user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Sciences & Technologies de Daniel Lesueur

26 janvier 2013: mort de Stéphane Kudelski, inventeur du Nagra

Ce Suisse d'origine polonaise a, par son invention du magnétophone portatif, révolutionné le monde de la radio. Il est mort à l'âge de 84 ans

En 1950,le Suisse d'origine polonaiseStéphane Kudelski construit les premiers Nagra ("J'enregistre", en polonais), magnétophones portatifs d’une qualité extrême. Il avait fabriqué le premier à Lausanne, dans sa chambre d'étudiant. Les professionnels de la radio étaient jusqu’alors accoutumés à réaliser leurs reportages en extérieur sur du matériel lourd, encombrant et fragile ; le Nagra, avec ses huit kilos, permet d'enregistrer, même en courant, jusqu'à quinze minutes. Surnommé le "leica" du reporter radio, le Nagra restera laréférence en matière de magnétophone jusqu’à l’apparition de l’enregistreur numérique. Extrêmement coûteux (environ 5 000 F dans les années soixante), il ne s'adresse qu'aux professionnels (en 1962, Europe n°1 en possédait quarante).

Un objet (déjà) du passé: le magnétophone

Aujourd'hui détenu par des collectionneurs, des nostalgiques et de rares professionnels, le magnétophone transforma le monde du disque et de la radio. Grâce à lui, progressivement, l'enregistrement ne se fera plus sous forme de gravure directe (c'est-à-dire directement du micro à la matrice).

Un avantage inestimable de la bande magnétique est d’être effaçable par un courant alternatif de haute fréquence (propriété découverte en 1918 par Leonard F. Fuller) et réenregistrable à l’infini (enfin, presque! Il ne faut pas négliger le facteur d’usure).De nombreux inventeurs avaient accéléré le processus (lire l'article précédent en cliquant ici).

1931...

La firme AEG produit une machine baptisée Ferroton à laquelle la société BASF fournit la première bande magnétique commerciale nommée “bande type C”. Présentée cinq ans plus tard (en 1936) aux U.S.A., dans un premier temps, cette nouveauté révolutionnaire ne recueillera pas le moindre intérêt, peut-être tout simplement en raison de son aspect encombrant. Citons, par exemple, le magnétophone de Lorenz dont les dimensions sont malheureusement peu commodes pour que son emploi puisse se généraliser: utilisant un ruban métallique de 3 millimètres de largeur, l’engin permet une durée d’enregistrement de 30 minutes sur une longueur totale de 2 800 mètres avec une vitesse de défilement de 1,5m/seconde... mais la bobine pèse près de 15 kilos, et la machine dix fois plus. Bref, l'Américain boude le magnétophone.

1935…

L'Allemagne, en revanche, se montre enthousiasmée par l'engin, présenté à la “Berlin radio fair”, et, à priori, destiné à l’enregistrement de concerts (Le premier enregistrement sur bande magnétique de musique symphonique recensé date de 1936). Mais, rapidement, les chercheurs allemands améliorent l’engin afin de lui trouver des utilisations militaires.

1945…

Lorsque la guerre s’achève, les troupes alliées investissant l’Allemagne ont l’impression de "découvrir" le magnétophone, couramment utilisé par l'état-major nazi. Or, après avoir expédié cette "étonnante machine" aux Etats-Unis, les Américains réalisent finalement qu’ils s’agissait de la même que celle qu’ils avaient boudée neuf ans auparavant! Inutile de dire que, par la suite, les Américains ne se sont pas fait prier pour utiliser un procédé aussi pratique; durant les années 50 et 60, l’Américain moyen en était friand, tout autant dans sa voiture où il installait un lecteur de cartouches, qu’à domicile où, autant que sur disque, il pouvait retrouver ses artistes préférés sur bande (reel to reel, ce qui signifie littéralement “de bobine à bobine”).

fin des années 40...

Si l’usage du magnétophone est inappréciable dans le monde du disque, il en va pareillement pour celui de la radio: sans lui, le montage prenait des allures de tour de force! Avec une paire de ciseaux, du ruban adhésif et une bande magnétique, on peut désormais tout se permettre. C’est fascinant... et dangereux: le discours d’un homme politique peut être monté différemment pour lui faire dire son contraire sans que l’auditeur, à priori, ne se rende compte de rien. A tel point qu’un enregistrement n’a pas de valeur juridique.

1950...

Du nouveau pour les professionnels de la radio, jusqu’alors accoutumés à réaliser leurs reportages en extérieur sur du matériel lourd, encombrant et fragile: Stéphane Kudelski construit les premiers Nagra, magnétophones portatifs d’une qualité extrême, à tel point qu’ils deviennent le fidèle compagnon des techniciens qui accompagnaient les reporters de Radio-France.Le Nagra était encore laréférence en matière de magnétophone à bande, notamment pour le cinéma (Nagra 4 stéréo) jusqu’à l’apparition de l’enregistrement numérique.

1951...

Après la bande magnétique, voici la bande thermoplastique. Elle permet la mise au point du dictaphone et d’une machine encore plus performante nommée le Tefi; cet engin utilise un ruban de 45m de long et de 16 mm de large; curieusement, le sillon est gravé et lu par un saphir, comme s’il s’agissait d’un disque.

Le magnétophone courant, à la disposition de l’amateur, possède généralement deux vitesses de défilement (9,5cm/seconde et 19cm/s), parfois une troisième (4,75cm/s), dont la musicalité laisse à désirer, et qui reste, généralement, confinée à l'enregistrement de la parole. La qualité d’enregistrement et de reproduction, en effet, augmente avec la vitesse. C’est pourquoi les professionnels utilisent, eux, la vitesse 38cm/s (la minicassette, quant à elle, ne tourne qu’à 4,75cm/s). Pour en savoir plus, cliquer ici.

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!