Ed Gein, le boucher de Plainfield

Le psychopathe plongea la petite ville de Plainfield dans l'atrocité. Retour sur un fait divers hors norme qui secoua l'Amérique puritaine des années 50.
24

Lorsque Frank Worden découvre des traces de sang dans la quincaillerie de sa mère Bernice, le jeune homme s'inquiète et alerte aussitôt la police. Sur le comptoir du petit commerce de Plainfield (Wisconsin) gît une facture au nom d'Ed Gein. Frank confie aussitôt ses soupçons aux enquêteurs au sujet de Gein, homme simple d'esprit qui vit dans une ferme non loin du village.

La ferme macabre d'Ed Gein

Lorsque la police se rend dans la maison d’Ed Gein, elle ne s'attend pas à découvrir l'horreur. Et pourtant, le 16 Novembre 1957, l'Amérique puritaine se réveille groggy. Dans la cuisine d'Ed Gein, 51 ans, yeux très clairs et cheveux courts, le shérif Shlay découvre le corps d'une femme suspendue par les pieds, éviscérée et décapitée.

Les officiers de police vont de découvertes macabres en horreurs funestes dans le capharnaüm ambiant: ceintures de mamelons humains, tibias pour caler la table basse, sommets de crâne utilisés comme bols à soupe. Mais surtout deux têtes - celle de Bernice Worden mais également celle de Mary Hogan, tenancière de bar disparue en 1954 - un cœur emballé, des meubles, masques et costume entièrement constitués de peau humaine.

L'Amérique est sous le choc des atrocités commises par celui que les habitants de Plainfield décrivent comme un "simple d'esprit", qu'ils pensaient "parfaitement inoffensif", "un homme aimable comme tout un chacun". Sa seule différence, "c'est qu'il était un peu bizarre". Les horreurs découvertes chez Ed Gein obligent les enquêteurs à remonter le cours de la vie du quinquagénaire et trouvent, dans l'enfance du psychotique, de nombreuses hypothèses pour expliquer les crimes dont il s'est rendu coupable.

Une emprise maternelle indéfectible

Né le 27 août 1906, Ed Gein grandit sous l'emprise autoritaire de sa mère Augusta, croyante fanatique qui ne désire qu'une chose : éloigner ses deux fils, Henry et Ed, des femmes et des pêchés auxquels elles mènent. Les garçons sont quasiment isolés de tout contact extérieur dans leur ferme située à quelques kilomètres de la ville, entre leur mère dévote et leur père violent et alcoolique.

"D'un côté, consciemment, Ed adorait sa mère, la vénérait et la voyait comme une figure de déesse. Mais inconsciemment, il a inexorablement développé ressentiment et haine" explique Harold Schechter, auteur de Deviant. Souffrant vraisemblablement d'un état psychotique latent, Ed Gein, 39 ans, se retrouve seul au monde en 1945, année du décès de sa mère, son père et son frère ayant respectivement disparu en 1940 et 1944. Il se laisse alors aspirer par la spirale de l'horreur.

Le décès d'Augusta et le début de l'horreur

Dès lors, la fascination d'Ed Gein pour les pilleurs de tombe et pour sa mère prennent un tout autre aspect. Suivant la rubrique nécrologique du journal local, il déterre, le soir même de l'enterrement, les femmes d'âge moyen qui lui rappellent tant Augusta. Il les ramène chez elle pour s'adonner aux macabres manipulations que les policiers découvriront.

"Il aimait et haïssait vraiment sa mère. Comme il ne pouvait avoir de relations normales avec une femme, il décida de prendre ces choses qui sont associées de manière significative à une femme", explique ainsi le docteur John K. Russel, psychologue médico-légal. Et va jusqu'à coudre un costume de peau, que Gein revêt pour "jouer à sa mère". Jusqu'au jour où les funestes exhumations ne lui suffisent plus... Il tue alors Mary Hogan puis Bernice Worden, celle qui le fera prendre.

Arrêté en novembre 1957, les tests psychologiques le déclarent inapte à toute forme de procès. Interné dans l'hôpital d'Etat pour fous criminels du Wisconsin, Ed Gein est finalement jugé apte mentalement dix ans plus tard, son dossier rouvert. Avant qu'il ne soit finalement acquitté et renfermé pour démence. Ed Gein, "patient modèle, gentil, réservé et poli" meurt le 26 juillet 1984 à l'hôpital et repose aujourd'hui aux côtés de sa mère.

Les années 50 aux Etats-Unis, sous le sceau de la pudibonderie et des tabous

En mars 1958, la ferme d'Ed Gein part en fumée, à la suite d'un incendie d'origine criminelle. Si aucune preuve n'a été apportée, beaucoup soupçonnent les habitants de Plainfield, irrités par la toute nouvelle réputation de leur village de 800 âmes et ulcérés par l'arrivée massive de médias et la marchandisation de l'horreur, entre vente aux enchères du mobilier de l'assassin et visite payante de la macabre maison.

L'Amérique des années 50 offre un contexte social très particulier, notamment dans les petites villes rurales, qui, à l'instar de Plainfield, sont grignotées par la pauvreté. Le puritanisme gouverne la vie des américains, la sexualité est un sujet tabou. Paradoxalement à cette époque se développe une culture de masse où la violence extrême est omniprésente, notamment dans les bandes dessinées à l'usage des grands... comme des petits.

Alors que le terme "tueur en série" n'apparaît que des années plus tard, et qu'Ed Gein – officiellement - n'a commis "que" deux meurtres, l'affaire a marqué un tournant considérable dans l'approche et la conception des meurtriers dans l'imaginaire populaire. Et a inspiré romanciers et réalisateurs.

Une source d’inspiration

Robert Bloch, auteur de Psycho adapté par la suite à l'écran par Hitchcock, habitait le Wisconsin lorsqu'Ed Gein fut arrêté. Bien qu'interprété à l’écran par Anthony Perkins qui incarne le garçon d'â côté inoffensif, bien sous tout rapport et insoupçonnable, le Norman Bates imaginé par Robert Bloch est plutôt un quadragénaire aux lunettes à double foyer et à la vie tranquille...

Certaines références se retrouvent également dans Massacre à la tronçonneuse , sous l'aspect de Leatherface, qui se masque des visages de ses victimes. Sans oublier Hannibal Lecter, du Silence des Agneaux et ses costumes de peau humaine. Pourquoi tant de références? Ed Gein a fasciné l'Amérique pudibonde et asexuée des années 50, en quête de morbide et de sensationnel.

Sources :

- Ed Gein, la goule de Plainfield , documentaire réalisé par Michelle Palmiero

- Ed Gein, portrait d'un tueur en série

- Ed Gein, Wikipedia

A lire :

- Deviant de Harold Schechter, Kindle Edition

- Les principaux serial killers américains de Daniel Lesueur

- Les crimes atroces des serial killers américains de Daniel Lesueur

Sur le même sujet