user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Culture de Daniel Lesueur

Décès de Tony Sheridan, ex-compagnon de route des Beatles

il est mort en Allemagne, à Hambourg, le 16 février à l'âge de 72 ans. Le chanteur guitariste n'avait jamais vraiment connu le succès

Personne ou presque ne le connaît... sinon à travers des rééditions du tout début des années 60. Pourtant Tony Sheridan eut l'honneur, sans le savoir, d'être accompagné par ceux qui allaient devenir les plus grandes stars du vingtième siècle.

Les séances de Hambourg, juin 1961

Le second séjour des Beatles en Allemagne (du 27 mars au 2 juillet 1961) est riche en évènements. Au mois de mai, le chef d'orchestre et directeur artistique allemand Bert Kaemfert prend en main la carrière d'un jeune chanteur anglais que se produit à Hambourg : Tony Sheridan. Au hasard des clubs et des soirées, il avait étéaccompagné par de nombreusesformations, dont es Beatles.

Ce sont eux que Tony choisit pour l'accompagner

Un contrat entre Bert Kaemfert et le groupe " Beatles " (constitué des quatre : John, Paul, George, Pete) est signé le 12 mai 1961. Sutcliffe assistera aux sessions à titre purement amical. Il est amusant de constater que, durant la période où il fréquentait les Beatles, Bert Kaemfert mit sur le marché un instrumental intitulé "Free as a bird". Le même titre sera utilisé 35 ans plus tard pour "Anthology volume 1"...mais, bien entendu, ce n'est qu'une coïncidence, la composition de Lennon n'avait aucun rapport.

Les séances d'enregistrement ont lieu en deux temps

1ère session : My Bonnie / Why / When the saints / Cry for a shadow

2ème session : Ain't she sweet / If you love me baby / Sweet Georgia Brown/ Nobody's child

Il en sortira plusieurs disques vinyl

- le 45 Tours My Bonnie / The Saints (Polydor 24 673, puis 52 273) Allemagne, août 1961

- le 45 T My Bonnie / The Saints (Polydor NH 66 833) pressage britannique ; label orange publié le 5 janvier 1962 puis réédité sur label rouge, même référence

- le 45 Tours My Bonnie / The Saints (Polydor DP-1254) pressage japonais publié le 1er mai 1962 ; label orange.

- le super 45 tours EP My Bonnie (My Bonnie / Why / Cry for a shadow / When the Saints ; mono, Polydor NH 21-610) parution GB, 12 juillet 1963. Ce n'est certainement pas par hasard que Polydor décida de mettre en vente son EP le même jour que celui de Parlophone "Twist and Shout". On imagine aisément la confusion d'un client rentrant dans un magasin de disque pour demander le premier EP des Beatles, et qui, effectivement, peut se faire servir indifféremment l'un ou l'autre !

-45 T Sweet Georgia Brown / Nobody's child (Polydor NH 52 906) GB, janvier 1964

- 45 T Why / Cry for a shadow (Polydor NH 52 275) GB, février 1964

-45 T Ain't she sweet / If you love me baby (Polydor NH 52 317) GB, mai 1964

- EP When the Saints / Cry for a shadow / My Bonnie / Why (Polydor 21 914) Première publication française en septembre 1962 ; trois éditions différentes, avec à chaque fois une nouvelle pochette.

- EP Ain't she sweet / If you love me baby / Sweet Georgia Brown / Nobody's child (Polydor 21 965) France

- l'album 33 T My Bonnie (paru en Allemagne en 1962, Polydor 46 612 mono, Polydor 237 112 stéréo). Les Beatles sont présents sur 3 titres : My Bonnie, When the Saints et Sweet Georgia Brown. Les autres titres sont Skinnie Minnie, Whole lotta' shakin' goin' on, I know baby,You are my sunshine, Ready Teddy, Hallelujah I love her so, Let's twist again, Swanee river et Top ten twist.

- l'album 33 T Beatles First (Triumph 240 011)

- l'album 25cm Les Beatles (Polydor 45 900) France, janvier 1964

- l'album 33 T Moto Party (Polydor 46 907 ; compilation avec les Beatles, Tony Sheridan, les Shakers, les Players, Jacques Denjean)

Les séances d'enregistrement de Hambourg commencèrent le 22 juin dans un préau scolaire, le Friedrich Ebert Halle.

Une semaine plus tard, tout le monde se retrouvait pour une seconde session

A chaque fois, quatre titres étaient enregistrés. Six le furent avec Tony Sheridan ("My Bonnie", "Sweet Georgia Brown", "When the Saints", "Nobody's child", "Why", "Take some out insurance on me, baby" que l'on trouve aussi sous le titre "If you love me baby") et deux par les Beatles seuls : "Ain't she sweet" et un instrumental signé Lennon-Harrison, "Cry for a shadow", parodie (le titre est déjà explicite) du style des Shadows, que les Beatles n'aimaient pas particulièrement, mais dont il faut reconnaître qu'ils tenaient, à l'époque, le haut du pavé ; il n'est pas impossible, alors, que l'on puisse déceler dans "Cry for a shadow" une tentative opportuniste de percer le hit-parade. Ce furent néanmoins "My Bonnie" et "When the saints" (ce dernier voit son titre raccourci en "The Saints") qui furent pressentis pour une éventuelle publication en 45 tours.

C'est en Allemagne que le disque voit le jour pour la première fois, au mois d'août 1961

L'évènement eut un retentissement historique. La revue locale de Liverpool Mersey Beat consacra sa Une à la sortie, en Allemagne, d'un disque de jeunes natifs de la ville...Ce qui eut pour conséquence de conduire de nombreux teenagers, à la recherche du disque mythique, dans le magasin d'un certain...Brian Epstein. Ce dernier, intrigué, souhaita savoir à quoi correspondait ce "phénomène". La suite, tout le monde la connaît : Epstein "craque" pour le groupe et surtout sur John Lennon (Epstein est homosexuel), les prend en main, et les conduit à la gloire.

Mais dans l'immédiat, sa mission est beaucoup plus modeste : responsable d'une chaîne de magasins de disques, il doit satisfaire la demande, et donc importer ce single allemand, puis le disque ne sortira en pressage britannique que le 5 janvier 1962. Pendant quatre longs mois (entre-temps, Epstein était devenu le manager du groupe), c'est donc l'exemplaire allemand qui circule à Liverpool. Il serait intéressant de connaître le nombre de disques importés en Grande-Bretagne durant ce laps de temps, afin de savoir si les ventes britanniques purent avoir une incidence sur le succès recueilli en Allemagne : "My Bonnie" eut le privilège de faire partie des cinq meilleures ventes du hit-parade avec un total cumulé de 100 000 exemplaires. Le titre n'eut pas autant d'impact sur le public britannique, ne montant guère plus haut que la 48è place en 1963, tandis qu'"Ain't she sweet" ne fit que 29è en 1964.

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!