Le transport des animaux destinés à l'abattoir

Les conditions de transport des animaux de consommation sont une souffrance de chaque instant qui peut durer plusieurs jours avant l'arrivée à l'abattoir.
40

Chaque année, plus de 360 millions d'animaux traversent les routes de l'Union Européenne dans des conditions intolérables. Les bêtes souffrent de faim, de soif, du froid ou de la chaleur, elles subissent un stress important sans compter les douleurs qu'elles éprouvent en raison de leurs conditions de transport où elles n'ont même pas la place de bouger. Les animaux sont en effet entassés pour remplir à son maximum le camion. Une fois arrivées à destination, ces pauvres bêtes doivent encore supporter une fin tragique avec leur abattage qui, dans la majorité des cas, est une nouvelle torture pour elles.

Les conditions de transport des bêtes de consommation

Ces animaux voyagent tout au long de l'année sur les routes européennes dans les pires conditions. En dépit de la réglementation en vigueur , leur bien-être n'est pas pris en compte. C'est ainsi qu'ils sont entassés bien au-delà du seuil autorisé. La conséquence en est, lors de fortes chaleurs, un taux de mortalité accru. Les animaux concernés sont surtout les porcs qui ne transpirent pas et prennent rapidement un coup de chaleur. A cela il faut ajouter les nombreuses blessures liées au transport, les piétinements et l'impossibilité de se relever. Durant leur transport, les animaux n'ont même pas de quoi se nourrir et s'hydrater. Ils restent confinés dans un espace clos durant des heures, voire plusieurs jours consécutifs sans avoir la possibilité de se dégourdir. L'arrivée ne signifie pas pour eux la fin d'un long calvaire, bien au contraire: ils sont déchargés sans ménagement à l'aide d'aiguillons électriques ou sont sortis du camion à coups de bâtons, comme le souligne la protection mondiales des animaux de la ferme (PMAF).

Le transport des animaux: un calvaire de leur naissance à leur mort

Les animaux ne se contentent pas de faire un unique transport vers l'abattoir durant leur courte vie, ils sont condamnés à voyager plusieurs fois dans ces camions de transport. Il est fréquent de leur faire traverser tout un pays pour en rejoindre un autre afin d'être engraissés avant d'être abattus. En outre, le rendement de certains abattoirs doit être assuré et ces derniers n'hésitent pas à faire venir de très loin des bêtes de consommation pour garantir leurs gains. Les animaux sont considérés comme des produits de consommation sans âme, et non pas comme des êtres vivants. La PMAF dénonce le sort de ces animaux qui subissent la manipulation des hommes ne pensant qu'à faire des profits au détriment du bien-être animal.

La réglementation sur le transport des animaux

La PMAF, ainsi que de nombreuses organisations de défense des animaux demandent à ce que le temps de transport des animaux soit réduit à 8 heures. Les veaux peuvent actuellement être transportés durant 19 heures avec une heure de repos obligatoire au bout de 9 heures. Dans la réalité, cette condition est souvent ignorée. Les moutons et les bovins peuvent voyager durant 29 heures avec une heure de repos au bout de seulement 19 heures tandis que les porcs doivent attendre 24 heures avant de bénéficier de ce temps de repos. Les associations dénoncent la non-limitation du nombre d'heures de transport, car les animaux peuvent au final être à nouveau transportés au bout de 24 heures de repos. Malheureusement, les transporteurs ne tiennent pas toujours compte de la réglementation en vigueur et même si ces mesures sont respectées, il n'en demeure pas moins que les conditions de transport pour les animaux de consommation sont éprouvantes.

Sur le même sujet