L'absinthe, la sulfureuse fée verte

L'absinthe fit des ravages pendant plus d'un siècle, jusque son interdiction en 1915. Autorisée à nouveau en 2002, la boisson des poètes est de retour.
80

"L'absinthe apporte l'oubli mais se fait payer en migraines. Le premier verre vous montre les choses comme vous voulez les voir, le second vous les montre comme elles ne sont pas; après le troisième, vous les voyez comme elles sont vraiment". Ainsi Oscar Wilde parlait-il de l'absinthe, liqueur au goût anisé qui inspira bien des artistes... et alimenta bien des disputes! Retour sur une boisson particulière à l'aura singulière.

L'absinthe: origine, composition, dégustation

La mère Henriot ou Pierre Ordinaire? Sans doute sera-t-il difficile de déterminer un jour qui, entre la rebouteuse helvète et le médecin français exilé en Suisse, est à l'origine de la recette de l'absinthe au XVIIIe siècle. Breuvage qui, quelle que soit l'histoire de son origine, était supposé posséder des vertus médicinales. Le major Dubied en racheta la formule, qu'il légua par la suite à son gendre Henri-Louis Pernod, chargé de reprendre le flambeau familial.

Pernod, en y installant ses distilleries, fit de Pontarlier (Doubs) le fief français de cette liqueur surnommée "la bleue", qui rapidement ne fut plus consommée uniquement comme remède... A l'origine composée d'espèces végétales - grande absinthe, mélisse citronnée, hysope fleurie et fenouil - associées à l'alcool, la boisson a vu par la suite d'autres plantes, comme l'angélique, apparaître dans sa recette.

La dégustation de la "fée verte", qui titre entre 45 et 80 degrés, appelle un rituel bien précis. Au-dessus d'un verre spécifique à l'absinthe est posée une cuillère, elle aussi particulière, sur laquelle repose un sucre. De l'eau très fraîche, en quantité équivalente de trois à cinq doses d'absinthe, est versée goutte-à-goutte sur le morceau de sucre, troublant ainsi la liqueur des poètes..

L'absinthe, en vogue, est interdite. Avant d'être de nouveau autorisée... avec précaution !

Le début de IIIe République (1870-1940) fut aussi celui de la formidable progression de l'absinthe, popularisée parmi les soldats requinqués par quelques gouttes de "la bleue" lors des campagnes militaires. Au départ plutôt destinée à la bourgeoisie, l’absinthe se répandit ensuite dans les milieux plus populaires, à la faveur de boissons frelatées qui firent baisser les prix de la liqueur.

Accusée de rendre fou , criminel, aveugle ou encore de provoquer épilepsie et tuberculose, la "fée verte" fit l'objet, au début du XXe siècle, d'un violent débat entre pro et anti-absinthe. Les opposants à la liqueur, qui mirent en avant les effets toxiques du breuvage, gagnèrent le combat. Appuyés par les viticulteurs, qui, durement touchés par le phylloxera, estimaient que l'absinthe représentait un concurrent déloyal. Le breuvage fut interdit en 1915.

Fabrication et consommation d'absinthe ont été autorisées à nouveau en France en 2002... à certaines conditions. Un litre de liqueur ne doit ainsi pas contenir plus de 35 mg de thuyone (contre 260 mg jusque son interdiction au début du XXe), naturellement présente dans la tige de la plante absinthe. Cette molécule est responsable des hallucinations et autres troubles neurologiques observés chez les consommateurs excessifs d'absinthe du temps de Verlaine…

L'absinthe, boisson des poètes du XIXe siècle

Sans doute le poète n'est-il pas totalement étranger à la réputation sulfureuse de la "fée verte". Compagne d'infortune (amoureuse) de l'auteur des Poèmes Saturniens , l'absinthe alimentait souvent une ivresse et une violence partagées avec Arthur Rimbaud... La "bleue" ne se contenta pas d’enivrer seulement les artistes du XIXe siècle: elle en inspira d'autres.

Les peintres furent nombreux à faire intervenir le breuvage aux reflets verts dans leurs toiles, à l'instar du jeune Edouard Manet et son Buveur d'absinthe . Le tableau le plus célèbre restant sans doute celui qu’Edgar Degas a sobrement intitulé l'Absinthe ... Plus tard, Picasso et bien d'autres utiliseront la boisson liquoreuse comme thème de leurs oeuvres.

L'absinthe, après avoir eu le goût du scandale et nourri le débat public lors de son interdiction, est passée de mode. Marquée très XIXe siècle, associée aux volutes des bistrots parisiens enfumés et aux poètes malheureux, la "fée verte" est aujourd’hui redevenue une liqueur branchée en France. Proposée dans quelques endroits en cocktail ou selon le traditionnel rituel, elle (re)fait également apparition sur les tables, flambant coquelet aux olives ou arrosant saumon en papillotte ...

CONT 12

Sur le même sujet