L'étrange voyage des anguilles vers la mer des Sargasses

Ces poissons et leur drôle de vie ne cessent de susciter l'étonnement. Peut-être plus pour longtemps, en raison des menaces qui pèsent sur l'espèce.
152

La nature réserve encore des mystères insondables... L'anguille n'échappe pas à la règle. Et nourrit même bien des spéculations. Seul poisson d'eau douce à se reproduire en haute mer, Anguilla anguilla débute sa vie par un long voyage – d’autant plus impressionnant quand on connaît la taille des larves d’anguilles – et en consacre la fin à un aller sans retour. Retour sur ce drôle de phénomène.

Un aller sans retour vers la mer des Sargasses

Colonisant les cours d'eau douce du Nord de l'Europe , Anguilla anguilla présente plusieurs morphologies au long de son existence, qui témoignent du lieu où elle est retrouvée. L'anguille jaune, dite de montaison, est rencontrée dans les rivières et autres milieux d'eau douce. L'anguille argentée, dont la tête s'affine et les yeux grossissent est prête pour affronter la mer...

Car, bizarrerie de la nature, l'anguille a pour lieu de frai (de reproduction) la mer des Sargasses, située dans l'Atlantique Nord, au large des Caraïbes. En plein coeur du mythique Triangle des Bermudes, cette mer particulière, non bordée par un continent, accueille tous les ans les anguilles aux écailles argentées, qui, âgées de 10 à 15 ans et matures sexuellement, viennent y assurer la reproduction de l'espèce.

Rejoindre la mer des Sargasses depuis l'Europe nécessite un voyage de près de 7 000 kilomètres , qui peut durer trois années. L'itinéraire suivi a été - enfin - percé à jour par l'équipe de Robert McKinley et relaté dans un article publié dans Science en Septembre 2009. Empruntant toutes le même trajet indirect, les anguilles tracent d'abord leur route vers le Sud de l'Atlantique, en direction des Açores...pour mieux se laisser porter par les courants marins qui les mèneront au Nord de l'océan.

Quand les jeunes retournent au pays des parents...

Une fois dans la Mer des Sargasses, les anguilles originaires des mêmes régions se reproduisent entre elles pour donner naissance aux larves leptocéphales - étymologiquement tête mince en grec, avant de mourir sur place. Les larves, qui ne mesurent guère plus de 10 millimètres, doivent en revanche regagner leur milieu de vie. Les petits organismes marins n'ont d'autre choix que le grand départ!

Utilisant également les courants marins, notamment le Gulf Stream, les leptocéphales profitent d'être portés par les courants pour, à l'approche des plateaux continentaux, changer de morphologie. Les larves deviennent alevins d'anguilles, ou civelles, d’une taille comprise entre 5 et 8 centimètres. Au fil de ses voyages dans les rivières, la civelle se métamorphose en anguille jaune, puis en anguille argentée...qui effectue alors son ultime voyage.

Aucune théorie scientifique ne peut expliquer pourquoi les anguilles vont si loin pour assurer la continuité de l'espèce. Si il existe une certitude sur les anguilles aujourd'hui, celle-ci est bien sombre. Le poisson serpentin aux moeurs étranges est menacé. Sans être pour autant en voie d'extinction, l'anguille voit sa population dangereusement décroître.

L'anguille, une espèce menacée

La première des menaces pour l'anguille découle de la consommation humaine - l'anguille se déguste par exemple fumée dans les pays scandinaves - et des pratiques aquacoles. (Sur)pêche et braconnage peuvent s'expliquer par le prix élevé de la civelle dont le prix au kilo peut atteindre 600 euros... Sans oublier la chasse aux serpents des rivières, accusés de dévorer les oeufs des saumons.

Ensuite, l'état des cours d’eau aggrave un peu plus les dangers qui pèsent sur le poisson. La pollution des rivières, et leur dégradation d'une manière générale, rendent la vie des anguilles plus précaires. Tout comme les barrages et autres édifices construits tout au long des canaux d'eau douce, qui constituent de nombreux obstacles difficilement franchissables pour les petits alevins.

Autant de raisons qui expliquent la régression des populations d'anguilles, phénomène aggravé par l'apparition dans les années 1980 d'un parasite qui décime l'espèce. L'avenir ne semble guère plus brillant au Nord de l'Atlantique. A ainsi été découvert, dans la mer des Sargasses , une zone de déchets comparable à celle du Pacifique, où détritus en tout genre s'amoncellent à la faveur des courants marins.

Sur le même sujet