Les déchets ménagers plastiques et leur difficile traitement

La majorité des ordures plastiques proviennent de nos foyers. Le recyclage, pas toujours possible, appelle des alternatives. Une démarche compliquée.

46 kilos de déchets ménagers triés par chaque Français selon le site d'Eco Emballages . Entreprise privée fondée à l'initiative d'industriels, cette dernière - qui affiche son petit logo vert connu sur 95% des emballages - est agréée par les pouvoirs publics pour valoriser les ordures domestiques. Une mission ardue qui repose tant sur la bonne volonté des consommateurs que sur l'efficacité des filières de traitement.

La consommation, source majoritaire de déchets plastiques

Entre 1975 et 2004, la quantité annuelle d'ordures ménagères est passée de 217 à 353 kilos par habitant, selon l'association France Nature Environnement (FNE). Contribuent à cette augmentation les emballages plastiques, de plus en plus nombreux, qui protègent les denrées alimentaires et autres produits courants de consommation. Une enquête menée par le quotidien 20 Minutes , en partenariat avec la FNE , révèle l'ampleur du phénomène.

Ainsi, le suremballage - néologisme qui désigne la succession de couches de plastique, se développe. Sachets fraîcheur de biscuits, dosettes de café individuelles, fruits et légumes sous blister... Autant de sources de déchets que le consommateur paie de sa poche. Plus les emballages se multiplient, plus le prix des produits s'envole. Le cas des petits conditionnements, qui requièrent de plus grandes quantités de matières d'emballage, est à ce titre édifiant.

Ainsi, alors que le prix au litre d’une bouteille de soda de deux litres est de 0,77 €, celui des minuscules canettes de la même boisson s'élève à 2,33€. Du simple au triple... Pourtant, force est de constater le succès de ces mini-portions. L'échec des tubes de dentifrice sans emballage confirme l'importance que revêt la présentation des produits pour le consommateur. Des efforts ont toutefois été constatés, par exemple pour les packs de yaourt. Mais les déchets s'accumulent.

Recyclage, régénération ou valorisation des déchets plastiques?

L'Ademe revient sur les différents traitements auxquels peuvent être soumises les ordures plastiques. Seuls les thermoplastiques, utilisés principalement pour les bouteilles et autres flacons, peuvent être recyclés. Il est possible également de les régénérer sous forme de poudre ou de granulés, utilisés pêle-mêle dans le textile (sous forme de fibres de polyester), dans le bâtiment pour l'isolation de toitures, dans le mobilier urbain...

En 2007, 21% de ces plastiques d'origine ménagère ont été réutilisés, selon le site d'Eco Emballages . A la différence des thermoplastiques, les plastiques dits thermodurcissables, représentés entre autres par les résines, ne peuvent être recyclés. Les seules perspectives résident dans la valorisation, énergétique ou chimique.

Dans le cas de la valorisation énergétique, l'incinération des thermodurcissables, au pouvoir calorifique élevé, fournit de l'énergie. Ce procédé nécessite au préalable la mise en place d’un système efficace de récupération d'énergie et de traitement des fumées toxiques. La valorisation chimique vise à récupérer les constituants de base des plastiques complexes.

Les obstacles au bon traitement des déchets plastiques

Les filières de traitement des déchets plastiques aujourd'hui mises en place se heurtent à plusieurs difficultés. La composition de plus en plus complexe des produits plastiques complique la mise en place de processus standardisés. L'incompatibilité des matières plastiques, qui présentent chacune des caractéristiques physico-chimiques différentes, oblige, avant le traitement, à un tri fastidieux... quand l'identification du composé plastique est possible.

Or les déchets plastiques ménagers sont dans une large proportion des plastiques mélangés. Qui plus est, le tri domestique est loin d'être toujours strictement respecté par le consommateur, par négligence ou par ignorance. La séparation des matières plastiques, après la collecte, allonge le processus de traitement des déchets et en augmente le coût.

Quelques petits rappels concernant le tri des ordures ménagères plastiques... Bouteilles d'eau mais aussi de lait, de soupe ou flacons de sauce tomate ou de mayonnaise, flacons de lessive, d'adoucissant ou de produit vaisselle, bouteilles de shampooing sont à jeter parmi les recyclables. En revanche, pots de yaourt, films alimentaires ou sacs plastiques - où peu de matière peut être récupérée -, sont à jeter parmi les ordures ménagères ordinaires.

Sur le même sujet