La régression spectaculaire du saturnisme infantile en France

Depuis 1995, le nombre d'intoxications au plomb chez les enfants a été divisé par 20. Cette avancée ne doit pas faire oublier les 4 500 victimes actuelles.
8

Le plomb – appelé saturne depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen Âge – fut associé à cette planète dont la lenteur évoquait la densité du métal. D'où le nom de saturnisme pour qualifier l'intoxication au plomb. L'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) rappelle la qualité première du métal – la haute résistance à la corrosion – à l'origine de son utilisation dans les conduites d'eau et comme pigments de peinture. Malgré sa toxicité…

Le saturnisme: origine et symptômes

L'Institut de veille sanitaire (InVS) identifie quatre principales sources de l'empoisonnement au plomb:

  • les peintures, principalement à base de céruse, des bâtiments construits avant 1949;
  • l'activité industrielle pour les enfants vivant à proximité des sites ou dont les parents ramènent des poussières au domicile;
  • les canalisations vétustes qui, par érosion, libèrent du plomb solubilisé dans l'eau;
  • les jouets, ustensiles de cuisine et produits cosmétiques ou médicinaux composés de plomb.

Le saturnisme infantile est diagnostiqué lorsque le taux de plomb dans le sang (plombémie) dépasse 100 µg par litre chez les enfants âgés d'un à six ans. L'Institut de veille sanitaire rapporte que toute augmentation de 100 µg de la plombémie diminue le quotient intellectuel de 1 à 3 points. Deux paramètres favorisent l'accumulation de plomb chez les enfants: leur tendance naturelle à tout porter à la bouche et la forte proportion du plomb ingéré passant dans le sang (50% pour les enfants, 10% pour les adultes).

Les avancées de la lutte contre le saturnisme infantile

L'InVS rappelle que les autorités sanitaires américaines furent les premières, dans les années 1960, à établir un seuil à la plombémie. Fixé d'abord à 600 µg de sang par litre de sang, il fut abaissé à 250 µg par litre dans les années 1980. La limite de 100 µg par litre approuvée pour les enfants en France correspond à celle fixée par l'Organisation mondiale de la santé.

La quantification de l'imprégnation par le plomb des populations a permis de lutter efficacement contre elle. L'InVS liste les avancées qui ont permis d'abaisser le nombre de cas de saturnisme de 84 000 en 1995 à 4 400 en 2009 (5 330 en englobant les enfants atteints dans les départements et territoires d'outre-mer.

Les actions concertées tant au niveau de l’environnement qu’à l’intérieur des habitations ont diminué l’imprégnation saturnine de la population. La suppression de l'essence au plomb ainsi qu'un contrôle accru des émanations industrielles ont diminué la concentration de plomb dans l'air. L'amélioration des habitats, des aliments et un traitement des eaux perfectionné protègent davantage les enfants des menaces au sein du domicile.

Enfants et adultes encore exposés au plomb

Ces avancées ne doivent pas faire oublier les milliers d'enfants saturnins. L'intoxication au plomb est aujourd'hui induite essentiellement par les peintures anciennes. Les milieux défavorisés sont donc particulièrement exposés à cette maladie, mais pas seulement. Il arrive que certains logements, pourtant salubres, abritent des peinture de qualité médiocre. Les travaux sans précaution peuvent également augmenter l'imprégnation saturnine.

Les adultes tolèrent de plus fortes concentrations de plomb – 300 µg par litre de sang pour les femmes, 400 µg pour les hommes – augmentées notamment par l'exposition professionnelle, en particulier dans les secteurs du bâtiment et de l'industrie. Les femmes enceintes doivent limiter le contact avec le plomb, qui traverse la barrière placentaire, à son strict minimum. Lorsqu'elle ne provoque pas d'avortement, l'imprégnation saturnine du fœtus induit un ralentissement de la croissance in utero et un retard cognitif dès la petite enfance.

Les campagnes de sensibilisation et l’interdiction de produits composés de plomb ont permis de diminuer l’imprégnation saturnine de la population et les conséquences qui en découlent. Le dépistage ciblé des populations à risque a permis de mieux diagnostiquer le saturnisme. Les chiffres de l'InVS rappellent néanmoins qu'aujourd'hui moins de 1% des enfants de moins de 7 ans ont vu leur plombémie testée. Encore un petit effort?

Sur le même sujet