Les différentes phases de sommeil des animaux en période froide

Quand l'automne arrive et que les températures deviennent fraîches, le métabolisme de certains animaux se ralentit pour se mettre au repos.
12

À l'approche de l"hiver, certains animaux se préparent à affronter le froid en faisant des provisions qu'ils stockeront à proximité de leur terrier ou dans le creux d'un arbre, et en se gavant pour se faire des réserves corporelles. C'est ainsi que des mammifères tels que la marmotte, le blaireau ou le muscardin vont s'enrouler dans leur tanière, et que d'autres comme le hérisson , l'écureuil ou le loir vont trouver refuge au pied ou dans le trou d'un arbre et passer une longue période au chaud dans un sommeil profond. Ce phénomène, on le rencontre également chez la grenouille qui va se blottir sous un amoncellement de feuilles mortes ou encore chez l'escargot qui se cale au fond de sa coquille en fermant son entrée d'un couvercle calcaire. Tous ces animaux s'apprêtent à passer un long hiver vigoureux au repos. Mais tous ne plongeront pas dans un sommeil profond. On distingue en effet, selon les espèces, différentes phases de sommeil. Il y a ceux qui hibernent et ceux qui hivernent.

Les hibernants saisonniers

Parmi les hibernants, on distingue les hibernants saisonniers qui, à l'approche de la saison froide, s'engraissent pour passer l'hiver à l'abri dans leur terrier. À ce moment, leurs fonctions vitales se mettent au ralenti et ils s'endorment pour de longs mois. On qualifie cette hibernation de saisonnière, car elle commence dès le mois d'octobre pour se terminer fin mars avec le retour des beaux jours. Le reste de l'année, quelques soient les températures extérieures, ces animaux n'hibernent pas.

Les hibernants opportunistes

Il existe une autre catégorie d'hibernants, qui sont les hibernants opportunistes. On les qualifie ainsi, car ils se mettent à hiberner dès que la température chute à moins de 6 degrés durant deux jours consécutifs et plongent dans un sommeil profond jusqu'à ce que les températures redeviennent normales. Ce phénomène peut se produire à n'importe quel moment de l'année contrairement aux hibernants saisonniers. Dans cette catégorie, on trouve le lérot.

Le repos hivernal

Il s'agit des animaux comme le blaireau ou l'ours qui n'hibernent pas vraiment comme la marmotte. Ces derniers ne présentent pas les signes caractéristiques d'une hibernation quand ils vont se retirer au fond de leur tanière, et la température de leur corps ne baisse que de quelques degrés. Ils se réveillent fréquemment pour se sustenter. On peut d'ailleurs noter que c'est durant cette période que les ours mettent bas. Contrairement au véritable hibernant, les activités physiologiques de l'ours ou du blaireau sont en partie conservées.

La torpeur

La période de torpeur est en général courte, elle va de quelques heures à quelques semaines, lorsque la nourriture et l'eau viennent à manquer ou lorsque les températures sont trop fraîches. Cet état permet aux animaux d'économiser leur énergie durant des périodes où ils doivent en dépenser énormément pour s'alimenter. C'est ainsi qu'en Australie, les dasyures et des marsupiaux entrent dans un état de torpeur quand ils manquent d'eau.

L'estivation

Elle se produit dans les régions désertiques où il fait très chaud et où l'humidité manque. L'estivation a un mécanisme semblable à celle de l'hibernation et elle peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois. Les échidnés australiens peuvent ainsi rester plusieurs mois en estivation. On aurait aussi vu des protoptères de laboratoire vivre quatre ans en état d'estivation !

Sur le même sujet