user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Publié dans : Les articles Culture de Daniel Lesueur

En 1960, entre les Quarrymen et les Beatles, il y eut les Beatals

C'est à Liverpool, chez Paul McCartney, que furent enregistrées, en 1960, sans batteur, des répétitions sous le nom provisoire de Beatals

On regrette le vinyle... N'empêche que, grâce au CD, à l'internet et au DVD, des collectionneurs ont pu faire ressurgir des documents que l'on croyait perdus à jamais. Des centaines d'enregistrements (audio et vidéo) que l'on croyait à jamais perdus car on pensait, à tort, qu'ils n'avaient été conservés par personne...

Des archives du rock miraculeusement retrouvées

Parmi ces documents, l'un des plus passionnants est celui qui tournait dans le milieu des collectionneurs sous le titre "The Beatals Wildcat!". Environ une heure et demie de répétitions sans batteur au cours desquelles on peut entendre, dès 1960, des chansons qui seront célèbres beaucoup plus tard, notamment "Hello Little Girl" en 1964, "I'll Follow The Sun" en 1965 et "One After 9;09" en1970. Des répétitions à écouter en cliquant ICI.

1959 / 1960 : l'année de tous les noms

Après le départ de John Duff Lowe, les Quarry Men (Lennon, McCartney, Harrison et le batteur Colin Hanton) engagèrent un bassiste, Kenneth Brown, que connaissait bien George Harrison pour avoir joué avec lui au sein du Les Stewart Quartet Skiffle Group. Kenneth ne resta que quelques temps. L'ultime recrue des Quarry Men sera le guitariste Stuart Sutcliffe, une connaissance de Lennon.

Pas de batteur attitré

Durant cette période, le groupe a bien du mal à garder le même batteur plus de quelques semaines, voire quelques jours : après la défection de Colin Hanton, on voit successivement passer Larry Parnes, Tommy Moore et Norman Chapman, aucun ne restant.

Hunter Davies, biographe historien des Beatles, raconte que John avait coutume d'emprunter du matériel appartenant à l'Art College où il était inscrit, pour enregistrer leurs répétitions et qu’elles auraient été enregistrées et conservées. C’est peu probable car en règle générale, le groupe enregistrait une nouvelle session par dessus l'enregistrement précédent ; Astrid Kirchner, petite amie de Stu, posséderait néanmoins l'un de ces enregistrements, et aurait refusé une offre de 50 000 Deutsch Marks. Etait-il différent de celui que nous écoutons aujourd'hui ?

L'arrivée de "Stu" Sutcliffe marqua la fin des Quarry Men

Les quatre hommes (Lennon, McCartney, Harrison et Sutcliffe), après des répétitions au domicile de Paul, se produisent quelques jours sous le nom de Johnny and the Moondogs, puis de Beatals, puis encore de Silver Beats, Silver Beetles et enfin Silver Beatles. On a beaucoup parlé, beaucoup écrit quant au mot " Beatles ": le jeu de mot évident sur "Beat", qui désigne le tempo... L'allusion au "Beetle" (scarabée) : fans de Buddy Holly, les jeunes de Liverpool auraient choisi "scarabée" car le groupe qui accompagnait Buddy s'appelait the Crickets... En revanche, on n'a jamais parlé du beagle qui est un petit chien fort commun en Grande-Bretagne.

Si le nom est sur le point de se stabiliser, il reste encore à trouver un batteur permanent. Ce sera bientôt fait... (à suivre en cliquant ICI).

À propos de l'auteur

user_images/271642_fr_daniellesu.jpg

DANIEL LESUEUR

Daniel Lesueur est un auteur et journaliste français de la presse
  • 1169

    Articles
  • 22

    Séries
  • 4

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!