La grive musicienne : un oiseau du lever et du coucher du soleil

En dépit de la baisse importante des individus de cette espèce, la grive musicienne reste un oiseau commun en Europe que l'on trouve dans les bois et parcs.
304

La grive musicienne est parmi les premiers oiseaux à entonner son chant au lever du jour et aussi l'un des derniers à chanter après le coucher du soleil. La grive est un oiseau au chant fluide qui possède un large répertoire de notes qui donnent des mélodies agréables et qui répète à maintes reprises les mêmes phrases, ce qui explique son nom de grive musicienne. Ce charmant petit oiseau au plumage brun à la robe tachetée est d'ailleurs très difficile à percevoir au cœur de la nature, car ses couleurs lui servent de camouflage pour chercher sa nourriture. Seul son chant permet de la localiser et de la voir. Mais pour espérer voir une grive musicienne, il faut être prêt à se lever aux aurores et à se coucher tard. En avril et en mai, le chant de la grive domine en raison de la période de reproduction où les mâles délimitent leur territoire par leur chant.

Le mode de vie de la grive musicienne

Ces oiseaux vivent par milliers dans les bois ou parcs publics où ils apprécient la présence de baies des buissons, surtout en automne et hiver. Ils peuvent en effet se nourrir de baies rouges et raffolent particulièrement du fruit de l'arum sauvage. Durant la belle saison, la grive apprécie surtout les vers de terre, les insectes et les escargots qu'elle cherche souvent sur le sol des sous-bois, dans les parterres de fleurs ou parmi les fleurs sauvages des prairies. Il est facile de repérer la présence d'une grive dans un jardin par la présence d'un son rythmé qui est celui qu'elle fait en frappant un escargot contre une pierre afin de casser la coquille.

La reproduction de la grive musicienne

Les couples se forment à la fin de l'hiver et pourront élever jusqu'à trois couvées entre mars et juillet. La parade du mâle est plutôt limitée : il s'agit simplement de quelques chants répétés pour attirer la femelle et de quelques courses-poursuites, puis l'accouplement se fait. La cour est peu élaborée comparée à d'autres oiseaux. Une fois que l'accouplement a lieu, la femelle construit son nid avec de la boue, de fines feuilles et de la mousse qu'elle assemble et tasse afin d'obtenir une forme de nid creux et rond. Elle pond ensuite de quatre à six œufs qui ont une teinte bleutée avec des tâches noires. La couvaison dure deux semaines et les petits sont nourris par les deux parents sans relâche.

Contrairement aux autres oisillons, la survie des petites grives est plus compromise et seulement la moitié passe le cap des « un an ». Cela s'explique par une carence en escargots et en limace à la fin de l'été à cause de l'utilisation massive de pesticides par les agriculteurs. Les jeunes oiseaux manquent alors de nourriture et ne survivent pas.

La grive musicienne et l'homme

Malheureusement, la grive musicienne fait partie de cette catégorie d'oiseaux appréciés dans les assiettes. Elle est chassée en automne dans certains pays et c'est ainsi que dans la ville toscane de Montalcino, le Festival de la Grive marque la fin de la chasse de cet oiseau. On y sert durant cette manifestation musicale des spécialités dont la grive fait partie. L'homme n'est pas le seul ennemi de la grive: il ne faut pas oublier les chats, les rapaces, les renards, les pies qui volent les œufs, et les merles qui volent la nourriture des grives.

En raison de l'agriculture industrielle et de l'urbanisation, et de la disparition de milliers de kilomètres de haies, le nombre d'individus de cette espèce a beaucoup baissé. Les grives sont privées de leur nourriture, les larves et les graines précieuses qui leur permettent de passer paisiblement l'hiver. Elles se réfugient par conséquent dans les parcs et jardins qui contiennent des arbustes porteurs de baies.

CONT12

Sur le même sujet