Les réseaux souterrains des animaux : terriers et galeries

Bon nombre d'animaux creusent des terriers ou des galeries afin de préserver leurs réserves de nourriture, se cacher des prédateurs ou être en sécurité.
1.2K

Les galeries souterraines de nos amis les animaux ont de quoi surprendre lorsque l'on constate qu'il s'agit de structures complexes très élaborées, pouvant faire plusieurs kilomètres de long selon les mammifères. On peut d'ailleurs remarquer que les galeries les plus importantes sont celles d'animaux de très petite taille tels que les rongeurs. C'est ainsi que des scientifiques ont pu découvrir un réseau de galeries de 80 kilomètres de long construit par une colonie de gerbilles de Mongolie. Comment ces mammifères s'organisent-ils pour créer leur réseau souterrain ?

Les galeries de la taupe

La taupe fait partie de cette catégorie d'animaux considérés comme nuisibles par les jardiniers en raison des nombreux monticules de terre qu'elle laisse dans les jardins et sur les pelouses. Ce petit animal est en réalité doté d'un corps cylindrique et de mains tournées vers l'extérieur qui lui permettent de creuses des galeries. Ses mains peuvent piocher dans la terre avec vigueur. Elles ressemblent en effet à une pelle qui se termine par cinq doigts munis de puissantes griffes réunies par une membrane. Grâce à ses pattes postérieures, la taupe repousse le surplus de terre vers l'arrière.

Les galeries que la taupe creuse en surface lui servent de terrain de chasse pour capturer les insectes, et elle aménage des chambres secondaires plus profondes qui lui servent de réserve de nourriture. En outre, elle installe son nid au croisement de plusieurs tunnels qu'elle tapisse de feuilles séchées. Le réseau souterrain de la taupe peut atteindre entre 100 à 200 mètres de long et peut être réutilisé par plusieurs générations de taupes.

Les réseaux de galeries de la marmotte

Bien que la marmotte aime vivre en altitude, elle se terre souvent sous le sol pour échapper à ses prédateurs. Elle choisit en général un sol à proximité d'une zone de verdure abondante qui offre une vue dégagée afin de surveiller ses prédateurs. Elle choisit aussi le versant sud des montagnes pour avoir plus chaud.

Les marmottes étendent leur réseau de galeries sur une dizaine de mètres et conçoivent à l'intérieur une chambre de trois mètres de profondeur tapissée d'herbes séchées qui peut accueillir toute une famille. Chaque membre surveille à tout de rôle l'entrée de la galerie et émet un sifflement perçant en cas de danger.

Les galeries du campagnol

Le campagnol construit un réseau de galeries doté de plusieurs étages et ayant un diamètre de dix centimètres et une quinzaine de centimètres de profondeur. L'accès aux galeries du campagnol est oblique et la terre qu'il rejette ne forme pas de monticule comme chez la taupe, car le campagnol la disperse à l'entrée des trous. Quand il doit faire face à la neige, il creuse un tunnel dans la croûte glacée pour pouvoir se protéger de ses ennemis.

Les terriers du lapin de Garenne

Le lapin de Garenne fait partie de ces mammifères qui sont capables de creuser beaucoup de terriers sur des sols secs, recouverts de sable ou dans les talus. Son terrier fait de un à deux mètres de long et se termine par un nid tapissé d'herbes sèches et de poils avec un accès fermé. Le réseau se situe à 30 ou 40 centimètres de profondeur et on l'appelle « Garenne » d'où son nom de lapin de Garenne. On reconnaît le terrier de cet animal par les coulées visibles recouvertes d'excréments.

Le terrier du blaireau

Le terrier de ce mammifère se trouve en général à proximité d'arbres ou de buissons à baies et de petits sentiers que le blaireau utilise la nuit pour aller à la recherche de sa nourriture. Son terrier est constitué de plusieurs étages dont la profondeur peut atteindre quatre mètres. Le blaireau aménage en son centre une caverne tapissée de foin tressé. C'est ici que la femelle met bas et nourrit ses petits. Le terrier du blaireau est réutilisé par plusieurs générations sur des dizaines d'années.

Le terrier du renard

Le renard creuse l'ouverture de son terrier sous un rocher ou une souche. La femelle va y habiter régulièrement pour s'occuper de ses petits tandis que le mâle l'occupe de façon épisodique. Le renard bâtit son terrier sur un terrain sec à trois ou quatre mètres de profondeur, c'est ce qui le différencie de celui du blaireau. Son terrier se divise en trois parties :

  • L'antichambre
  • La fosse où le renard stocke ses provisions
  • L'accul qui est son « lieu de résidence ». C'est d'ailleurs dans cette zone que la femelle met bas.

Sur le même sujet