Meamedica: les internautes notent et commentent les médicaments

Ce site récent permet aux patients de donner leur avis sur les traitements pharmaceutiques. Nouvel outil dans l'information médicale ou menace?

Produits vendus sur le web, commerces, coiffeurs... Les notations fleurissent sur Internet. Avec ce que cela comporte de polémiques lorsque sont jugés les professeurs comme sur note2be qui "poursuit sa route, malgré tous ceux qui lui veulent du mal" selon la page d'accueil du site. Nombre de forums permettent de commenter les médecins et leur exercice. Aujourd'hui, avec Meamedica , ce sont les médicaments qui se soumettent aux jugements des malades.

Principe et fonctionnement de Meamedica

Sur Meamedica , qui revendique de placer "au premier plan le patient et son expérience avec des médicaments", l'internaute est invité à livrer son avis sur les médicaments et à consulter les opinions d'autres navigateurs. Y sont détaillés l'efficacité du traitement, ses effets secondaires et leur gravité ainsi que la facilité d'emploi du traitement. Les cyberjuges, dont la tranche d'âge ainsi que le sexe sont mentionnés, peuvent également accompagner leur note, échelonnée de 1 à 5, d'un commentaire plus détaillé.

Meamedica se présente comme "un site indépendant", "pas lié à quiconque dans le monde médical ou pharmaceutique". Produit de Insight Pharma Services BV, société néerlandaise dont l'investisseur souhaite rester anonyme, cette plateforme européenne de notations de médicaments n'offre aucune publicité. Un manque à gagner motivé par le souci d'"indépendance" et compensé - en partie - par la vente de plugins et widgets.

Selon Le Figaro daté du 16 décembre 2010, les personnels médicaux "ne s'inquiètent pas outre mesure" de l'ouverture de ce site. Fabienne Bartoli, adjointe au directeur général de l'Agence française de la sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) voit d'ailleurs dans les avis d'utilisateurs, qui peuvent aussi s'exprimer sur le site de l'autorité sanitaire, une "évolution sociétale" normale associée à une moindre passivité dans leur traitement.

Les questions suscitées par les notations de médicaments sur Internet

D'une manière générale, les informations médicales sur Internet sont à utiliser avec parcimonie et nécessitent de prendre du recul sur ce qui peut s’afficher sur l’écran. D'autant plus quand il ne s'agit plus de faits mais d'opinions. D'ailleurs, comme le mentionne discrètement le site "les avis [...] et les effets secondaires dépendent de la personne utilisant le médicament".

Comme l'explique, dans les colonnes du Figaro , Xavier Desmas du Conseil national de l'ordre des pharmaciens, les propos exprimés régulièrement dans son officine témoignent des idées fausses qui circulent parfois sur les traitements. Ainsi "certains pensent que le générique n'a aucun effet, d'autres au contraire qu'il a moins d'effets indésirables".

Une méconnaissance qui peut influencer le ressenti d'un patient quant à un éventuel médicament, et fausser ainsi son jugement. Tout au plus s'agit-il ici d'une mauvaise information du patient. Le pharmacien qui contrôle les témoignages publiés sur Meamedica doit d'ailleurs pouvoir pallier ce type de problèmes. En revanche, difficile d'identifier les commentaires relevant de la malveillance

Les avis sur Internet: qui se cache derrière le pseudonyme?

Les avis anonymes sur Internet, quelque soit le site concerné, soulèvent de nombreuses interrogations, listées par Le Monde du 9 novembre dernier. Comment s'assurer que l'internaute poste son commentaire en toute bonne foi? Selon les chiffres relayés par le quotidien du soir, trois personnes sur quatre ont conscience que tous les avis sur le web ne sont pas bons à prendre. Notamment lorsque les commentaires déposés permettent de gagner une place de cinéma ou des bons d'achats...

Meamedica n'en est pas à rémunérer ses participants. Mais comment s'assurer sur ce site qu'un avis ne cache pas une publicité déguisée ou une campagne calomnieuse initiée par des laboratoires pharmaceutiques concurrents? L'équipe de Meamedica vérifie notamment qu'un internaute n'a commenté un médicament qu'une unique fois. Cela suffit-il à se prémunir contre les mauvaises intentions dissimulées derrière l'anonymat, obligatoire en raison de la confidentialité des données médicales?

L'ère 2.0 permet sur la toile de s'exprimer et de trouver des informations, de qualité variable, sur tout. Une foultitude d'avis, de commentaires mais aussi de faits avérés, qui ne sont pas toujours facilement distinguables les uns des autres. Dans la pratique médicale, les patients sont de plus en plus enclins à se renseigner grâce à la toile. Une raison de se réjouir lorsque cela permet au malade de mieux s'informer. Un travail supplémentaire pour le médecin lorsqu'il doit rectifier les connaissances erronées et calmer les peurs infondées.

Sur le même sujet