Le froid, les oiseaux et les chasseurs

L'hiver rigoureux a poussé certaines espèces d'oiseaux postées aux Pays-Bas et en Belgique à migrer jusqu'en France... où les chasseurs les attendent.
9

Quel point commun entre le réchauffement climatique et un hiver particulièrement rigoureux? Les oiseaux migrateurs se voient contraints de modifier leur périple, à la recherche de douceur ou au contraire de chaleur. Des changements à prendre en compte dans la gestion de la chasse, pour préserver au mieux les populations avicoles. Ce qui n'est pas sans provoquer des heurts entre associations de protection des animaux et comités de chasseurs.

Le froid et la neige, ennemis des oiseaux

Neige et températures très basses touchent tous les Européens... mais pas seulement! Les oiseaux migrateurs grelottent et viennent chercher un peu de chaleur, toute relative, en France. Comme l'explique la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), des milliers d'oiseaux, habitués à hiverner aux Pays-Bas ou en Belgique, continuent cette fois leur périple vers la France, via le littoral de la Manche.

Adaptées pourtant aux conditions climatiques rigoureuses, certaines espèces avicoles sont gênées par la vague de froid persistante et surtout par la neige. « En Belgique et aux Pays-Bas, cette couverture neigeuse est particulièrement dérangeante pour les oies et les canards siffleurs, qui se nourrissent dans les polders », commente Benoît Paepegaey, du Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord et du Pas-de-Calais (GON) dans les colonnes du Monde daté du 30 décembre 2010.

Ainsi la LPO rapporte que 5.000 oies rieuses, autant de bernaches nonettes, des milliers de canards siffleurs et quelques bernaches à cou roux, espèce menacée, ont été comptabilisés sur le littoral de la Manche depuis la fin du mois de novembre, point de départ de la grande vague de froid et donc de la reprise forcée de la migration des oiseaux.

La migration des oiseaux en terre de chasse

En arrivant aux environs de Dunkerque, les oiseaux sont entrés en terre de chasseurs en pleine période de chasse, le Nord-Pas-de-Calais abritant la plus grosse densité de huttes de chasse, selon Le Monde . Ainsi, dans la nuit du 19 décembre, jour d'afflux massif d'espèces avicoles, « les retours de la chasse au gibier d'eau ont été exceptionnels », explique Benoît Paepegaey.

La LPO parle d'un « massacre sans précédent » des oiseaux, affaiblis par le froid et le manque de nourriture. Et s'attriste des « 5.000 Canards siffleurs condamnés à rester posés en mer face à Sangatte, car empêchés par les chasseurs de s’alimenter dans les polders La Ligue de protection des oiseaux demande en conséquent «la fermeture immédiate et totale» de la chasse, en attendant le redoux.

La chasse et le froid

Une demande formulée également par le GON et officialisée fin Novembre par un courrier , adressé à la fois à la Direction départementale des territoires de la mer (DDTM) du Nord, à la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) du Nord-Pas-de-Calais et aux préfectures concernées. Car des dispositifs législatifs encadrent la chasse en cas de grandes vagues de froid.

Selon les textes de loi en effet, « en cas de [...] gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, pour tout ou partie du département, suspendre l'exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier ». Une mesure mise en place dans le nord de la France pour, par exemple, les merles, grives, ou encore alouettes mais guère pour les oies et autres canards siffleurs amenésés par le froid sur le littoral français.

« Si le ministère se défausse sur les préfets, qui eux-mêmes subissent la pression des chasseurs, on ne sortira pas de l'impasse », déplore Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO, après sa rencontre avec la ministre de l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, qui n’a débouché sur aucune décision La suspension de la chasse, de 10 jours au minimum, permettrait aux oiseaux de reprendre quelques forces. Cela nécessite d'abord de se soustraire aux pressions de part et d’autre et de s'acquitter des lourdes obligations administratives.

Sur le même sujet