Pôle emploi: conditions de travail et recrutement contestés

Recrutement de "viviers" pour des embauches précaires, employés surchargés de dossiers, formation hâtive: des conditions de travail vivement décriées.
90

La crise touche tout le monde. L'Etat, sous le poids de la dette publique, cherche à réduire le nombre de fonctionnaires. Le chômage augmente. A la croisée de ces deux problématiques: Pôle Emploi. L'agence publique pour le travail doit faire face à un afflux massif de demandeurs d'emploi alors que les effectifs sont limités. Un paradoxe dénoncé à maintes reprises.

Pôle emploi: que des avantages?

Selon les estimations de Charlotte (le prénom a été changé), ils étaient peut-être entre 150 et 200 à se présenter, comme elle, en ce premier vendredi d'avril à Lille pour la réunion d'information collective au sujet des postes à pourvoir chez Pôle emploi. Y étaient convoquées toutes les personnes qui avaient posé leur candidature pour travailler à l'agence pour l'emploi.

1559 euros brut mensuels, tickets restaurants d'un peu plus de 8 euros, semaine de 37 heures et demie, réduction du temps de travail (RTT). La réunion débute fort bien. Puis les personnes chargées de la présentation précisent: les congés sont payés en fin de mission. Car Pôle emploi n'a aucun Contrat à durée indéterminée (CDI) à proposer, mais essentiellement des remplacements dont la durée peut varier de 15 jours à un an.

Le recrutement de viviers de collaborateurs

Pour pallier les arrêts-maladie ou les congés maternité, l'agence pour l'emploi constitue tous les 6 à 8 mois de véritables viviers - le terme est utilisé lors de la réunion - de recrues potentielles. Qui, une fois contactées doivent pouvoir prendre le poste rapidement. Pas toujours évident lorsque les personnes sont engagées par exemple pour des missions intérimaires.

Une jeune femme dans l'assemblée se risque à poser la question que tout le monde se pose: "Mais que se passe-t-il si, contactée pour occuper un poste chez Pôle emploi, je ne suis pas disponible?". La réponse est nette: "Une fois cela peut passer. A la suite du second refus, attendez vous à ne plus être rappelée." D'autant que chaque vivier constitué chasse le précédent...

Ces sessions de recrutement chez Pôle emploi font suite aux promesses, en décembre 2009, de Laurent Wauquiez ,alors secrétaire d'Etat à l'emploi. Cela après la création de Pôle emploi, organisme né de la fusion de l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE), chargée du recrutement, et des Assedic, responsables de l'indemnisation des chômeurs. Ce guichet unique pour l'emploi avait alors soulevé bien des interrogations.

Surcharge de travail et formation hâtive

Dès la mise en œuvre de Pôle emploi, les conditions de travail y ont été dénoncées. Surcharge de travail, exaspération des demandeurs d'emploi qui aboutissent parfois à des agressions , verbales comme physiques, ou à du vandalisme. Des difficultés racontées par Marion Bergeron dans un véritable brûlot, 183 jours dans la barbarie ordinaire (Editions Plon, Octobre 2010). La jeune femme a accueilli pendant six mois les personnes se présentant dans une agence Pôle emploi de la banlieue parisienne.

Si le livre a été contesté par plusieurs de ses anciens collègues dans Le Journal du dimanche , notamment en raison des descriptions peu amènes de certains demandeurs d'emploi ou d'employés de Pôle emploi, tous les salariés de l'organisme semblent s'accorder sur un point: la surcharge de travail. Un conseiller peut s'occuper simultanément de plus de 250 dossiers... Une situation d'autant plus compliquée lorsque les postes sont occupés pour une période limitée.

Comment - et pourquoi - former une personne, qu'elle se trouve à l'accueil ou au conseil, qui n'est en poste que pour une quinzaine de jours? Marion Bergeron le déclare dans L'Express : "Il faut de nombreuses compétences pour travailler à Pôle emploi. Cela nécessite une vraie formation si l'on veut apporter une aide efficace". Là réside tout le paradoxe Pôle emploi: une personne en situation précaire en aide une autre à échapper à la précarité du travail.

Sur le même sujet