommer de la vedette" à la différence du "vrai public, celui qui reste dans mes spectacles maintenant". Le web constitue quasiment la seule alternative aux shows pour voir Didier Super entonner ses chansons vachardes. Peu de passages sur les antennes, radio ou télévisées, pour cet élément difficilement contrôlable.

Ainsi, lors de son passage dans le Fou du Roi sur France Inter , Didier Super change de titre au dernier moment, abandonnant sa satire contre les artistes pour une chanson nettement moins consensuelle sur les clochards... Tout aussi ingérable sur le plateau de l'émission ô quotidien diffusé sur France Ô où semble-t-il le présentateur est dérouté, vraisemblablement peu renseigné sur le personnage... Difficile de cerner le douaisien, entre provocation acharnée et ton politiquement incorrect forcené.

Même le très sérieux magazine Télérama ne sait plus à quel saint se vouer...Dégainant en 2004 le canon, pire notation qui soit dans les critiques de l’hebdomadaire, pour le premier album du chansonnier chti qualifié de "plus mauvais disque du monde et de tous les temps", Télérama "confesse un plaisir coupable à écouter les morceaux saignants de ce Didier super méchant, et si méchamment drôle!" 4 ans plus tard…

L'amoureux du spectacle de rue , inspiré par ces "gens qui n'ont pas d'autre ambition que de transformer une plaque d'égout en scène de spectacle" peut-il se résumer un simple "prolo déjanté" uniquement guidé par la provocation? Cela semble un peu trop facile. Et rien n'est moins sûr.

CONT 12

Sur le même sujet