Nouvelle évolution dans la communication par la parole

Le détournement du sens des mots par l'information conduit à oublier la richesse d'une langue, on en vient à en créer des nouveaux sans raison
20

"La parole a été donnée à l’homme pour cacher sa pensée" - Stendhal.

Rappel de quelques définitions essentielles

Parole: langage articulé symbolique de l’homme destiné à communiquer sa pensée

Mot(s): sons, d'une ou de plusieurs syllabes qui expriment une idée susceptible d'être enregistrée par écrit.

Etre: Avoir une réalité, on est ou on n’est pas, quelqu’un ou quelque part.

Les "nouveautés" et inventions

Nominé : Une manière étonnante de remplacer les nombreux termes appropriés existants.

«Je te l'avais bien dit que tu serais nominée», en fait elle est tout simplement désignée comme candidate.

Rétroacte: belgicisme (passé d’une affaire) : étrange formulation pour remplacer historique ou chronologie.

Nobélisé: qui a reçu le prix Nobel, "Ce savant fait maintenant partie des français nobelisés".

Les mots utilisés à tort, envers et contre tout

Par la difficulté de leur trouver une étymologie précise certains sont entrés dans l’usage courants (avec un sens souvent figuré), pour d’autres on se demande pourquoi avoir cherché midi à quatorze heures.

Binôme: somme algébrique de deux monômes, souvent utilisé pour désigner un ensemble de deux éléments, ou deux partenaires, qui participent à une action, avec d’autres binômes, et parfois avec des monômes.

On entend également : "Pour cet exercice les élèves travaillent en binômes", il serait tout aussi simple de dire qu’ils travaillent par équipes de deux, pour quatre élèves on en viendra peut-être à utiliser quadrinôme, (expression algébrique composée de quatre éléments).

Anatomie: du grec anatomê (dissection), étude scientifique d’une structure organique.

Utilisé, et accepté, dans le sens de plastique humaine (morphologie), le terme désigne aussi, par extension, les attributs sexuels.

"Elle avait une belle anatomie", un bonheur pour les futurs toubibs en salle de dissection.

Impossible de ne pas citer Frédéric Dard :

"Alors je sens une cohorte de fourmis envahir mon calbar et remonter le long de mon anatomie".

Application: action d’appliquer son esprit dont l’informatique a fait une fonction pour parler d’un logiciel, un outil de l’ordinateur, le terme "programme informatique" est plus approprié.

Dans le passé l’application était le point fort des bons élèves.

Astronomique: de l’étude des corps célestes, la référence pour figurer un nombre suivi d’une multitude de zéros.

Le déficit budgétaire astronomique d’un pays qui fait passer la distance de la terre au soleil convertie en € pour une broutille, malgré ses 149 597 870 Km.

Basique: de base en mathématiques (les opérations en arithmétique), un adjectif qui devient nom quand on parle d’un élément indispensable à un tout.

"Le plumier, la base du cartable de l’écolier".

Caracoler: "le" cliché pour dire qu’un politicien "galope" en tête des sondages, belle promotion pour un mot qui vient d’un mot espagnol signifiant escargot.

Collatéral: très à la mode en politique et diplomatie pour parler de dommages secondaires, et inévitables, d’opérations militaires.

Les 25% d’espagnols au chômage sont un dommage secondaire des restrictions budgétaires inévitables.

Pas mal non plus pour un terme d’ architecture qui désigne un bas-coté.

Exhorter: inviter ou encourager à faire, une forme de recommandation, souvent considéré, a tort, comme une manière d’imposer quelque chose.

Harcèlement: tourmenter et poursuivre, du vieux français "harce" (baguette) utilisé pour parler d’un abus d’autorité conféré par une fonction.

Inoxydable: l’inoxydable "Untel" : pour parler du maire du Creuset-sur-Lampion en fonction depuis 20 ans, il est indéracinable, une force de la nature comme le chêne.

Politique: de "politikos", qui concerne le citoyen, en études de marché (sorry, je voulais dire marketing) le mot hésite entre activité et stratégie.

Lorsqu’on entend les clichés, "c’est un politique (prêt à tout)", "un langage politiquement correct", "une politique politicienne", on comprend Paul Valéry qui disait: "la politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde".

L' homo "mediaticus" fait preuve d’une imagination fertile, bien que n’existant pas contrairement à "l’homo sovieticus" qui est une invention du régime du même nom, du moins on le suppose.

L’originalité et la poésie cohabitent, heureusement, avec les précédentes erreurs, remercions les journalistes qui parlent encore, "de la grande bleu", de l’île de beauté", de la cité phocéenne", "des soldats du feu", un peu de soleil dans l’eau froide.

Sur TF1 un grand coup de chapeau à Monsieur Reichman qui accueille une candidate, arrivant de Quimper, par "la bretagne est dans la place", avant de la féliciter par "excellente réponse", c’est bien plus motivant que bêtement "bonne".

On vous adore Jean-Luc quand vous annoncez la pause publicitaire par, "nous nous retrouverons dans quelques instants, après quelques messages alimentaires", vous au moins, vous faites dans l’inattendu et l’original sans faire appel à des inventions.

Les mots de la langue de Shakespeare

Il existe quantité de mots, bien de chez-nous, pour remplacer: addict, fun, hit-parade, goal average, networking, cloud storage, et autres managers.

L’habitude (notre seconde nature) a fait que le rêve de Charles de Gaulle, qui voulait les remplacer par leur équivalent français, a toujours peu de chances de se réaliser un jour. La docte académie française propose mentor en lieu et place de "coach", d’accord bien qu’on voit mal "un coach en zen attitude" modifier ses cartes de visite pour devenir conseiller en …, et a fortiori "mentor en méditation".

Le parler "creux" sans peine

En 1994 le "Journal de l’ingénieur" à publié, sous le titre "Enrichissez votre phraséologie" un tableau de cinq colonnes contenant des mots que l’on combine à l’infini, pour créer une phrase à placer dans un exposé, pour boucher un temps mort. Personne, y compris son auteur, ne sait ce qu’elle signifie mais aucun participant n’osera demander une explication.

Exemple :

"L’expérimentation clarifié les blocages caractéristiques de la problématique".

"Défiez-vous des mots sonores, rien n'est plus sonore que ce qui est creux" - Alphonse Karr.

A lire aussi :

http://suite101.fr/article/le-bon-usage-de-la-langue-franaise-a9315

http://golfes-dombre.nuxit.net/mots-rares/a.html

http://www.anagnosis.org/phil/

Mots et expressions utilisés par les médias

http://www.anagnosis.org/phil/lexique

Ressources linguistiques informatisées et d’outils de traitement de la langue.

http://cnrtl.fr/

Référence :

Dictionnaire des mots savants employés à tort et à travers. Tristan Savin - Express Roularta, 2011.

Sur le même sujet