La rate, filtre sanguin et barrière immunitaire

Cet organe fortement vascularisé épure le sang et protège l'organisme des attaques bactériennes. D'où la nécessite de le protéger.
67

La rate qui se dilate? L'évocation de cet organe entraîne spontanément le fredonnement de la chanson de Gaston Ouvrard... Pourtant, loin d'être futile, la rate remplit de nombreux rôles (il est d'ailleurs bien rare de constater l'inutilité totale d'une pièce de l'organisme humain). Les conséquences de la perturbation de son fonctionnement ou de son ablation rappellent d'ailleurs les services rendus par cet organe souvent ignoré.

La rate, description de l'organe et fonctions

Le magazine de la santé , diffusé sur France 5, rappelle les caractéristiques de la rate. Situé contre les côtes, au niveau du flanc gauche sous le diaphragme, cet organe d'une dizaine de centimètres pèse environ 200 grammes. La vascularisation très importante de la rate en fait un passage obligé pour la totalité du sang. Et permet à cette "poche de sang" de remplir correctement ses fonctions.

Lors du développement embryonnaire, la rate participe à l'élaboration des globules rouges et des plaquettes. Ex utero , chez l’enfant comme chez l’adulte, l'organe splénique est chargé de débarrasser le sang de ces mêmes cellules lorsqu'elles sont endommagées ou vieillies. Ce qui vaut d'ailleurs à la rate le surnom de "cimetière des globules rouges". Y est également stocké le tiers des plaquettes de l'organisme.

Ce réservoir de cellules sanguines joue un rôle immunitaire d'importance. Une région particulière de l'organe appelée pulpe blanche et constituée de globules blancs (lymphocytes et macrophages) permet de lutter contre les attaques bactériennes. Une fois l'ennemi identifié, la fabrication d'anticorps par la rate et leur libération directe dans la circulation sanguine détruisent les agents pathogènes.

Les maux liés à la rate

L'importante vascularisation splénique constitue à la fois la force et le talon d'Achille de la rate. Entourée d'une mince capsule, elle demeure très fragile. En cas de traumatisme, notamment lors d'accident de voiture, la rupture de cette fine membrane peut conduire à une importante hémorragie interne, qui nécessitera alors l'ablation de l'organe, appelée splénectomie.

Cette opération chirurgicale peut également résulter d'une maladie hématologique, d'une tumeur splénique ou d'un lymphome, la multiplication des lymphocytes affectant aussi bien les ganglions lymphatiques que la rate. La vie sans rate, possible, nécessite toutefois quelques précautions. Outre le signalement – avant tout geste médical – de son absence, la vaccination régulière protège contre les méningocoques et pneumocoques, bactéries encapsulées détruites habituellement par cet organe.

L'hypertrophie de la rate, ou splénomégalie, constitue un symptôme, parmi d’autres signes, de diverses maladies. Le site MEDInfos cite pêle-mêle les maladies infectieuses (paludisme, mononucléose, VIH...) et hématologiques – comme la thalassémie ou la drépanocytose. L'hypertension ou les tumeurs, bénignes comme malignes, peuvent également être à l’origine de l’augmentation de volume de la rate, qui peut peser parfois un kilo et demi!

Les mythes spléniques: la rate responsable de bien des malheurs...

L'émission Façon de parler diffusée en 2005 sur RFI expliquait ainsi la théorie des humeurs, qui faisait de la rate le siège de la bile noire, responsable de la mélancolie (du grec melas , noir, et kholê , bile). Une idée qui a fait son chemin jusqu'au XIXe siècle. Le terme anglais pour désigner la rate, spleen , synonyme "d’ennui, de mélancolie et de neurasthénie", fut repris et magnifié par Baudelaire dans Les Fleurs du Mal .

Un article du Figaro revient sur les maux dont fut accablée la rate, notamment dans le sport. Ne dit-on pas, d'ailleurs, "courir comme un dératé"? Ainsi, les coureurs de fond de la délégation olympique allemande de 1936 avaient subi une splénectomie préventive, censée les protéger contre les crampes et points de côté. Une étude publiée quarante ans plus tard démontrait que l'ablation de la rate diminuait l'espérance de vie en augmentant notamment les risques de maladies cardio-vasculaires.

La rate, de par ses fonctions immunitaires, est un organe précieux. A l'instar de l'organe splénique, les amygdales jouent ce même rôle de défense de l'organisme contre les agressions extérieures, au niveau de la gorge cette fois. Aujourd'hui réalisée quand les circonstances médicales l'exigent (angines à répétition ou incapacité à soigner une infection des amygdales), l'ablation de ces glandes était autrefois pratiquée de manière quasiment systématique. Avant que le milieu médical ne revienne à une approche plus personnalisée de cette pratique.

Sur le même sujet