user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Culture de Daniel Lesueur

Concerts de légende: les Rolling Stones en Australie,février 1966

Le groupe avait mauvaise presse. C'est par miracle qu'on a retrouvé un enregistrement diffusé à l'époque par une radio FM autralienne et conservé par un fan

Fin janvier 1966, les Rolling Stones abandonnèrent provisoirement leur pays natal, l’Angleterre, et s’envolèrent pour l’Australie, pays qu'ils avaient visité un an auparavant. Des extraits de leurs spectacles furent diffusés à la radio australienne courant 1966. On vient de retrouver ces enregistrements et l'on peut les écouter en cliquant ICI.

Leur réputation les y précédait

Brian Jones, guitariste fondateur du groupe, était de plus en plus énervé par l’image colportée : les Rolling Stones étaient une bande de dégénérés. Certes il avait totale conscience de ce que cette image avait pu leur apporter en termes de ventes de disques et de places de concert, et n’avait pas l’intention de s’en plaindre en « crachant dans la soupe », mais il ne pouvait s’empêcher de trouver que, vraiment, c’était allé trop loin. Selon lui, les Stones prenaient le risque de devenir des caricatures d’eux-mêmes. Brian, qui devait vivre avec l’étiquette Stone sur le dos, « sale, vaurien, dégénéré », était persuadé qu’il n’aurait jamais fallu aller aussi loin.

Il s’était souvent étripé à ce sujet avec son manager Andrew Oldham

Au moment où leur avion aller se poser aux antipodes, très précisément lorsque le train d’atterrissage touchait la piste de l’aéroport de Sydney, il se sentit prêt à aborder la question face aux médias australiens. Il allait tenter de déboulonner la machine infernale lancée par Oldham qui avait déclaré, avant que les Stones quittent l’Angleterre, que, grâce à eux, « les mômes, qui étaient de leur côté, allaient s’aliéner leurs parents ». Devant la forêt de micros qui se tendaient vers lui, Brian, qui n’avait pas l’intention de mâcher ses mots, déclara :

- Je trouve qu’il est tout à fait négatif, et dans n’importe quel pays, de vouloir opposer une génération à une autre, de créer un antagonisme entre différentes parties du public. C’est, je le répète, négatif… et stupide.

Andrew n’apprécia sans doute pas

Mais il n’était pas à court d’idées pour déclencher des ondes négatives et hostiles. Devant des centaines de fans qui faisaient le pied de grue, il annonça que les Stones ne donneraient pas d’autographes. Estomaqué et consterné, Brian alla s’installer sous un porche et, durant une heure, signa des photos et des bouts de papier jusqu’à en avoir mal à la main. Pour lui, les fans étaient ce qu’il y a de plus important. Jamais il ne perdit de vue que c’était eux qui achetaient leurs disques ; sans eux, le groupe était perdu.

En attendant, à Sydney...

Un bon tiers des 10 000 fans qui les attendaient avait pris l’aéroport d’assaut, faisant voler les chaînes qui en interdisaient l’accès. Les barrières douanières n’étaient plus qu’un vague souvenir. Sur les vingt filles blessées dans l’émeute, six le furent gravement. La presse en fit ses choux gras. Et lorsque ce n’était pas suffisamment sordide, elle brodait, inventait.

Friands du moindre scandale concernant les artistes pop, les journalistes excitaient leurs lecteurs, impatients d’assister à leur première venue, publiant des titres du genre de « Rolling Stones : adorés par les mômes, détestés par les parents ». Les journalistes, qui n’en attendaient pas tant, furent tout heureux de pouvoir rendre compte d’une altercation, à Sydney, entre Oldham, Mick, Keith, Brian et des jeunes Australiens qui faisaient de la navigation de plaisance.

Les deux concerts dont on a pu retrouver des traces (18 février à Sydney et 24 février à St Kilda) témoignent de la nervosité du public et des artistes.

Les titres interprétés sont :

Mercy Mercy / She Said Yeah / Play With Fire / Not Fade Away / The Spider And The Fly / That's How Strong My Love Is / Get Off Of My Cloud / 19th Nervous Breakdown / Satisfaction. La qualité sonore est malheureusement très mauvaise ; certes ces extraits des deux concerts ont été diffusés en FM par la station australienne 2UW mais le collectionneur qui a enregistré à l'époque n'avait certainement à sa disposition que du matériel bas de gamme (en 1966, c'était quasiment le début des mini K7. A suivre en cliquant ICI).

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!