La vie sans télé: description des abstinents et de leurs loisirs

97 à 98% des foyers français possèdent un petit écran. Quid des 2 à 3% restants? Qui sont-ils? Et surtout comment s'occupent-ils? Portraits.
51

En 2009, chaque Français a passé trois heures et 24 minutes devant le petit écran, d'après les chiffres de Médiamétrie repris par le site tvmag . Une moyenne qui cache de nombreuses disparités, et des exceptions à la règle. Bertrand Bergier, sociologue, s'est penché sur le cas de ceux, très minoritaires, qui vivent sans télé et en a tiré un livre publié chez Erès sous le titre Pas très cathodique, enquête au pays des sans-télé . Tour d'horizon.

Portraits des "sans-télé"

A l'occasion d'un entretien livré au quotidien gratuit 20 Minutes , Bertrand Bergier explique les grandes catégories retrouvées parmi la population des "no-télé". D'abord, "les héritiers, souvent nés avant 1955" qui n'ont jamais connu le petit écran chez eux et ne songent même pas à s'en procurer un. Puis, ceux nés entre 1955 et 1974, tantôt possesseurs du poste, tantôt abstinents télévisuels. Enfin, ceux nés après 1974 - majoritaires, qui ont abandonné une télévision qu'ils jugent désuète.

Le sociologue profite de cette interview pour mettre à mal quelques idées reçues. Il n'existe pas de profil type de l'ascète télévisuel. Aucune couleur politique dominante ne se dégage. Toutes les catégories sociales sont représentées parmi les privés de poste, bien qu'ils soient à 75% diplômés de l'enseignement supérieur.

Vivre sans télévision concrétise parfois le refus d'un média vu, au choix, comme un puissant outil de propagande, un symbole de la société de consommation, une source permanente d'images violentes ou une entrave aux devoirs scolaires. Mais il arrive aussi que l’abandon du poste, jugé finalement positif, résulte de banales circonstances: départ du foyer familial - l'achat d'un petit écran ne constituant pas la première nécessité - panne ou encore non-équipement pour la Télévision numérique terrestre (TNT).

Comment les "sans-télé" occupent-ils leur temps libre?

Un article paru dans le supplément TéléVisions du Monde daté du 14 Novembre 2010 explique les loisirs auxquels se consacrent ceux qui ne s'assoient pas devant le petit écran. Lecture de livres ou de la presse - parfois même des programmes TV !-, sorties au théâtre et visites de musées, séances de cinéma...

La consommation de biens culturels est une habitude bien plus présente chez les abstinents télévisuels que dans la population générale. La culture ne représente pourtant pas la seule alternative à la vie sans petit écran. Ainsi Le Monde TéléVisions évoque pêle-mêle diverses manières de combler le temps laissé ainsi inoccupé: "s'occuper de sa famille, animer une association, jardiner, bricoler ou... travailler plus."

Est-on déconnecté du monde sans télévision?

Comme le souligne Bertrand Bergier à 20Minutes , il est impossible de n'avoir aucun contact avec la télévision, qui reste un "fort outil de socialisation". Chez des amis ou à l'hôtel, il s'avère difficile de ne pas regarder la télévision, qui allumée, exerce un pouvoir hypnotique indéniable. Sans négliger les nombreuses discussions de la vie courante consacrées au poste.

De plus, la place prépondérante de la télévision dans nos sociétés en fait un sujet permanent d'actualité. Tous les autres médias - Internet, presse ou radio - traitent ainsi d'une manière ou d'une autre du petit écran. On ne compte les sites sur la Toile qui lui sont dédiés, les rubriques dans les quotidiens et magazines qui lui sont consacrées, les chroniques à la radio qui lui sont dévouées.

Bertrand Bergier est un habitué des études sociologiques portant sur les marginaux. Il y trouve un "vrai plaisir à l'étude des situations improbables, mais socialement enviables", selon ses confessions dans Le Monde TéléVisions. Cependant, le temps passé devant l'écran d'ordinateur s'accroît au fil des années et risque peut-être, à très long terme, de remiser l’autre écran, le "petit", au placard. En attendant, la télévision a de beaux jours devant elle.

Sur le même sujet