Régime à base de junk food: 12 kilos en moins pour Mark Haub

Ce professeur américain de nutrition a perdu du poids en ne se nourrissant quasiment que de produits gras et salés, mais en limitant son apport calorique.
26

Le contenu de nos assiettes alimente tous les jours les colonnes des journaux, les chroniques télévisées et les sites Internet... Qu'il s'agisse de fuir la malbouffe ou de trouver le régime miracle, de s'enquérir des différentes substances ingérées quotidiennement, la demande d'informations est aussi vaste que sont nombreux les messages d'avertissement délivrés régulièrement par les autorités sanitaires. Le régime très particulier de Mark Haub va à contre-courant de ce que l'on croyait pourtant acquis...

Le régime du professeur Haub

Le professeur en diététique décide le 25 août 2010 de modifier totalement ses habitudes alimentaires. Jusque là adepte d'une nourriture traditionnelle, constituée essentiellement de viandes, légumes et céréales complètes, il opte alors pour des collations, toutes les trois heures, composées aux deux tiers de snacks en tout genre: chips, barres chocolatées et céréales sucrées.

A côté de ces denrées, grasses et sucrées à souhait, que d’aucuns décriront comme malsaines, l’universitaire du Kansas se nourrit , pour un tiers, de légumes, "pour ne pas donner de mauvais exemples à ses enfants" (selon le Figaro daté du 12 novembre), mais également de vitamines sous forme de gélules et d'une canette de boisson protéinée, pour pallier d'éventuelles carences.

La seule contrainte de cette "diète" réside dans le nombre de calories ingurgitées par jour. Alors qu'il absorbait auparavant l'équivalent de 2 600 calories - part normale pour un homme adulte-, Mark Haub s'est fixé pour limite un apport journalier de 1 800 calories, soit une réduction d'un peu plus de 30%.

Des résultats étonnants...

Contre toute attente, en dix semaines, le professeur Haub a perdu 12 kilos. Son indice de masse corporelle (IMC) s'affichait, avant ce régime à base de "junk food", à 28,8, signalant par là un surpoids. Après deux mois de réduction calorique, son IMC est descendu à 24,5, indicateur d’une corpulence normale.

Encore plus étonnant: malgré les maigres vertus nutritionnelles des produits ingérés au cours de cette drôle de diète, les analyses sanguines de Mark Haub révèlent une baisse de son mauvais cholestérol, alors que le bon a augmenté. Et sa masse graisseuse, auparavant de 33%, est descendue à 25%.

Selon Dawn Jackson Blatner, diététicienne interviewée par CNN , ces résultats sanguins surprenants s'expliqueraient par l'influence que joue le surpoids dans les paramètres biologiques tels que le diabète, la pression artérielle ou l'hypercholestérolémie. Ainsi, lors d'une perte de poids, ces données s'améliorent mécaniquement.

Remise en cause des régimes favorisant les qualités nutritionnelles des aliments?

Presque embarrassé par ces résultats, Mark Haub déclare, selon le journal gratuit Metro , qu'il ne fait "pas la promotion de [son] régime, ni ne le recommande". D'autant plus que personne ne peut prédire les conséquences à long terme d'un tel mode alimentaire pauvre en produits frais. Le prochain pari du professeur Haub? Reprendre du poids en ne se nourrissant que de fruits et légumes...

Par ce régime surprenant, Mark Haub tenait à démontrer l'importance du nombre de calories avalées tous les jours dans la prise ou la perte de poids, indépendamment des valeurs nutritionnelles des aliments. Cette expérience du professeur en diététique met en exergue la dimension plus quantitative que qualitative que doit revêtir le régime…

L'expérience alimentaire du professeur Haub risque de brouiller un peu plus le consommateur, déjà bombardé de messages de toutes parts. Ainsi ne faut-il pas manger trop gras, trop salé, trop sucré. Il arrive régulièrement que certains aliments -oeufs, viande, produits laitiers- soient pointés du doigt. Les régimes amincissants, type Dukan, peuvent s’avérer dangereux, selon un récent rapport de l’agence nationale de sécurité sanitaire . Si maintenant la junk food permet de perdre du poids, difficile pour le consommateur de s'y retrouver...

Sur le même sujet